Opportunism not Ideology: Fidesz’s Campaign Against Sexual Minorities

A new law targeting LGBTQI+ people in Hungary is just the latest move in the ruling party’s history of stigmatising sexual minorities and rolling back their rights. While the European Union finally seems willing to send a signal that the Hungarian government’s agenda is in defiance of European values and fundamental rights, its leader Viktor Orbán seems determined to pursue this illiberal course. Kata Benedek looks back at the path which has brought Hungary to this point, and the prospects for a change of direction. 

“I am defending the rights of the homosexual guys.” This is how Hungarian Prime Minister Viktor Orbán answered a journalist’s question as he arrived at the European Council as part of a visit to Brussels in late June 2021. The remark came after an hours-long debate had taken place in the European Council about the new Hungarian law discriminating against the LGBTQI+ community.

The controversial law – that was passed on 15 June on the grounds of child protection – conflates LGBTQI+ people with the sexual abuse of children. The new bill simultaneously introduces a US-style registry of paedophile sex offenders combined with a Russian-style ban on exposing minors to so-called LGBTQI+ propaganda in the context of sexual education and general representation in education and media. The law was widely criticised both domestically and abroad for undermining equality, fundamental rights, freedom of expression, rights to information, and for treating sexual minorities in a manner similar to criminals, by suggesting that both categories deserve the same social judgement and treatment. In addition to pointing out the ambiguities and inconsistencies of the law in the field of education and child protection, civic organisations voiced their concerns regarding the foreseeable impact of the bill on sexual minorities: an escalation of social discrimination and the incitement of the members of an aggressive minority to commit hate crimes. The government nevertheless maintains its position.

Fidesz’s anti-gender track record 

Over the past 30 years, Orbán’s ruling party Fidesz has developed ultra-conservative values regarding gender and sexuality, despite previously adopting a more liberal stance advocating for LGBTQI+ rights. The first Fidesz government (1998 to 2002) already stressed the importance of traditional family values, but their explicit anti-LGBTQI+ stance only began to establish itself around the mid-2000s, when it began to determine Fidesz’s legislative actions. Under the socialist government in 2009, Fidesz voted against the legal introduction of registered partnerships for same-sex couples. In its successful 2010 parliamentary election campaign, its position of advocating for an exclusionary understanding of family continued. Following Fidesz’s return to power in 2010, it introduced a new Fundamental Law (or constitution) for Hungary in 2011, written exclusively by governmental politicians. This document gave a statutory definition and role to marriage and family, asserting that, “Hungary shall protect the institution of marriage as the union of a man and a woman established by voluntary decision, and the family as the basis of the survival of the nation. Family ties shall be based on marriage or the relationship between parents and children.”  

Although the Fundamental Law set the stage for the attacks that were expected to follow, it was only in the late 2010s when “gender ideology” and sexual minorities became a prime target for Fidesz, as it began a sustained campaign to stifle debate in this area and to curtail rights and freedoms. In 2018, Fidesz terminated the Gender Studies Department of the largest Hungarian University. Around the same time, the party also heavily attacked gender and queer studies in the process of “lex CEU” (modifications to Hungary’s law on higher education). With an amendment to the constitution in 2020, Fidesz expanded the original paragraph on marriage and family with one unambiguous sentence: “The mother is a female/woman, the father is a male/man.” They also added a new paragraph to fundamental children’s rights: “Hungary shall protect the right of children to a self-identity corresponding to their sex at birth and shall ensure an upbringing for them that is in accordance with the values based on the constitutional identity and Christian culture of our country.” In May 2020, Fidesz rolled back transgender rights by banning changes to gender on official documents. In December, the government permanently excluded same-sex couples from adopting children. Also in 2020, Fidesz rejected the ratification of the Istanbul Convention on preventing and combating violence against women and domestic violence, which the Fidesz government signed up to in 2014. Fidesz argued that Hungarian Fundamental Law does not accept gender as a social construction and that the Convention was the “Trojan Horse of genderists”.

Our latest edition – Democracy Ever After? Perspectives on Power and Representation – is out now!

READ & ORDER

Inventing tradition – a convenient narrative 

All these legislative measures were embedded in and supported by heavily populist governmental propaganda. Fidesz forcefully narrowed down “gender ideology” to sexual minorities. LGBTQI+ identity is depicted in governmental communication as a choice of “lifestyle”, which is inherently foreign to the so-called Hungarian “national character”, the philosophy of a traditional style of life. Fidesz frames LGBTQI+ issues as a crisis of morals and values, in which the party poses as the last defender of traditional and national “normality.” Government politicians have frequently made discriminatory remarks about sexual minorities. This extreme polarisation of values is key in Fidesz’s overall cultural war, through which they define their own identity by symbolically excluding certain groups from the fabric of the nation, in this case – the LGBTQI+ community.

Accordingly, Fidesz attributes the growing visibility of the LGBTQI+ community to an aggressive Western lobby aiming to demolish traditional social values, threatening the national interest and sovereignty. As this narrative is central element of Fidesz’s brand of populism, they can easily link LGBTQI+ issues to other, already established programme points. A representative of the pro-government 21st Century Institute interpreted the new law and the ensuing criticism in the following way: 

Fidesz is using critical voices to legitimise its symbolic fight against Western attempts to subjugate Hungarian (cultural) sovereignty.  

“It has become clear that, as with the migration crisis, this is a sovereignty issue, and despite the minefield of international forces, Hungary will not give in to the pressure of the progressive agenda. […] the former colonialists are launching a new attack on Hungary in the name of ‘common values.’ […] [the anti-paedophile law] enshrines the right of parents to decide on the upbringing of their children and prevents the indoctrination of children by unauthorised pseudo-civilian NGOs acting in the interests of the global LGBTQ lobby.”

A new discriminatory law against LGBTQI+ people certainly fits well into the long-running political strategy of Fidesz, both in holding together its voter base and in maintaining the permanent fight against Western liberal cultural hegemony. However, current political events at home also play a role.

Unlikely allies  

Beyond the aforementioned benefits, Fidesz has also seized upon this topic now in the hope of direct political gain. There are two possible instances in which Fidesz could expect to profit from the new law. First, they might exploit the issue to divert attention from the recent Fudan controversy, in which the government is planning to cover the 1.5 billion euro construction of the Budapest campus of the university affiliated with the Chinese Communist Party with public funds.

Second, the legal actions can also be seen as a prelude to the upcoming parliamentary elections in May 2022. On the one hand, in preparation for the forthcoming elections, Fidesz might be testing out policy areas to identify winning mobilisation campaign themes. On the other hand, the more relevant aspect might be the opportunity to drive a wedge into the seven-party coalition opposing Fidesz. The coalition’s constituent parties include the socialist MSZP, centre-leftist DK, two green parties PM and LMP, neo-liberal extra-parliamentary Momentum, newly founded ÚVN, and notorious former extreme right-wing Jobbik. Despite the strong ideologically disparities among the parties, voters might be inclined to rise above these divisions when the only goal that remains is the overthrow of Orbán’s regime. According to recent opinion polls, the Oppositional Coalition is a strong opponent and was even measured to be ahead of Fidesz by few percentage points. Disrupting the unity of the coalition by exposing the contradictory ideological fragmentation is an irresistible opportunity for Fidesz. While most members have slightly different standpoints on LGBTQI+ rights, Jobbik clearly stands apart from its allies. This was demonstrated during the voting process for the new law: while the MPs of the MSZP, DK, PM and LMP were not present in the Parliament during the decision process – to signal the illegitimacy of the legislative initiative by their absence – Jobbik voted alongside Fidesz. Jobbik justified its decision, in line with its pre-coalition programme, arguing that tightening the law against child abusers is crucial, and that following the predicted fall of Fidesz in 2022, the LGBTQI+ related parts would be reviewed and retracted from the bill. While all the other coalition members condemned Jobbik’s decision, the alliance does not seem to have lost credibility with voters, as the moral challenges of aligning with the extreme right-wing party were clearly inherent in such coalitions from the start. Yet, surprisingly, social media was filled with comments from disappointed Jobbik voters, shaming the party leader for assisting Fidesz’s incitement to hatred against sexual minorities. In the end, the Jobbik’s position in the coalition might have been weakened, but their contradictory decision does not yet seem to have affected the opposition voters’ united discontent with Fidesz. Despite this, Fidesz might still benefit from the polarisation of the political field.

The EU response and its impact 

It seems that Fidesz miscalculated the EU’s resistance to the law: most member states declared their concerns, and the European Commission threatened international legal action as the Hungarian bill goes against the fundamental law and values of the EU. In addition to the various potential EU level financial and political sanctions, some political leaders, such as Dutch Prime Minister Mark Rutte, have even mentioned Article 50, suggesting that Hungary no longer has a place in the EU. Thus, the Hungarian government was forced to shift its lobbying efforts from the domestic to the international political arena. 

Internationally, Fidesz stands by its position, arguing that the law is only strengthening parental rights to decide on their children’s sexual education, and that the Hungarian state fully protects LGBTQI+ rights. At the same time, pro-government media is loaded with a broad range and variety of queerphobic incitement. Headlines such as “Even children are no longer spared by homosexuals”; “LGBTQ propaganda lectures for young children in London with an artificial penis”; “A nation has fewer rights on the football field than the LGBTQ community” are published daily.

Moreover, on 23 June the government announced a new National Consultation, and due to the growing pressure by the EU on 21 July, they announced a referendum, both asking people’s opinion on the bill. Following the patterns of previous government-initiated polls, the survey is designed not to reflect on the criticism sparked by the law but rather to strengthen Fidesz’s agenda. The heavily leading questions exclusively focus on LGBTQI+ propaganda in public schools, and the forced promotion and execution of gender reassignment therapy on children.

At the beginning of July 2021, the Venice Commission (a constitutional advisory group to the Council of Europe) called on the Hungarian government to reconsider the above-mentioned paragraphs contained in the constitution. Following that, the European Commission on July 15 announced it would launch an infringement procedure against Hungary and Poland based on their discriminatory treatment of sexual minorities. In the short run, the heavy criticism from EU institutions and fellow member states has little domestic political impact. In fact, as usual, Fidesz is using critical voices to legitimise its symbolic fight against Western attempts to subjugate Hungarian (cultural) sovereignty. 

In the long term, however, the legal consequences of Fidesz’s actions could be more significant. Despite the mounting tension and difficult relations between Fidesz and the EU since 2010, the vast majority of the Hungarian population is still pro-EU. Compared to previous legal conflicts between Hungary and the EU, the rapid and unusually harsher action by the European Commission has put the government under pressure, as the possibility of losing financial benefits or even expulsion from the EU could seriously threaten their hold on power. Previous political and financial restrictions already have taken effect in Poland on the matter: certain towns abolished their former “LGBT-free zone” label in the hope of regaining their previous political positions. Furthermore, while in their anti-LGBTQI+ propaganda Poland’s ruling Law and Justice Party benefits from the support of the influential Polish Catholic Church among the largely religious Polish population, it is estimated that the actively religious population in Hungary is only 10 to 20 per cent. Therefore, the social impact of the otherwise historically weaker Hungarian Catholic Church is not particularly strong. The Christian values invoked in Fidesz’s policies are best understood in cultural terms, in which the introduction of LGBTQ+ discrimination – that has only been the central subject of the government propaganda for some months – is questionable, and thus its political mobilising power is also in doubt. There is no realistic chance that the majority of the Hungarian population will choose Fidesz over the EU on this issue. Accordingly, the Hungarian government is expected to withdraw or modify the bill, as they did with the Stop Soros or Lex CEU. Nevertheless, the new law, supported by aggressive populist propaganda, has negatively affected social acceptance towards minority issues and worsened the situation of the LGBTQI+ community, and this is likely to have a lasting impact.  

Beyond the Berlin Republic: Germany’s Road to the Polls

German federal elections are set to take place in September 2021, at a time when the country’s political landscape is undergoing significant transformations sparked by both internal and external forces. In the first of a two-part series ahead of the elections, Reinhard Olschanski looks at the path German democracy has travelled thus far, how it has selected the contenders for the crucial role of chancellor, and the key challenges that lie ahead for Greens in particular as campaigning intensifies.   

For all their wildness, the 1960s and 70s appear today as a phase of relative clarity. The world was dominated by the bloc opposition of two superpowers and their camps, and German politics were similarly binary. In West Germany, the Christian Democrats and Social Democrats were the domestic superpowers of parliamentary democracywith a small liberal Free Democratic Party (FDP) in between. This arrangement remained in place up until the early 1980s, when the Greens arrived on the scene. But initially, for many, the party was cut from the flesh of social democracy and did not fundamentally alter the binary logic of the blocs. The year 1989, which marked the end of a short 20th century,  German reunification in 1990 are  even more visible as landmarks. 

From the Rhenish Republic to the Berlin Republic 

Reunification took place formally as the accession of the German Democratic Republic not as a sovereign act of refoundation. In the new Länder (regions), this was to have major socio-psychological consequences. For millions of people, the old, if little-loved, world collapsed, raising questions about the meaning of many lives. At the same time, the Second Federal Republic remained equipped with all the trappings of the first. Bonn in the Rhineland remained the capital for the time being. The old chancellor, Helmut Kohl, became the new one. The experience of reunification in the West diminished the awareness that much had changed at all. After all, the US was still a superpower. The global code was now bloc confrontation minus one.  

Only gradually did people in what was then West Germany start to feel how much had changed. The formation of the red-green government in 1998 marked a turning point towards a new, post-Kohl Zeitgeist. True to the old German motto of doing everything important late and, above all, first in spirit, the republic was culturally reborn. The move of the capital from Bonn to Berlin helped shape the cultural superstructure of a “Berlin Republic”. The increasingly pluralised and liberalised worldviews and ways of life – on the rise since the wild 1960s – were now also at the centre of politics. The victory of Christian Democratic Chancellor Angela Merkel in 2005 did not change this. She governed with the former chancellor’s party, the Social Democratic Party (SPD), which was suffering the consequences of Schröder’s Hartz IV welfare reforms and was now threatened by the combination of East German socialists and its own left-wing splits that went on to form Die Linke. 

Chancellor Merkel never dreamt of a spiritual and moral return to the past, as Helmut Kohl had when he took office in 1982. She recognised that there was no turning back time. So Germany celebrated the 2006 World Cup as a colourful, multicultural summer fairy tale  – a special experience for the soccer-savvy country. Merkel went on to govern for a further 15 years in a pragmatic fashion – in two more, smaller grand coalitions with the SPD, and once, from 2009 to 2013, with the FDP.

Our latest edition – Democracy Ever After? Perspectives on Power and Representation – is out now!

READ & ORDER

An ever more plural parliament 

In 2021, the old tankers of the CDU/CSU and the SPD are now suffering from the ravages of time. While 90 per cent of the electorate once rallied rally behind them, today that number is only slightly above 40 per cent. A colourful party system has emerged. Today, there are no fewer than seven parties in the German Bundestag: the two black sisters, the CDU and the Bavarian CSU, and add the SPD, the FDP, the Greens and Die Linke, as well as the right-wing populist and in parts extreme Alternative für Deutschland (AfD). It is the most politically plural Bundestag since the 1950s.  

With the pluralisation of the political landscape, the old Left/Right divide has lost much of its salience. Except for the AfD and the Die Linke, all parties swear to belong to the centre. The CDU even claims to be “Die Mitte” [the centre] as such. The days when people could state with precision how far to the right or left they stood are over. 

Internal pluralisation has been joined by the disorientating effects of globalisation. The experience of “Westlessness” during the Trump era was particularly disturbing for Germany. Until 1945, the struggle against the West and its liberal democratic constitution was a culturally defining motif of German imperialism and Nazism. Overcoming the corresponding ideology with the Westbindung [alignment with the West] of the Federal Republic was a great democratic learning step. Westlessness under Trump dealt a severe blow – together with the rise of China – to the “superpower binarism minus one” order into which Germany had settled. The certainties of geopolitics tied to the United States had temporarily disappeared. For a Federal Republic that saw itself as an economic end in itself, as “Deutschland AG”, whose foreign policy was understood only in the sense of foreign economic policy, the result was the confusing experience of a world that seemed to be fragmenting not only domestically but also globally.  

The Merkel era 

That old binary codes were increasingly losing their currency was somewhat disconcerting in many parts of Germany, but not shocking. No one was threatening Germany directly. China remains distant, and is also Germany’s most important trading partner. Above all, there was still “Mutti”, the chancellor who governed calmly and pragmatically through all storms and crises. Unlike Margaret Thatcher, who wiped away questions about the relationship between womanhood and office with a hypermasculine style, Merkel took on the role of an almost genderless mother of the nation. With her unobtrusive presence, she was part of the interior design of the Berlin Republic. The most popular politician for years, many Germans felt at home with her. Even if the familiar coordinates of political orientation had faded, the chancellor was still there at the centre. 

Germany may have the unpleasant experience of realising that the old patriarchal thinking is much more deeply rooted than often assumed

However, material and cultural anxieties eventually became more palpable. The populist AfD emerged, founded by economics professors who, in the sovereign debt crisis that followed 2008, challenged Germany’s close EU integration with D-Mark-national ideas and rejected any prospect of paying for supposedly lazy and disorganised Southern European countries. With the 2015 refugee crisis, the focus of populist resentment politics shifted. It railed against refugees and migrants, free media, and a supposed Merkel dictatorship. The goal was the polarisation of political culture. Instead of a common debate among political opponents, it was to be about a mutual closure of social groups. In the process, the influence of far-right forces in the AfD also increased, especially in former East Germany, where many neo-Nazi cadres had flocked from the West. In elections, the AfD often wins over 20 per cent of the votes in Eastern regions.   

The refugee crisis made Merkel more defensive. Especially once her Bavarian sister party CSU copied the populist language of the AfD and mobilised against her. Only a bitter election defeat in Bavaria pushed the CDU to recivilise its political language. Nevertheless, Merkel announced that she would not run for chancellor again. It was thus clear that Merkel, the anchor of stability and identity, would be history from the fall of 2021. That she regained her old approval ratings during the pandemic did not change her mind. Germany would have to ask itself where it stands and where it wants to go. 

Choosing the candidates 

The first answer to the candidate question was provided by the Social Democrats, who chose their Vice-Chancellor and Finance Minister Olaf Scholz early on. The beleaguered party has had little luck with its last three candidates. In 2017, the nomination of former European politician Martin Schulz did have a short-term “Schulz effect”, but the boost only lasted a few weeks. Party offices and meetings were filled with comrades who had not been seen for some time and who hoped that the SPD was back and could pick up where it had left off. However, what followed ultimately was a depressing 20.5 per cent vote share. 

Nevertheless, the SPD found itself in government at the beginning of 2018, after long negotiations by German standards. A Jamaica coalition – named after the party colours black, green, and yellow of the CDU/CSU, the Greens, and the FDP – did not materialise. The Social Democrats did manage a few achievements in their unpopular coalition, for example, with a pension supplement for low earners and support programmes during the Covid-19 crisis. The stigma stemming from Olaf Scholz’s role as architect of the Hartz IV reforms also receded into the background. Nevertheless, the party today polls at around 15 per cent. Unless it makes up ground against the Greens, Scholz’s party could be confronted with the question of how realistic an SPD candidacy for chancellor is in the first place.

The search for a Christian Democrat candidate was more exciting. First came a preliminary decision in 2020 with the election of a new CDU party leader who traditionally has first access to the chancellor candidacy in the CDU/CSU. Armin Laschet won the election – ahead of Friedrich Merz, an old, conservative-market liberal adversary of Merkel.  

For the first time, the electorate will have a Green alternative in the race […]

Laschet is the prime minister of North Rhine-Westphalia, Germany’s most populous state with 18 million inhabitants – located on the Rhine and Ruhr rivers and home to the industrial heart of the old Federal Republic. A Rhinelander, Laschet belongs to his party’s cosmopolitan and liberal wing. In the 1990s, he even was close to the so-called Pizza Connection, a discussion group of young Christian Democratic and Green politicians who began to consider the then-remote prospect of collaboration. 

To nominate a candidate for chancellor, the CDU had to agree with the smaller CSU. The process turned into a fierce finger-wagging match when CSU chairman and Bavarian Prime Minister Markus Söder announced his ambitions late, but emphatically, and pointed to his better poll ratings. Söder – like Sebastian Kurz in Austria or Boris Johnson in the United Kingdom – belongs to that species of highly media-savvy neo-politicians less concerned about the ends of politics than the exercise of it. Political content is to them roughly what Brexit was to Johnson – a tactical move to prevail in a competitive situation. 

Söder – better known as a representative of the broad-legged rumbling regional conservatism of his CSU – discovered the worldly heart of a chancellor who addresses the questions of the day. As a sign of his devotion to ecological issues, he even literally hugged a tree. By constantly pushing ahead and outbidding Laschet, he used the pandemic to show up his more sedate and mediating rival, accepting undermining the entire CDU/CSU as collateral damage. But Söder’s claim failed because it would have amounted to a coup against the leadership of the larger CDU. It would have resembled a Kurz or Johnson-esque turn for German Christian democracy. However, the grey eminence of the CDU, Wolfgang Schäuble, who still pulls the strings behind Merkel, ensured the decision went Laschet’s way

New harmony and old resentments 

By contrast, the election of the Green candidate proceeded almost harmoniously for a party infamous for its internal squabbles. The two co-leaders, 51-year-old Robert Habeck, a philosopher and author, and 40-year-old Annalena Baerbock, dynamic and appealing to young people, have led the Greens to poll ratings of over 20 per cent. For the first time, the party thus not only chose the duo as its campaign leaders, but selected Baerbock as its candidate for chancellor, an international law expert and former competitive athlete, mother of two young children, who is committed to decarbonising the economy, defending women’s and refugee rights, and forging an active and constructive role for Germany in the world. For the first time, the electorate will have a Green alternative in the race, as well as the traditional Christian Democrat and Social Democrat choices.  

Of course, the opportunity brings new risks. The young Green candidate’s start was somewhat bumpy with self-inflicted mishaps and the stoking of old anti-Green resentments.  

A radical free-market lobby group placed ads in German newspapers for nearly 500,000 euros, showing Baerbock in an orientalising get-up and holding Mosaic tablets proclaiming the “Green prohibition policy”. This attack not only drew on the anti-Semitic trope, which sees Judaism as a religion of prohibition, clichés about Green politics, but also deployed deep-seated misogyny that the Mutti code of the Merkel era had temporarily disguised. With a young progressive woman at the forefront of politics, Germany may have the unpleasant experience of realising that the old patriarchal thinking is much more deeply rooted than often assumed. Currently, the candidate is also defending herself against allegations of plagiarism regarding quotes contained in her new book that were taken from the Internet (despite the quotes not being subject to copyright, nor the book itself a scientific one subject to strict citation requirements).  

But the other two candidates are also under fire. As finance minister, Scholz is said to have neglected supervisory duties toward Wirecard– a company that went bankrupt. In addition, officials in his ministry are said to have calculated his party’s tax concept, which would be an unauthorised form of party financing. And Laschet is struggling with the shortcoming of being perceived as his party’s second choice. He is also struggling to distance himself from right-wing populists such as Maaßen, the former head of the Office for the Protection of the Constitution, whom Laschet’s Thuringian party colleagues have nominated as a candidate for the Bundestag. 

Meanwhile, the nature of the attacks has begun to obscure the substance of the election campaign. This should be a warning above all for the Greens, who value substance more than most. An element in their favour is that after Covid-19, climate protection is currently the most pressing issue for voters. However, they have left races in the past disappointed, even as polls in the run-up put them in the lead.  The old, often-represented image of the Greens could be especially risky now that they are the main opponent of the two “people’s parties”. Sharp demarcations can be vital for the survival of a 10 per cent party. But the Greens are now looking to win over the broad mainstream of society. Few understand this better than Winfried Kretschmann, the first Green minister-president in the eco- and high-tech-savvy state of Baden-Württemberg, who is the most popular politician after Merkel. He and others have established a style of discourse characterised by listening and dialogue, not the proselytising of earlier days.  

The Greens should defend the dialogic style of policymaking – even when they themselves are under fire from  the opposition. And they should not allow a false and superficial personalisation to obscure the substance that distinguishes them. Only then can they claim to play a strong role in this important European country.  

Pas de temps pour les châteaux : De la démocratie fermée à la démocratie ouverte

Pour les partisans de la démocratie délibérative, les régimes représentatifs d’aujourd’hui ne sont qu’une illusion. La vraie démocratie, c’est le pouvoir du peuple, et pour y parvenir, il faut sortir des sentiers battus. Nous nous sommes entretenus avec la théoricienne politique Hélène Landemore au sujet de sa proposition de démocratie ouverte et de ce à quoi elle ressemblerait aux niveaux local, européen et mondial. Alors que les assemblées de citoyens en France et en Irlande offrent de précieuses leçons et que les événements, du Brexit à la pandémie, élargissent les horizons du possible, il n’y a pas de meilleur moment pour penser de manière utopique. 

Green European Journal : Le vote, les élections et les parlements sont universellement considérés comme des symboles de la démocratie. Mais dans le débat plus large sur la crise de la démocratie, vous affirmez que le problème est le système de la démocratie représentative lui-même. Pouvez-vous expliquer ?

Hélène Landemore : Il est utile de revenir sur l’histoire des régimes représentatifs en Europe. Ils trouvent leur origine dans ce que les historiens appellent le “gouvernement représentatif” : des gouvernements où la loi est faite par des législateurs élus. Ces formes de gouvernement n’ont commencé à être appelées démocraties qu’à partir de 1830 environ aux États-Unis et en France, et à partir de 1870 en Grande-Bretagne. Mais la réalité est qu’elles ont été conçues comme une alternative à la démocratie autant qu’à la monarchie. Pour leurs fondateurs, la démocratie signifiait le règne de la foule. Elle était chaotique et trop directe. La peur du peuple caractérise les démocraties représentatives dès le départ. Certes, elles étaient fondées sur les principes de la souveraineté et du consentement populaires, mais cela ne suffit pas pour qu’elles soient qualifiées de démocraties. Le processus législatif quotidien était mené par des aristocraties élues, avec les meilleurs et les plus vertueux à la barre, et le peuple, en tant que souverain silencieux, hochant occasionnellement la tête de loin. 

Tout au long des 19e et 20e siècles, le droit de vote a été progressivement élargi pour inclure les hommes non-propriétaires, les Noirs et les femmes. Le principe “une personne, un vote” nous a aidés à nous convaincre que nous vivions dans des démocraties, mais il ne s’agit toujours que de la démocratisation du droit de choisir nos gouvernants. Le peuple n’arrive jamais à gouverner réellement. La démocratie, le pouvoir du peuple, consiste à exercer le pouvoir, et pas seulement à y consentir. Il s’agit de délibérer, de façonner le programme et de décider nous-mêmes des résultats.  

Le problème de la démocratie représentative est donc qu’elle exclut les gens ordinaires du pouvoir ? 

Le modèle est fondamentalement défectueux. Il donne trop de pouvoir à trop peu de personnes, à dessein – et non par erreur ou par accident. Même si le problème de l’argent en politique était résolu, le système continuerait de sélectionner les représentants de manière insuffisamment démocratique et ne parviendrait pas à exploiter la diversité et la sagesse du grand public. Ce système dissuade la plupart des gens de s’informer correctement et de voter de manière éduquée – finalement, ce sont les autres qui feront tout le travail. 

La solution consiste à décentrer les institutions électorales. Même dans des circonstances idéales – une société parfaitement égalitaire – les élections reposent sur le choix humain, qui est intrinsèquement biaisé en faveur de certains traits : charisme, statut social, taille, etc. Les élections coupent systématiquement l’accès au pouvoir aux personnes qui sont trop ordinaires ou trop timides pour se présenter devant les autres. Aucun renouvellement périodique des élus ne pourra changer cette donnée fondamentale. 

De ce que vous décrivez comme un système fermé, vous appelez à un changement de paradigme pour le XXIe siècle : la démocratie ouverte. Qu’est-ce que la démocratie ouverte ? 

La démocratie ouverte est un système dans lequel le pouvoir est distribué de manière égale, ou au moins accessible de manière égale, aux citoyens ordinaires. Chacun a la possibilité d’exercer directement le pouvoir législatif – de définir les lois qui nous gouvernent et qui gouvernent les autres. Pas tous en même temps, mais en représentant et en étant représenté à tour de rôle. L’organe clé d’une démocratie ouverte serait le mini-public ouvert : un grand groupe de citoyens réunis pour fixer l’ordre du jour et élaborer les lois. La sélection aléatoire répartirait équitablement les chances de participation et reproduirait la diversité du groupe plus large. Le mini-public doit être connecté au grand public, réceptif à ses contributions et capable de s’engager dans un échange délibératif. S’il est secret et fermé, il reproduit les problèmes de l’ancien système. 

Cinq principes institutionnels guident l’idée d’une démocratie ouverte. Premièrement, les droits de participation : mettre le pouvoir entre les mains des citoyens. Le droit de vote, mais aussi la possibilité (avec suffisamment de signatures) d’inscrire des points à l’ordre du jour d’un mini-public ouvert (une initiative citoyenne) ou de rappeler une loi impopulaire (le droit de saisine). 

La démocratie consiste à exercer le pouvoir, pas seulement à y consentir. 

Deuxièmement, la délibération. Selon la théorie de la “démocratie délibérative”, les lois ne sont légitimes que dans la mesure où elles passent par un échange délibératif d’arguments entre des citoyens libres et égaux. La délibération donne aux gens une voix et une chance d’être d’accord ou non avec une loi, contribuant ainsi à la prise de meilleures décisions en exploitant l’intelligence collective. 

Troisièmement, la règle de la majorité. Lorsqu’il n’y a pas de consensus, la seule façon démocratique de prendre une décision est de suivre le plus grand nombre. Quatrièmement, la représentation démocratique. Les structures représentatives sont nécessaires car nous ne savons pas comment délibérer par millions, et nous ne pouvons pas toujours prendre des décisions en masse. La démocratie ouverte est structurée autour de la représentation démocratique par le biais d’une sélection aléatoire ou d’une représentation auto-sélectionnée, les deux permettant une égalité des chances de participation. Enfin, la transparence. Tout système politique peut tendre vers la fermeture et la formation de groupes internes. En tant que mécanisme essentiel de responsabilisation, la transparence empêche cela en permettant aux gens de voir ce que les représentants font en leur nom. 

À quoi ressemblerait la démocratie ouverte dans la pratique ? Il ne s’agit pas d’abolir toutes les institutions élues, mais certaines d’entre elles, telles que les chambres hautes comme les Sénats, pourraient éventuellement être remplacées par des assemblées choisies au hasard. D’autres réformes devraient viser à rendre nos systèmes plus participatifs, délibératifs, majoritaires et transparents. La démocratie ouverte est un programme de réforme constitutionnelle.  

Il s’agirait donc d’un changement de paradigme progressif où la démocratie représentative et la démocratie ouverte coexistent à mesure que nous progressons vers l’ouverture ? 

Je n’imagine pas une quelconque révolution. Les révolutions sont mauvaises en général ; elles sont risquées. La voie la plus probable est une cohabitation temporaire entre démocratie électorale et démocratie ouverte jusqu’à ce que cette dernière devienne de plus en plus centrale. Il s’agirait d’un système hybride pendant un certain temps, qui pourrait être instable ou échouer. Mais il pourrait aussi conduire à de nouveaux équilibres institutionnels imprévisibles et plus favorables aux intérêts des citoyens ordinaires. Dans plusieurs pays, ce changement de pouvoir est déjà en cours. Prenez la Convention des citoyens pour le climat en France. Au départ, il s’agissait d’un organe totalement inconnu, composé de 150 citoyens choisis au hasard et chargés de faire des propositions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans un esprit de justice sociale. Petit à petit, les personnes impliquées se sont responsabilisées, ont organisé des réunions locales et la nouvelle s’est répandue. Le Président français a rencontré la Convention à mi-parcours et, vers la fin, des ministres et des parlementaires se sont publiquement engagés dans ses propositions. En un an, la Convention est devenue un nouvel acteur politique dans le système français. 

Quelle est la place de la Convention par rapport aux autres institutions politiques françaises ? 

L’équilibre est encore fragile. Au départ, la légitimité de la Convention provenait principalement, mais pas exclusivement, de la “volonté du prince” – c’est-à-dire du Président Macron. Après les manifestations des gilets jaunes de novembre 2018, un “Grand débat national” a été organisé dans toute la France en 2019. Lors de ce débat, 12 des 18 assemblées régionales tirées au sort ont convergé vers l’idée qu’une nouvelle forme de gouvernance démocratique était nécessaire sur les questions climatiques et environnementales. 

Le Président Macron a promis que les recommandations de la Convention seraient adoptées “sans filtre” : directement dans une réglementation, un débat parlementaire ou un référendum. Le Parlement, déjà mis à l’écart dans le régime hyper-présidentiel français, a estimé que sa prérogative de légiférer était encore plus mise à mal et a remis en question la légitimité de la Convention. Certains parlementaires l’ont même qualifiée de “anti-démocratique”. Une question se pose alors : qui a le droit de légiférer sur les questions climatiques ? La légitimité de la chambre élue est entrée en conflit avec la légitimité fragile de ce groupe de 150 personnes que personne n’a choisi. Je dirais que la Convention, étant choisie au hasard, peut prétendre à une plus grande représentativité démocratique. Elle peut également revendiquer une légitimité procédurale parce qu’elle a été autorisée par le Président. Mais dans un système où la légitimité est associée aux élections, les propositions de la Convention ne recevraient probablement une pleine légitimité que si elles étaient approuvées par les citoyens français lors d’un référendum. Et cela pourrait encore arriver – dans le cas d’une proposition d’amendement constitutionnel, par exemple. Mais le mieux serait un moment constitutionnel où l’institutionnalisation du recours à la sélection aléatoire serait débattue et soumise à référendum.  

Pour beaucoup, la Convention a été une déception car certaines propositions – comme la rénovation profonde obligatoire des bâtiments d’ici 2040 – n’ont pas été retenues. N’est-il pas risqué de dire aux gens “vous décidez de ce qui doit être fait” et d’ignorer ensuite les parties de la réponse qui ne vous plaisent pas ? 

Le cas français est un exemple récent et prometteur de ce à quoi pourrait ressembler une démocratie ouverte, mais ce n’est pas l’idéal. Dans la pratique, l’ancien système tentera bien sûr de coopter les innovations démocratiques pour que les choses restent exactement les mêmes. Cela rappelle la célèbre phrase de [l’écrivain italien] Lampedusa : “Tout doit changer, pour que tout reste pareil”. 

Au lieu de voir cette assemblée comme une menace, comme certains membres du Parlement français ont vu la Convention sur le climat, les politiciens irlandais l’ont considérée comme une opportunité. 

Il est tentant pour les personnes en position de pouvoir d’utiliser des expériences participatives pour légitimer le système tout en laissant intacte la structure de pouvoir décisionnelle existante. Il s’agit d’une forme de « participation-washing », d’un intérêt de façade pour la participation citoyenne, par lequel le pouvoir tente de regagner sa légitimité en période de crise en donnant l’impression d’écouter le peuple. Il s’agit d’une démarche très dangereuse, car la promesse tacite ou parfois explicite d’impact qui accompagne la participation démocratique ne peut rester sans suite très longtemps. Elle risque de jeter les personnes frustrées dans les bras de l’extrême droite. Bien que l’exercice n’ait pas été très bien conçu et que le gouvernement ne l’ait que très peu utilisé, le Grand Débat National a apporté un moment de paix sociale après les manifestations des Gilets Jaunes et a temporairement amélioré la popularité de Macron. Les gens sont prêts à donner une chance aux expériences participatives, mais vous ne pouvez pas les décevoir à plusieurs reprises. 

Certains pays ont-ils réussi ? 

L’Irlande a évolué progressivement vers plus de participation, en essayant d’abord une assemblée citoyenne pilote, puis un format hybride. En 2012, une assemblée a été organisée autour de l’égalité du mariage. Elle était composée de 66 citoyens sélectionnés et de 33 politiciens, plus un président. Pendant plusieurs mois, les politiciens et les citoyens ordinaires ont travaillé ensemble. Cela a réconcilié les politiciens avec le processus et, après l’adoption de l’égalité du mariage en 2015, ils ont décidé d’organiser une autre assemblée de citoyens sur la dépénalisation de l’avortement. Dans celle-ci, 99 citoyens ont été choisis au hasard. Au lieu de voir cette assemblée comme une menace, comme certains membres du Parlement français ont vu la Convention sur le climat, les parlementaires et les politiciens irlandais l’ont considérée comme une opportunité. Le référendum dépénalisant l’avortement a finalement été adopté en 2018 avec 66,4 % d’approbation. 

On reproche souvent à la démocratie délibérative de se concentrer sur le réarrangement du mobilier institutionnel. L’essence de la démocratie ne se trouve-t-elle pas dans la société ? Elle se trouve dans les syndicats, la presse, les mouvements sociaux, les partis politiques – pas dans les procédures et les systèmes de vote. 

Les associations qui forment la société civile sont essentielles. Elles sont le logiciel de la démocratie. Mais le matériel de la démocratie, qui pour moi consiste en des institutions structurant le pouvoir politique, est crucial car il façonne les incitations. La démocratie ouverte concerne un ensemble de principes institutionnels qui, une fois mis en œuvre, forment des structures capables d’accueillir cette riche écologie de groupes et de mouvements sociaux. Nos démocraties devraient être structurées de manière à être aussi ouvertes et poreuses que possible afin que les mouvements sociaux puissent affluer, occuper l’espace et s’exprimer. 

Des mouvements comme Black Lives Matter ont certainement réussi à façonner le programme malgré une politique électorale non représentative, mais regardez le coût de cette façon de faire. De même, combien de gilets jaunes ont-ils dû être gravement blessés lors de manifestations pour que le gouvernement les écoute ? Plutôt que d’avoir des mouvements sociaux qui brisent la démocratie en cassant des choses, nous devrions rendre la démocratie ouverte dès le départ et inviter les gens à y entrer. C’est une conception préventive : si vous construisez une forteresse, les gens doivent escalader les murs et briser les fenêtres pour entrer et exercer une influence, et de mauvaises choses se produiront en marge. Si vous construisez un espace accueillant, où les gens savent qu’ils seront écoutés, respectés et pris au sérieux, c’est une tout autre histoire. 

Nos démocraties doivent être aussi ouvertes et poreuses que possible pour que les mouvements sociaux puissent affluer, occuper l’espace et s’exprimer.  

Il y a un parallèle avec le syndicalisme. Il n’est pas rare de voir des syndicalistes français faire des émeutes dans la rue, mais cela n’arrive pas en Allemagne, car structurellement ils ont leur mot à dire. 

Je suis convaincu que la démocratie ouverte ne doit pas s’appliquer uniquement au gouvernement, mais aussi à la gouvernance des entreprises. Au lieu d’un conflit entre les patrons et les travailleurs, avec des syndicats qui se battent de l’extérieur pour ainsi dire, il est préférable d’avoir quelque chose de plus proche du modèle allemand qui accorde aux travailleurs un pouvoir structurel. Ils peuvent influencer les décisions commerciales et stratégiques, non pas de manière ponctuelle ou parce qu’ils ont assez de force pour faire pression à un moment donné, mais parce qu’ils ont un siège officiel et permanent à la table avec des représentants au conseil d’administration. 

Pour en revenir au climat, l’ampleur de la crise écologique exige-t-elle ce genre de processus ouvert pour qu’une société démocratique relève réellement le défi ? 

Je ne suis pas sûr qu’il s’agisse de l’ampleur de la crise, mais plutôt du fait que le climat est actuellement une question très importante. J’étais en fait sceptique lorsque j’ai entendu parler pour la première fois de la convention française sur le climat. Le changement climatique est une question très technique, scientifique et mondiale, qui nécessite sûrement des sommets internationaux entre les grands pollueurs comme la Chine, les États-Unis, l’Inde et le Brésil, plutôt qu’au niveau de la France, qui est responsable de 1 % des émissions. 

Mais non, les questions climatiques sont profondément liées à la justice sociale au niveau local et il est vraiment important que les gens puissent les aborder à tous les niveaux. Bon nombre des discussions de la Convention sur le climat sont allées au-delà du changement climatique : elles ont porté sur la perte de biodiversité, la disparition des terres arables et l’état des forêts et des campagnes. Essentiellement, la justice environnementale. À partir du concept global de changement climatique, la conversation s’est déplacée vers ce que cela signifie personnellement, en termes d’air que vous respirez, d’eau que vous buvez et d’accès à la nature. Le climat répond aux besoins des citoyens d’une manière très fondamentale. On pourrait faire de même pour d’autres sujets. L’immigration est un sujet tabou dans de nombreux pays, mais avec le temps, et par le biais de délibérations en petits comités, la discussion deviendrait probablement beaucoup plus pratique, nuancée et basée sur des solutions de bon sens qu’actuellement.  

Dans le monde entier, la mondialisation a réduit le pouvoir des gouvernements nationaux. La raison d’être de l’UE est en partie de reconquérir ce pouvoir. La démocratie ouverte peut-elle apporter une contribution au-delà du niveau national ? 

Tout à fait. J’ai récemment écrit un essai dans lequel je m’amuse avec l’idée d’une Chambre des peuples comme institution permanente de l’Union européenne. J’imagine un organe composé de 499 citoyens sélectionnés au hasard dans toute l’Europe. Angeliki, une Grecque qui arrive à peine à joindre les deux bouts en tenant une chambre d’hôtes à Athènes, reçoit soudain une lettre l’invitant à passer les trois prochaines années à Bruxelles. Elle est enthousiaste car cela représente une chance de façonner l’avenir de toute l’Union européenne avec des personnes de tout le continent, de créer des liens, de développer de nouvelles compétences et de découvrir quelque chose de nouveau. 

L’Union européenne doit reconnaître qu’elle doit introduire davantage de droits de participation afin de devenir plus démocratique. Car bonne chance pour essayer d’inscrire quelque chose à l’ordre du jour des institutions européennes telles qu’elles sont actuellement ! Il existe bien sûr des initiatives citoyennes, mais elles sont soumises à de nombreuses restrictions techniques et nécessitent un nombre considérable de signatures. 

L’UE a également besoin de plus de délibération – une délibération réelle et visible. Cela signifie probablement donner beaucoup plus de pouvoir au Parlement européen, mais aussi allouer des ressources à de nouvelles formes d’espaces délibératifs. 

En outre, l’UE a besoin d’un processus décisionnel majoritaire. Elle est trop souvent paralysée par les exigences de l’unanimité. Si nous sommes un peuple européen, pour résoudre les désaccords, nous devons à un moment donné suivre la majorité. Enfin, l’UE a besoin d’une plus grande transparence. Les institutions européennes sont bureaucratiques, opaques et incompréhensibles. Pour moi, le vote du Brexit était une dénonciation explicite de la nature non démocratique de l’Union européenne. Je ne suis pas sûr que ce soit la bonne décision, mais je pense que le diagnostic était correct. 

Comment la démocratie ouverte pourrait-elle fonctionner au niveau mondial ? 

Imaginez un groupe aléatoire de 1 000 citoyens sélectionnés dans le monde entier, réunis pour débattre de questions telles que le changement climatique ou la justice économique mondiale. Est-ce possible ? N’y aurait-t-il pas des malentendus culturels ? Les difficultés doivent-elles nous dissuader d’essayer ? Je ne le pense pas – nous commençons seulement à effleurer la surface de ce qui est faisable. Des ONG et des universitaires sont en train de mettre sur pied la première assemblée mondiale sur le climat, qui se tiendra en marge de la conférence sur le climat COP26 à Glasgow. C’est déjà le cas. 

Lorsque j’ai commencé à écrire mon livre OpenDemocracy il y a quelques années, certains collègues l’ont considéré comme extrêmement radical, utopique, philosophique et sans rapport avec la réalité. Mais quelques années plus tard, la réalité nous rattrape. La crise financière, l’élection de Donald Trump, le Brexit et maintenant la pandémie ont tous fait exploser le statu quo et élargi le champ de ce qui est conceptuellement imaginable. Nous avons vécu à une époque d’étroitesse d’esprit avec très peu de réflexion en dehors de la boîte. C’était la social-démocratie capitaliste avec des représentants élus et la mondialisation comme contrainte inconditionnelle et indiscutable. Mais aujourd’hui, les contraintes fiscales, les budgets équilibrés, l’intervention minimale de l’État – tout cela a disparu. Si nous pouvons faire quelque chose à ce stade, pourquoi pas une démocratie ouverte ?  

Le Parlement Populaire : Un Foyer pour la Démocratie Européenne

Plus que toute autre institution européenne, le Parlement européen a la responsabilité de favoriser le développement d’une véritable citoyenneté transeuropéenne. Le chemin vers la construction de cette sphère politique et publique européenne est semé d’embûches, créées à la fois par l’écosystème politique de l’UE et par les acteurs politiques nationaux. Les initiatives passées, présentes et futures sont prometteuses, mais elles doivent être accompagnées d’une volonté et d’une ambition politiques suffisantes.

Après la perturbation engendrée par le rejet de la constitution européenne en 2005 par les électeurs français et néerlandais, le processus constitutionnel de l’UE se remet enfin en marche. Rejoignant la mêlée, le Parlement européen prépare un énième rapport sur la “démocratisation de l’UE”. Ce rapport repose sur un diagnostic valable, bien que quelque peu évident, selon lequel le déficit démocratique de l’UE est alimenté par quatre lacunes. Premièrement, un manque d’intelligibilité dans la prise de décision, car les responsabilités politiques sont diffuses, nombreuses et rarement assumées. Deuxièmement, l’absence d’une sphère publique européenne commune. Troisièmement, un manque d’esprit communautaire et d’approche européenne commune, exacerbé par un Conseil européen affirmatif et des approches de plus en plus intergouvernementales. Et enfin, un manque de pouvoir législatif pour le Parlement, ce qui entrave sa capacité à orienter la direction politique de l’Union.

Les efforts habituels du Parlement européen pour approfondir la démocratie européenne consistent à renforcer ses pouvoirs d’initiative, de contrôle budgétaire et de surveillance. Tels ont été les thèmes sous-jacents de ses rapports au fil des ans, et il est probable qu’ils demeurent ainsi. Comme toute institution, le Parlement européen se bat pour une centralité accrue au sein de son écosystème politique.

Si leurs solutions pour plus de démocratie au niveau européen semblent répétitives, c’est parce que le Parlement européen a toujours été un “agent du fédéralisme”, militant pour une Europe plus politique et intégrée. Jusqu’à la fin des années 1980, la plupart de ses membres étaient des fédéralistes convaincus, incarnés par Altiero Spinelli et le “projet de traité” pour une Europe politiquement intégrée adopté en 1984. Même après que les élections proportionnelles et directes ont eu privé les fédéralistes de leur majorité culturelle, ce projet détaillé et son auteur sont restés une source d’inspiration fédéraliste, comme en témoigne l’initiative du groupe Spinelli en 2010.

Les politiques prennent le dessus

Depuis sa création, et surtout après avoir obtenu un mandat démocratique direct, le Parlement européen n’a cessé de se battre pour obtenir une plus grande part du processus décisionnel européen. Tout au long des années 1970, comme tout nouveau parlement, il s’est concentré sur les questions budgétaires, se sculptant progressivement un droit de regard, d’amendement et de rejet d’une partie, puis de la totalité, des dépenses de la Communauté européenne de l’époque. Préparé à affronter des États membres imperméables, le Parlement européen a rejeté le budget dans son ensemble en 1979 ainsi qu’en 1984. Depuis lors, la procédure est devenue plus sophistiquée et moins sujette aux blocages, mais la volonté du Parlement de s’opposer aux États membres a également perdu de son acuité.

De l’Acte unique européen de 1986 au traité de Lisbonne de 2007, le Parlement est devenu un colégislateur à part entière pour toutes les politiques communes, sur un pied d’égalité avec le Conseil européen. En outre, l’élaboration de la législation européenne a évolué pour mettre l’accent sur son rôle procédural, à tel point qu’il attire désormais des foules de plus en plus nombreuses de lobbyistes bruxellois. Mais si ses pouvoirs ont été accrus, sa légitimité politique est restée incertaine, entamée par trois grandes tendances historiques. Premièrement, avant une remontée en 2019, le taux de participation aux élections européennes n’avait cessé de baisser. La participation dans de nombreux nouveaux membres orientaux de l’UE était particulièrement faible. Deuxièmement, les parlements nationaux ont continué à jouir d’un statut plus élevé en termes de politique et de carrière. Troisièmement, les crises culminantes des années 2010 (financière, migratoire, ukrainienne, Brexit) ont vu le Conseil s’élever inexorablement à la dominance dans l’ordre institutionnel de l’UE.

Le statut de bizarrerie politique du Parlement européen au sein d’un ordre institutionnel méconnu et à peine compris, et encore moins couvert, par les médias nationaux rend sa tâche d’établir une légitimité politique encore plus difficile. De plus, le mauvais comportement de certains membres a nui à sa réputation à plusieurs reprises, qu’il s’agisse de la corruption pure et simple du scandale de l’ “argent contre influence” de 2011 ou de sa perméabilité générale aux représentants des intérêts des entreprises (lobbyistes). Certains animaux politiques ont prospéré dans cet environnement, réussissant à rehausser le profil politique du Parlement grâce à leur présence charismatique, leur attrait paneuropéen et leurs discours pléniers passionnés. Cependant lors de moments politiquement décisifs, en particulier en période de crise, même ses figures de proue n’ont pas réussi à placer le Parlement sur le devant de la scène.

L’Europe demeure une affaire de stratégies, mais elle devient graduellement une affaire de politiques.

Les choses évoluent tout de même dans le bon sens. Les crises des années 2010 (et du début des années 2020) ont peut-être jeté une ombre sur le Parlement, mais elles ont aussi rendu les débats politiques nationaux plus européens. Les élections de 2019 – disputées davantage sur des questions européennes, et avec un taux de participation jamais vu depuis 1999 – l’ont clairement démontré.

Bien sûr, l’Europe demeure une affaire de stratégies, mais elle devient graduellement une affaire de politiques. Les élections de 2019 étaient également un marqueur clair de la lente érosion du centre politique du Parlement. Le bloc dirigeant traditionnel du centre-gauche et du centre-droit fonctionnant de concert est désormais contesté en interne par les libéraux, à gauche par les Verts, et à droite par un nouveau courant de la droite radicale nationaliste. Cela a ouvert la voie à une réintroduction potentielle d’un clivage gauche-droite que les grandes coalitions avaient complètement dilué.

Cela étant dit, un Parlement européen plus politique ne serait pas nécessairement plus fort. Au sommet de son influence institutionnelle, lorsqu’il a imposé le système du “Spitzenkandidat” – l’obligation pour le président de la Commission d’avoir une sorte de mandat électoral – à un Conseil défiant, le Parlement était gouverné par une coalition majoritaire stable et disciplinée liée au soutien de la Commission. Les clivages de type gauche/droite ou gouvernement/opposition pourraient contribuer à rendre le Parlement européen plus intelligible pour le public et les médias – et donc à renforcer sa légitimité démocratique – mais, paradoxalement, ils pourraient affaiblir sa main dans l’équilibre institutionnel européen.

Donner vie à la démocratie européenne

Cet apparent compromis entre légitimité démocratique et poids institutionnel doit nous inciter à sortir des sentiers battus en matière de démocratie européenne. Si l’UE est une construction politique sui generis, comme on le soutient souvent, voulons-nous vraiment le même type de politique au niveau européen qu’au niveau national ? Devrions-nous chercher à transformer l’UE en un système parlementaire plus reconnaissable ? Cela ne risquerait-il pas d’affaiblir, voire de perdre l’originalité du Parlement européen ?

Il est fort probable qu’à un moment ou à un autre, des modifications du traité accordent au Parlement des droits d’initiatives législatives et des pouvoirs budgétaires accrus, dont il a grandement besoin ; il est donc logique de continuer à les réclamer. Un autre débat bien établi consiste à donner aux élections européennes des perspectives plus européennes. Les mérites et démérites des listes transnationales, des circonscriptions continentales, du système de double proportionnalité et des partis européens ont été longuement discutés par les aficionados de la politique européenne. Il est probable que des éléments de ces réformes trouvent également leur place dans la loi électorale européenne. Mais quel que soit l’avenir de ces solutions institutionnelles, pour rendre notre système politique plus européen il faut avant tout rendre nos vies politiques plus européennes. Dans ce domaine, la pratique prévaut aux dispositions légales.

Un trait unique du Parlement européen est qu’il crée des Européens. Par un intéressant phénomène d’acculturation, ses membres, même les eurosceptiques les plus enragés, deviennent véritablement plus européens. Bien sûr, européen ne signifie pas nécessairement pro-UE mais, de manière significative, même les nationalistes ont adopté une dimension transnationale à leurs vues et stratégies. La réorganisation en cours de la droite radicale européenne à la suite du départ de Viktor Orbán du Parti populaire européen de centre-droit est la preuve de cette tendance. C’est là une force essentielle du Parlement européen : il est une usine à européaniser.

Dans cet esprit, il y a trois pistes à explorer pour renforcer à la fois la légitimité démocratique de l’UE dans son ensemble et la pertinence politique du Parlement européen en particulier.

La première proposition – politique – consisterait à renforcer le lien entre le Parlement et la Commission. À l’heure actuelle, afin d’exercer les pouvoirs que lui confère le traité de Lisbonne, le Parlement européen sacrifie rituellement un commissaire désigné tous les cinq ans au cours de procédures d’auditions intenses et dramatiques. Mais cela pourrait aller beaucoup plus loin. La prochaine fois, le Parlement européen pourrait rejeter les candidats s’ils ne sont pas issus de ses rangs. Plutôt que d’avoir des commissaires qui doivent leur poste à leurs liens personnels et politiques avec les capitales, cela obligerait les gouvernements à envoyer leurs candidats potentiels face aux électeurs. Pour les hommes politiques, les partis et les électeurs, l’enjeu des élections européennes serait alors plus important.

Pour rendre notre système politique plus européen, il faut avant tout rendre notre vie politique plus européenne également.

La deuxième idée – institutionnelle – serait de trouver un moyen créatif de réinsérer le Conseil européen dans l’ordre démocratique de la séparation des pouvoirs. Le rôle ambivalent d’un organe assumant à la fois le leadership politique et les prérogatives législatives a brouillé la séparation des pouvoirs au niveau de l’UE.

Seuls les gouvernements nationaux ont un certain niveau de contrôle sur le Conseil, et cela ne vaut que dans les pays où les parlements jouent un rôle central. Si les dirigeants allemands, néerlandais, danois ou finlandais sont étroitement liés à leurs mandats parlementaires lorsqu’ils négocient au niveau européen, ailleurs ce contrôle est beaucoup plus ample. Dans certains cas, il est absent : en France présidentielle ou en Hongrie non-libérale, la politique européenne est menée plus ou moins sans contrôle.

Ce qui est nécessaire, c’est un contrôle du Conseil qui défende les intérêts de l’Europe comme un tout. À cet égard, le Parlement européen pourrait investir davantage de temps et d’énergie dans la coopération avec les parlements nationaux. Cela s’est avéré décevant jusqu’à présent, mais une option à explorer consisterait à donner à l’organe spécifique commun au Parlement européen et aux chambres parlementaires des États membres de l’UE (actuellement connu sous le nom de COSAC) un mandat conjoint pour superviser l’intérêt européen au sein du Conseil. Le Parlement européen deviendrait ainsi le lieu où les légitimités démocratiques nationales et européennes, au lieu de se concurrencer, convergent et s’informent mutuellement – apportant une perspective européenne aux parlements nationaux tout en rappelant aux députés européens qu’ils ne peuvent prétendre à un monopole sur les affaires européennes.

La troisième et dernière réflexion – citoyenne – serait de faire du Parlement européen un véritable foyer pour les Européens. Dans l’une de ses dernières interviews avant sa tragique mort accidentelle en 2008, l’éminent historien européen et polonais Bronisław Geremek, qui a siégé comme député européen à partir de 2004, a avoué qu’il lui avait fallu quelques années pour saisir les spécificités du parlement dans lequel il siégeait. Alors qu’à première vue il était apparu comme une bizarrerie quelque peu limitée par rapport à ses homologues nationaux, M. Geremek a finalement constaté que le Parlement européen était le lieu où les citoyens forment réellement et physiquement le corps civique européen.

D’une manière unique parmi les institutions européennes, le Parlement européen est le lieu où l’Europe se fait.

Pour renouer avec cette fonction de canalisation de l’esprit européen, le Parlement européen devrait faire tout son possible pour organiser des débats européens et incarner la sphère publique européenne si nécessaire et qui fait pourtant tant défaut. L’initiative Agora, aujourd’hui disparue, que le Parlement a menée de 2008 à 2013, était une expérience pionnière de démocratie directe européenne qui a permis d’élaborer des recommandations sur des questions urgentes telles que la pauvreté, le chômage des jeunes et la crise climatique. Et le nombre croissant d’assemblées de citoyens à travers l’Europe permet de tirer de nombreux autres enseignements.

Le Parlement européen pourrait s’atteler à rendre ces expériences plus systémiques en organisant des forums sur tout le continent, en rassemblant les citoyens européens et en leur donnant la possibilité de concevoir les politiques qu’ils souhaitent voir prendre forme, sans la médiation habituelle des partis politiques. Dans cet esprit, la conférence sur l’avenir de l’Europe, une initiative de l’UE qui se déroulera de 2021 à 2022 et qui promet d’impliquer directement les citoyens, pourrait devenir le premier d’une longue série d’exercices de démocratie participative.

La démocratie n’est rien d’autre qu’une conversation entre les citoyens. Plus que des institutions et des rituels électoraux, c’est le sentiment de partager le même espace ; un processus sociologique qui rassemble les nombreux citoyens en une communauté partagée. En l’absence d’un demos continental et d’une “infrastructure démocratique” pour reprendre les termes de Jan-Werner Müller, à savoir une sphère publique européenne et des partis politiques européens, quel endroit plus approprié que le Parlement pour avoir cette conversation ?

À l’aube de sa cinquième décennie en tant qu’organe démocratiquement élu, le Parlement européen pourrait bien ressentir la morsure d’une crise de la cinquantaine. Plutôt que de se plaindre simplement des pouvoirs qui lui manquent, il devrait s’inspirer de ce qu’il a accompli jusqu’à présent. D’une manière unique parmi les institutions européennes, le Parlement européen est le lieu où l’Europe se construit. Il s’agit peut-être de sa contribution la plus importante à l’histoire du projet européen : fournir les conditions permettant d’encourager, de nourrir et de faire vivre la démocratie européenne naissante. En invitant les citoyens à y participer.

« Il n’y a plus personne dans le parti »

Les sondages à l’échelle du monde sont éloquents : aucune profession n’est moins digne de confiance que les politiciens. Même les banquiers et les publicitaires inspirent davantage confiance, et les journalistes ne font guère mieux. Certains pensent que nous ferions mieux de nous passer d’eux – et la technologie semble suggérer que cela devient de plus en plus réalisable. Alors que certains politiciens populistes surfent sur cette méfiance, le philosophe du politique Jan-Werner Müller avertit que cette situation est fondamentalement corrosive pour la démocratie. La clé d’une démocratie saine n’est pas de se débarrasser des politiciens et des journalistes, mais de construire et de maintenir une société civile ouverte, créative et dynamique.

Green European Journal: Vous avez appelé les partis politiques et les médias “l’infrastructure critique de la démocratie”. Qu’entendez-vous par là ?

Jan-Werner Müller : « L’infrastructure critique de la démocratie » concerne les droits politiques fondamentaux – le droit de se réunir, de s’exprimer librement, de s’associer – et le rôle que jouent les pouvoirs intermédiaires tels que les partis politiques et les médias pour faciliter leur utilisation et surtout, pour amplifier leur impact. On parle d’une infrastructure physique dans la mesure où il s’agit pour les citoyens d’atteindre les autres et d’être atteints par eux.

Quelle est donc la contribution des partis ?

Les partis politiques offrent une représentation de la société, notamment de ses conflits et de ses clivages sous-jacents. Ils ne reproduisent pas mécaniquement quelque chose qui existe déjà ; il s’agit d’un processus beaucoup plus dynamique et créatif. Les partis, comme l’a dit la théoricienne politique Nancy Rosenblum, mettent consciemment en scène le conflit. On pourrait dire que les mouvements sociaux font de même, tout comme de nombreux autres acteurs. La différence est que les partis visent également à s’emparer des leviers du pouvoir.

Les dynamiques ne s’annulent pas mutuellement – les mouvements sociaux influencent et parfois même deviennent des partis – mais les partis restent plus importants que nous le supposons souvent. De nombreux universitaires, souvent de gauche, ont une attitude fortement anti-partis. Ils pensent que les partis sont par nature non représentatifs et potentiellement oligarchiques, qu’ils accroissent les inégalités, etc. Dans certains pays, de nombreuses personnes partagent cette attitude antipartis, parfois à juste titre. Mais la démocratie représentative moderne ne peut fonctionner sans partis appropriés.

Qu’entend-on par “adéquats” ? Les partis doivent offrir un pluralisme, tant interne qu’externe. Idéalement, les partis devraient être réglementés afin de garantir un niveau significatif de pluralisme interne. Pas nécessairement un pluralisme infini, car quelqu’un devient un partisan précisément parce qu’il croit en certains principes. Mais aucun principe ne s’applique jamais de lui-même : même avec un engagement envers une compréhension particulière de la liberté ou de la protection de l’environnement, par exemple, il reste toujours à discuter de la manière d’appliquer les principes dans des contextes particuliers, de la manière dont différents principes coïncident et des types de compromis acceptables.

L’avantage de ces processus est que leurs participants s’habituent à l’idée que ceux qui se trouvent du côté des perdants peuvent quand même accepter le résultat. Parce que les bonnes procédures ont été entreprises et que tout le monde a eu l’occasion de s’exprimer, ils peuvent accepter que l’autre camp puisse avoir raison. Le refus de Donald Trump d’accepter le résultat de l’élection présidentielle américaine de 2020, et ce qui a suivi, rappelle le rôle important joué par les perdants dans une démocratie. Qui plus est, les débats internes produisent de nouvelles perspectives, mettent en avant des preuves empiriques et permettent à davantage de personnes de parler de leurs expériences vécues. Rien de tout cela ne peut se produire dans des partis unipersonnels.

De nombreux paysages de partis ont été bouleversés au cours de la dernière décennie. Les forces politiques, notamment le Mouvement 5 étoiles en Italie, se déclarent de plus en plus comme des mouvements. Que dit la montée des partis de mouvement sur la démocratie d’aujourd’hui ?

L’apparition de nouveaux acteurs et de nouvelles institutions est en principe une bonne chose. Certaines personnes aiment se plaindre que le nombre de vieux partis est trop élevé, que le système est ossifié et que nous sommes confrontés à une “crise de la représentation”. Mais là encore, les gens ont également parlé de crise lorsque des partis comme Podemos ou SYRIZA ont émergé en Espagne et en Grèce, les accusant d’être de “dangereux insurgés”. On commence à se demander ce qui n’est pas une crise de la représentation. Si rien ne change, c’est une crise, et si quelque chose change, c’est une crise aussi. En théorie, c’est positif si le système est suffisamment ouvert aux nouveaux acteurs politiques. Si le déclin des partis populaires a suscité un certain nombre de jérémiades, ce n’est pas le signe d’un dysfonctionnement de la démocratie.

Cependant, certains partis dits de « mouvement » manquent de structures pluralistes internes et de transparence. Certains croient en ce que le sociologue politique Paolo Gerbaudo appelle le “participationnisme”. Ce concept met l’accent sur la participation active et l’engagement des membres, notamment en ligne, mais il est très difficile d’évaluer comment les décisions sont réellement prises et ce que les clics signifient vraiment : le rôle des partisans n’est pas toujours clair, au-delà du fait de cliquer occasionnellement sur quelque chose et de suivre ce que dit le “grand chef”.

Les partis politiques offrent une représentation de la société, notamment de ses conflits et de ses clivages sous-jacents.

Dans d’autres cas, se qualifier de mouvement n’est qu’une question de relations publiques. Quand Sebastian Kurz a remodelé le Parti populaire autrichien, il l’a appelé un mouvement, mais c’est le même vieux parti, seulement plus soumis à un leader très conscient de son pouvoir. La République En Marche de Macron est toujours un parti ; rien ne justifie de le considérer comme un mouvement. Le Mouvement 5 étoiles d’Italie est probablement la tentative la plus radicale de rompre à la fois avec la forme du parti et avec les médias professionnels (dont la figure de proue, Beppe Grillo, a toujours dénoncé la corruption), mais il ressemble de plus en plus à un parti traditionnel. On peut y trouver du bon ou du mauvais, mais cela confirme que ceux qui font grand cas de leur statut de mouvement finissent souvent par ressembler à des partis traditionnels.

Les liens sociaux qui unissaient les partis ne sont plus aussi forts qu’avant. La forme du parti peut-elle encore refléter la diversité de la société moderne ?

Il est clair qu’un ensemble de changements fondamentaux au sein de la société aura des conséquences sur les partis et les systèmes de partis, ainsi que sur la forme institutionnelle générale que prennent les partis. Il serait contreproductif de se languir d’un retour aux années 1950 ou 1960, lorsque les identités sociales des gens se traduisaient souvent plus immédiatement dans les grands partis populaires. Ce n’est pas un retour en arrière.

Les formes d’engagement peuvent changer. Les gens ne sont peut-être plus membres à vie comme avant, mais il serait prématuré de déclarer qu'”il n’y a plus personne dans le parti”. Si vous aviez dit à quelqu’un il y a 15 ans que La France Insoumise [le parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon] gagnerait un demi-million de partisans (bien que la signification soit discutable), ou que le parti travailliste de Jeremy Corbyn au Royaume-Uni atteindrait un demi-million de membres, vous auriez eu du mal à le croire. Les gens sont toujours prêts à adhérer à des partis et à s’engager d’une manière ou d’une autre.

Pour en revenir à l’idée d’infrastructure critique, les systèmes politiques doivent-ils réfléchir davantage à la réglementation des partis pour maintenir des démocraties saines et pluralistes ?

Tout commence par le financement des partis. Les Européens aiment dauber sur les États-Unis parce que dépenser 14 milliards de dollars pour les campagnes électorales fédérales est tellement obscène. Mais si l’on regarde de près comment les différents pays européens réglementent leurs propres systèmes, d’un point de vue normatif, ce n’est guère mieux. Les chiffres sont moins élevés, mais il y a toujours des inégalités, de l’injustice et de l’argent sale. Pensez à la façon dont les déductions fiscales signifient que les pauvres subventionnent effectivement les préférences politiques des riches. Ma suggestion – à l’instar d’un certain nombre d’universitaires et d’hommes politiques – est que chacun dispose d’un bon d’achat de valeur égale à dépenser pour l’infrastructure critique de la démocratie.

Quel est le rôle des médias, en particulier des médias traditionnels, dans la vie politique ?

Les systèmes médiatiques fonctionnent différemment, de sorte que toutes les infrastructures critiques sont différentes. Au Royaume-Uni, la BBC se distingue bien sûr d’une structure fortement commercialisée, qui diffère encore des paysages médiatiques des pays où le pluralisme a été drastiquement réduit, comme la Hongrie et, dans une certaine mesure, la Pologne. Cela dit, l’une des obligations premières du journalisme est d’informer les citoyens sur les représentations offertes par les partis politiques et, dans une certaine mesure, de les juger.

Au-delà de cela, il n’y a rien d’intrinsèquement mauvais à ce que les journalistes ou les institutions médiatiques prennent position. Nous avons tendance à oublier que de nombreux partis socialistes disposaient de leurs propres journaux, et que de nombreux dirigeants apparaissaient non pas dans le mouvement syndical mais dans le journalisme. Prendre position ne signifie pas inventer des mensonges comme Fox News aux États-Unis, mais interpréter et rendre compte du monde d’un point de vue particulier. Tant que tout le monde a à peu près conscience ce qu’il reçoit, d’où cela provient et pourquoi cela ressemble à ce que c’est, il n’y a rien de mal. Il y a encore beaucoup de place pour la réglementation – en termes de non-incitation à la violence, de non-dissémination de la désinformation ou des fausses informations, et de non-dénigrement de certains groupes (comme le font les populistes de droite) – qui peut coexister avec un système ouvert qui fait ressortir la dimension créative et dynamique de la démocratie beaucoup plus clairement qu’aujourd’hui.

Contrairement aux médias traditionnels, les médias sociaux offrent une connexion directe entre les utilisateurs et les politiciens, les experts et les influenceurs. Comment les médias et réseaux sociaux changent-ils notre politique démocratique ?

Les médias sociaux sont toujours médiatisés, mais de manière très peu transparente. Cela peut sembler être une relation directe, ce qui incite à conclure qu’il existe une affinité entre les réseaux sociaux et le populisme, mais ce caractère direct est une illusion. Les entreprises de médias sociaux, comme les médias traditionnels, sont des intermédiaires – elles font également partie de l’infrastructure critique de nos démocraties.

Bien sûr, les entreprises de médias sociaux sont les premières à dire que leur activité consiste uniquement à “connecter les gens”, qu’elles ne prennent pas position et que la suppression du compte du président des États-Unis les met très mal à l’aise. Mais la technologie des médias sociaux, tout comme les infrastructures physiques, peuvent-être misent en place de différentes manières. Les modèles économiques et les algorithmes sous-jacents qui influencent le fonctionnement de ces systèmes peuvent avoir des effets très pernicieux sur le débat démocratique. Actuellement, ce sont des boîtes noires. Si la transparence totale est une illusion, les chercheurs doivent être en mesure de comprendre ces systèmes pour évaluer leurs effets probables et ce qui pourrait, et devrait, être changé.

Cependant, j’hésite à dire que les médias et réseaux sociaux sont forcément nuisibles à la démocratie. Ils apportent de la créativité et de l’ouverture d’esprit, et il y a beaucoup à dire sur les opportunités qu’ils offrent. Ils permettent également à des représentants autoproclamés de s’attaquer à des problèmes qui, autrement, seraient négligés.

#MeToo et #BlackLivesMatter n’ont pu se développer comme ils l’ont fait que grâce aux médias sociaux.

La question difficile est de passer de la multiplication des représentations sur les médias sociaux à un débat structuré. Avec les partis et les médias traditionnels, nous savons à peu près comment fonctionne le débat : échanger des revendications, riposter, dire quand une attaque est injuste, etc. Ce type de débat structuré est beaucoup plus difficile sur les médias sociaux.

La question du lien entre les technologies des médias et la démocratie a également été soulevée lors des précédentes révolutions médiatiques. Dans les années 1930, le philosophe et critique littéraire Walter Benjamin a affirmé que, tout comme le cinéma avait remplacé l’acteur traditionnel par la star de cinéma, l’homme politique traditionnel avait été remplacé par le dictateur. Je rejette tout déterminisme technologique, mais les questions relatives au lien entre les médias sociaux et la démocratie sont légitimes.

Que pensez-vous des appels croissants à des innovations démocratiques telles que les assemblées de citoyens ?

Les assemblées de citoyens sont particulièrement utiles lorsqu’il y a des raisons de croire que les partis prendront de mauvaises décisions ou n’en prendront aucune. Lorsqu’il s’agit de réduire la taille du Parlement ou de modifier le système électoral, les partis peuvent être réticents à prendre des décisions allant à l’encontre de leurs intérêts, de sorte que différentes formes de prise de décision sont utiles. Pour prendre deux exemples en Irlande, l’Assemblée des citoyens de 2016 à 2017 et le référendum de 2018 sur l’avortement montrent également comment des décisions collectives comportant un fort élément éthique mais ne nécessitant pas une grande expertise peuvent être abordées efficacement grâce à un débat complet.

L’objectif des élections reste de montrer la force relative des différents groupes de la société de manière pacifique.

Cependant, certains veulent aller beaucoup plus loin et remplacer complètement les partis politiques. C’est un autre signe de l’élan antipartis, et j’ai deux réserves majeures. Premièrement, la démocratie dépend du fait que les perdants sachent quoi faire. Lorsqu’une bataille politique est perdue, le parti utilise le temps jusqu’aux prochaines élections pour mobiliser plus de personnes et affiner ses arguments avant de réessayer. Si des citoyens choisis au hasard prennent une décision, on ne voit pas très bien comment cette décision pourrait être révisée. Que doivent faire les perdants, et sur quelles institutions peuvent-ils s’appuyer pour renforcer leur camp ? Certains politologues intransigeants affirment que les élections se déroulent dans l’ombre de la guerre civile. Heureusement, ce n’est pas le cas en Europe aujourd’hui. L’objectif des élections reste de montrer la force relative des différents groupes de la société de manière pacifique. Les partis restent particulièrement efficaces à cet égard, mais cette fonction disparaît avec des groupes de citoyens choisis au hasard.

Deuxièmement, les preuves de la participation et des assemblées de citoyens ne sont pas claires. Certains résultats montrent qu’elles profitent davantage aux personnes favorisées. Certes, les critères de sélection peuvent être modifiés et il n’est pas vrai que seuls les privilégiés se présenteront, mais toute forme qui s’éloigne des partis traditionnels tend à privilégier les personnes instruites et aisées disposant de plus de temps et de ressources. Les assemblées de citoyens peuvent trouver une place, mais ne se substitueront pas aux partis politiques.

Seeing Mobility in a New Light

With the further integration of the European Union came the right to move and reside in countries within the Union, regulations on mobility, as well as the mobility networks that make movement over greater distances possible. However, this fading of barriers to citizen’s movement has come against pushback as a growing number attribute it to a sense of loss – be that of place, belonging, or of the self. To allay these fears, the authors of this piece make the case for contesting fixed notions of a place and reorganising mobility to foster meaningful connections.

Historically, the economic situation and political boundaries of the member states of the European Union tied most people to one place. Now, due to increased mobility by virtue of greater economic wealth and political freedom, people are less constrained. Mobility refers to the movement of passengers using road, rail, and aviation networks in the EU but also the change in life patterns that such connections enable. Since the 1990s, mobility in the EU has continued a steady rise as GDP increases. The number of people traveling within the EU, whether for work or holidays, has increased over the years and extended networks are expected to expand this growth. While the long-term effects of the pandemic remain unclear, aviation and public transport are projected to see the steepest rise in demand by 2030.

Although this increase in mobility has brought prosperity to many, the fading of economic and cultural boundaries has not been a welcomed change by all. A shift in mentality is exhibited by groups of people defining their “safe places” through nationalism and turning to tightly bound place identities. A sense of threat to these safe places causes spatial and social disruption, of which Brexit is the clearest example. Increased mobility has caused a strong fault line between the people who feel threatened and those who are prospering due to the fading of boundaries. Hence, solutions should be found for those who perceive their safe places to be at risk.

In his book The Road to Somewhere, David Goodhart sees two groups on opposite sides of the fault line in the British context. The “Somewheres”, as he describes, are those who have a strong feeling of tradition and feel attached to their hometowns. This group experiences ubiquitous mobility as overwhelming and long for an era where places supposedly occupied by coherent, homogeneous communities prevailed. Opposite to the Somewheres he positions the “Anywheres”. These are the people who are mobile, often live in cities, and manage change well. This group is assumed to be more aware of the values of distant places.

Rather than constructing uniqueness based on internalised history within closed boundaries, we need to understand that, in fact, places are created via penetrable networks of relations.

David Goodhart is not the first to distinguish between people who attach to a single place and the ones who are mobile. Similar dichotomies can be found elsewhere: the sedentary versus the nomadic way of life; insiders versus outsiders; routes versus roots, or place as being versus place as becoming. However described, the growth of this schism is foundational to the decline of the centre and centre-left and the rise of populism across Europe. Besides their political implications, an intriguing aspect of these dichotomies is what they suggest about how places are perceived: many see them as static and safe as a consequence. However, places are created through multiple connections and can therefore never be static. Moreover, outside influence does not need to be seen as upending the safety of a place. Mobility can facilitate embracing this change as well as creating strong connections.

Although some might long for an era of supposedly homogenous communities (if they ever existed), it would be impossible to return to those times. Rather than constructing uniqueness based on internalised history within closed boundaries, we need to understand that, in fact, places are created via penetrable networks of relations. A place is never a fixed or finished entity – it is always evolving with our expanding social networks, stories, and reflections about other places. It is perhaps the overwhelming increase in information flow through this network and the incapacity to take it all in that make many yearn for supposedly static places. Spurring this increase is the freedom of movement which has only accelerated due to further economic and political integration of the European Union.

Free movement in Europe

Regulations on movement established in medieval times effectively put wanderers under the dominion of parishes. In the 18th century, people began traveling over greater distances in greater numbers. The responsibility for regulations changed from local to national administrations as the first passports were issued.

While wandering vagabonds in medieval times were branded by their parish, now people had to provide a booklet with personal information. Mobility became a topic of friction as nation states strengthened their legislative boundaries and regulations, limiting the movement of people without a passport. By 1914, the beginning of the Second World War, everyone carried a passport.

Our latest edition – Democracy Ever After? Perspectives on Power and Representation – is out now!

READ & ORDER

A few years after the Second World War, maps of the continent were rolled out by the Economic Commission for Europe in Geneva. Delegates of this commission drew new lines and connections on the geographical landscape. They were convinced that there was only one way to overcome the catastrophe of the war: common accessibility through a shared infrastructure system. Thereafter, regulating mobility changed from a national to a transnational concern.

In search of place

The acceleration of the freedom of movement changed how people’s relationship with places are conceptualised. It sparked, for example, the dichotomy David Goodhart observes. People in one group, akin to the Somewheres, see widely accessible mobility as breaching the stable condition of their neighbourhoods, towns and cities, or as a loss of “sense of place”. A person develops a sense of place through the memories, stories, and meaning they attribute to it. Safeguarding this connection to a place is of great importance for our sense of rootedness, self, and belonging. If you feel secure enough to establish connections to a place, it means that you are able to grow roots. In 1952, the renowned French philosopher Simone Weil argued that being able to grow roots is the most important and least recognised need of the human soul.

The fears of Somewheres are wonderfully described in the famous book 100 Years of Solitude by Gabriel García Márquez. The citizens of the fictional village Macondo believe that they are living in solitude. Although they search for other lands, they find water wherever they looked. After a period of isolation, the spell of the island breaks when a new road links the village to other parts of the country. National politics interrupt the peace, and 32 civil wars are fought. Not long after everything settles is a railway constructed. Then comes a large global company with their own employees. The peace of the village is disrupted yet again. When reading this part of the story you feel empathy for the hatred towards the other, however this is not where the story ends.

Places are defined by virtue of their relation with other places.

Contesting this sense of loss that Somewheres attribute to mobility is challenging. The difficulty emerges from the intangible nature of mobility and the limited research attention directed to understanding sense of place in relation to larger geographical areas like the EU. But what needs to be understood is that places are defined by virtue of their relation with other places and a considerable portion of our roots are constructed through these comparisons. Returning to the last pages of Gabriel García Márquez’s book, the citizens of Macondo are fed up with the new developments and organise protests. After horrendous events, the village returns to isolation. The book ends with the famous quote: “races condemned to one hundred years of solitude did not have a second opportunity on earth.” This quote highlights that without movement, or outside influence, a place ceases to exist. Constructing a sense of a place requires mobility and may actually be enhanced by it.

Reinventing a sense of place

What is clear is that mobility has become a fundamental facet of our society and influences our sense of place to a great extent. So, instead of fixating on the differences between Anywheres and Somewheres, we should find common ground to overcome the critical dualism separating the two camps. The crux of the matter might lie in how mobility is developed and unfolded within and between places to strengthen bonds between here and there.

A noteworthy example of how mobility can consciously be used to establish a sense of place that goes far beyond the local setting is the Highway of Brotherhood and Unity, a project initiated by the government of the former Socialist Federal Republic of Yugoslavia. The goal was to connect a third of the inhabitants of the area, stimulate economic growth, encourage domestic tourism, and bring about much-needed national unity. The 1100-kilometre infrastructure project opened in 1963 and linked the cities of Ljubljana, Zagreb, Belgrade, and Skopje. It was constructed by volunteers, bringing together people with different ethnic and social backgrounds in symbolic unity and forming new ideals. The consequences of the new road were beyond expectations as it not only broadened the traveller’s view but also cultivated a sense of place that covered a larger geographical area.

Sadly, the symbolism of the highway soured when the war Yugoslavia began in 1991. Instead of being the carrier of unity, the highway became the carrier of military goods and soldiers. Divisions were established through roadblocks which became concrete borders at the end of the war. After the collapse of the Federal Republic of Yugoslavia there was little incentive to establish connections between the divided nations. The capitals of these newly established countries became laboratories for reinventing their sense of place. When tensions in the region reduced, and with pressure from other European countries, the highway is once again taking on its role to make connections in this region.

A new approach to mobility should not only focus on fast movement and volume.

The construction of the road network in the EU has been valuable to the European project. Roads were an important step towards creating a peaceful and prosperous continent by stimulating trade. Since 1950, the highways crossing the Union have been organised in a numbering system. In addition, all states agreed upon coherent road signs. Over the years the European network system grew enormously and traveling the continent has become uncomplicated. Yet few travelers realise the gargantuan effort that has been undertaken, and perhaps even less the impact on broadening a European’s sense of place. For many, the intensification of mobility networks across the EU has resulted in a division between Somewheres and Anywheres.

Today, the EU is also coordinating the development of an international high-speed rail network. Slowly but surely the technical and environmental difficulties are dissolving, and an increasing number of tracks can be used by passenger trains, bringing cities and countries closer. The benefit of such a network, besides allowing fast and comfortable travel, is that it can provide socio-economic support to regions that were previously not connected to transnational networks.

Since the pandemic, it has become evident that the closing of cross-border networks leads to major inconveniences and political disputes, highlighting the importance of well-functioning, shared infrastructure networks. While developing cross-national infrastructure networks, we have missed the opportunity to strengthen our sense of place by reaching through scales. A new paradigm for mobility should be developed where today’s Somewheres realise they are living in a place that is larger, that they consider equally or even more safe, and where they can confidently put down their roots.

The Covid-19 pandemic has constrained travel while lockdown measures have introduced the possibility of combining work and a change of scenery. This development is an opportunity to replace volatility in mobility with slower, more sustainable, and ethical alternatives. We can reorganise mobility to be more suited for longer stay and connection with local scales, whether the reason for mobility is work or leisure.

A new approach to mobility should not only focus on fast movement and volume but also create awareness of the lands we travel through. It should make room for artists or designers to work on infrastructure networks with local communities or to find new ways of bringing stories to life, digitally or physical. Additionally, Europe needs to invest in our roads and train networks as well as waterways which have been vital to its development of European cities. With this new paradigm, an awareness of the diverse landscapes, rich culture and history of Europe can be generated.

Far From a Done Deal: Europe and the Nuclear Ban Treaty

In a rare moment in foreign policy, nuclear politics was thrown into the limelight as the nuclear ban treaty entered into force in January 2021, signalling renewed momentum for non-proliferation and disarmament. Although the number of nuclear weapons is at the lowest it has been in the last 50 years, stockpiles globally are beginning to grow once more and European countries mostly ignored the multilateral effort to ban the bomb. For Green parties, building momentum for disarmament from the treaty depends on formulating new answers to the sources of insecurity and instability Europe faces.

As the Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons begins to entrench a global norm against nuclear weapons, the fast-rising Green movement in Europe will imminently arrive at a crossroads where their guiding principles of environmental responsibility, extending justice, inclusive democracy and non-violence, will stand in stark contrast with the foreign policy ramifications of their projected electoral gains. One area where this contrast would be most pronounced would be the issue of nuclear weapons.

The prospect of a world free of nuclear weapons has been one of humanity’s long-standing preoccupations since the dawn of the atomic age. Looking back at the very first United Nations General Assembly (UNGA) resolution in 1946, which called for the “control of atomic energy to the extent necessary to ensure its use only for peaceful purposes” further requiring “the elimination from national armaments of atomic weapons”, two things are clear. First, that this aspiration embodies the anxieties of an overwhelming majority of states that would rather see one of humanity’s most phenomenal discoveries, reserved for peaceful scientific exploration. Second, that the espousal of this aspiration within the United Nations system, points to our collective faith in the prospects of achieving nuclear disarmament through multilateral frameworks.

An exhausted bargain

The Treaty on the Non-Proliferation of Nuclear Weapons (NPT), which came into force in 1970, has since been the cornerstone of the global non-proliferation and disarmament order. Five nuclear weapons states – the United States, the United Kingdom, France, China, and Russia – have temporarily retained the rights to possess nuclear weapons, while other non-nuclear weapons states have more or less refrained from acquiring them. This arrangement was reached to ensure that non-nuclear weapons states could access nuclear technologies for peaceful uses, whilst according to Article VI of the treaty, nuclear weapons states remained legally obliged “to pursue negotiations in good faith on effective measures relating to cessation of the nuclear arms race” and to nuclear (general and complete) disarmament.

Nuclear weapons in Europe merely reflect the entrenchment of long-standing great power political rivalry.

This arrangement under the Non-Proliferation Treaty has mostly been a successful endeavour if one takes a purely quantitative approach. True to the promise of eliminating atomic weapons from national armaments, the number of nuclear weapons has steadily declined, and at roughly 13,500, are at the lowest they have ever been in the past 50 years. Only four states (India, Pakistan, Israel, and North Korea) went on to acquire nuclear weapons outside the Non-Proliferation Treaty regime, and we have not witnessed the use of nuclear weapons in conflict since Hiroshima and Nagasaki. However, the perennial, attendant horrors of nuclear weapons use, testing, uranium extraction, have illustrated the considerable breadth of issues not directly governed by the NPT. The persistent failure of nuclear weapons states to specify how they would achieve verifiable, enforceable, and irreversible nuclear disarmament has also been a source of sustained anxiety, which has reaffirmed suspicions that nuclear weapon states will never honour their disarmament obligations couched in the Non-Proliferation Treaty’s “grand bargain”. Even the staunchest disarmament advocates have had their optimism blunted by nuclear weapons states’ vast investments into nuclear weapons modernisation programmes, persistent arms racing, and geopolitical rivalries in a steadily deteriorating security environment.

At the state level, nuclear politics appears to be the antithesis of green democratic principles that value open, sustainable, just, and feminist ordering of society. The opposite of open, because the securitisation of nuclear weapons policy has occurred to such an extent that it has been far removed from the functioning of “ordinary” politics and sequestered into realms cloaked in opacity and secrecy. The opposite of sustainable, because the foundational logic of deterrence has never evolved beyond crisis containment; it is persistently bogged down in the ad-hoc closing of pathways towards nuclear use, instead of evolving towards more structural and long-term approaches to nuclear risk reduction. The opposite of just, because the nuclear enterprise fails to acknowledge the negative and lasting impact of uranium mining and nuclear testing on individuals and societies (particularly in the Global South) which were subjected to them. The opposite of feminist as it is a hypermasculine sphere of politics that has been particularly allergic to the equitable representation of interests across genders.

Disarmament so green

Yet, true to the ideals of green politics, the Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons (nuclear ban treaty), championed by advocates for social and remedial justice, is founded on core humanitarian principles. The treaty proposes the implementation of positive obligations and is determined to entrench and strengthen the norm against nuclear weapons and the associated enterprise. Reflecting the overwhelming support from grassroots campaigning, the proponents of the nuclear ban treaty leveraged the organisation of active and diverse communities around the world to push for states’ explicit recognition of the humanitarian consequences of nuclear weapons, and challenge the morality of their retention and potential use.

Of particular interest was the 2010 NPT review conference, where state parties expressed “deep concern at the catastrophic humanitarian consequences of any use of nuclear weapons.” In many ways, this recognition was the catalyst for the International Committee of the Red Cross’s subsequent calls to adopt a legally binding agreement that would prohibit and eliminate nuclear weapons. Grassroot organisers coalesced around the humanitarian initiative, which the International Campaign to Abolish Nuclear weapons (ICAN) spearheaded through several UNGA resolutions and humanitarian conferences from 2012 to 2015. These efforts culminated in UNGA Resolution L.41 and a United Nations conference to negotiate a legally binding instrument to prohibit nuclear weapons. The nuclear ban treaty was the result of the United Nations conference.

It was adopted on 7 July 2017 and entered into force on 21 January 2021. Signatories to the nuclear ban treaty are prohibited from participating in any nuclear weapons activities including the development, testing, production, acquisition, possession, stockpiling, using, or threatening to use nuclear weapons. The treaty goes further to outlaw the placement of nuclear weapons on the territories of signatories and obliges them to offer adequate assistance to individuals affected by the use or testing of nuclear weapons. A strong connection to environmentalism can be found in the nuclear ban treaty’s charge to signatories to take “necessary and appropriate measures of environmental remediation of areas so contaminated” due to the testing and use of nuclear weapons and nuclear explosive devices.

The nuclear ban treaty, championed by advocates for social and remedial justice, is founded on core humanitarian principles.

The connections between the nuclear ban treaty and green politics go beyond implications of ideological synergy. In fact, European Greens council resolutions highlight the long-standing support for a nuclear ban, a rejection of nuclear weapons as instruments of national coercion, a rejection of nuclear sharing in Europe and NATO’s strategic concept, active support for the conferences on the humanitarian impact of nuclear weapons. Greens facilitated a Europe-wide alignment campaign for all governments to sign and ratify the nuclear ban, including for municipal and regional governments to align to the treaty.

On the other hand, the nuclear ban treaty has been persistently opposed by all nuclear armed states and their security alliances. Most recently, NATO in December 2020 claimed that the ban treaty will “not result in the elimination of a single nuclear weapon.” Members of the alliance have either expressed opposition to the treaty or distanced themselves from it, favouring the step-by-step approach instead. Nonetheless, the nuclear ban treaty serves as the legal expression of the many – that nuclear weapons and the reliance on deterrence are incompatible with, and ethically unacceptable in societies that value ecological and political sustainability.

Our latest edition – Democracy Ever After? Perspectives on Power and Representation – is out now!

READ & ORDER

In recent years, Greens have witnessed a significant surge in Europe, where they are part of governing coalitions in Austria, Belgium, Finland, Ireland, Luxembourg, and Sweden. And in these countries, there is a case to be made for the correlation between the Greens’ increased political influence, and the potency of support for the ban treaty. For example, Austria and Ireland are already signatories to the ban.

In Germany, Green politics was accelerated due to the gains made by the peace movement against the bomb. And more recently, the Greens’ projected electoral gains (where they are already well represented in governing coalitions in 11 of 16 German states), might also strengthen the prospect of more conspicuous translation of their ideals into policy. Considerable success in Germany, would also usher in a new political era for Europe. The Greens are now increasingly perceived as more “pragmatist” and “centrist” – and their gradual socialisation into decision making roles on the continent draw them ever closer to the concerns of foreign policy. A time is soon coming where the Greens will no longer be protesting outsiders on hard foreign policy questions concerning security and nuclear policy – one where Green support for nuclear disarmament will have to produce concrete practices that will contend with and supersede more established practices of strategic balancing founded on the logic of nuclear deterrence. The expectation is that they practice what they preach, once elected in considerable numbers.

In the driver’s seat

In this new era of increased decision making responsibilities, and amid rallying calls for a more “democratic” Europe, it will be crucial that the Greens continue to move in lockstep with their grassroots supporters to correct what has been perceived as a longstanding “democratic deficit” [read more in our series on the future of Europe] that undermine “Schicksalsgemeinschaft” (community of fate) at the European level, on a host of pertinent issues. One can reasonably expect that the Greens would continue to champion “freedom through self-determination” as per the guiding principles adopted in 2006. But bringing in the nuclear dimension, how then might a Green-led Europe assuage the legitimate security concerns of eastern and central European countries in light of Russia’s strategic interests which are at odds with individual and collective political autonomy, whilst responding to the overwhelming majorities in Western European countries where the Greens are stronger in support of signing the nuclear ban treaty (with majorities of 64 per cent in Belgium, 68 per cent in Germany, 70 per cent in Italy, 62 per cent in the Netherlands)?

How might they navigate questions of legitimacy and accountability, when the EU’s 2016 parliamentary resolution calling for EU member states to “support the convening” and “participate substantively” in the negotiation of the nuclear ban treaty, went largely ignored by EU member states’ missions at the United Nations? Given the increased nuclearisation and force projection of the alliance, seen in the warhead cap increase programmes in the United Kingdom and the United States, how might continued NATO contributions of 2 per cent of GDP be balanced with “climate-compatible” defence, which stymies the chances of reaching targets of less than 2 degrees Celsius of warming?

A time is soon coming where the Greens will no longer be protesting outsiders on hard foreign policy questions […]

The difficulties posed by these questions are but a few of the conundrums that will have to be navigated in practice, at some point in the near future. These questions also illuminate a considerable paradox. On the one hand, the Greens have retained their pacifist, anti-war stance on the issue of nuclear disarmament because it enjoys robust political support in local politics. It is a simple and unambiguous solution to the problem of nuclear weapons which have caused genuine and widespread anxiety. The idea that the abandonment of these violent, immoral, and uncivilised weapons of mass destruction is the only prerequisite to lasting peace, is an idea that transcends the circuitous issues of strategic balancing and military hedging – issues that have only stood in the way of the wishes of the many. It is an idea that appeals to the saner, fairer, more altruistic portions of human reasoning. On the other hand, implementation of nuclear disarmament in practice raises uncomfortable questions that might steer green politics away from the idea that the weapons in and of themselves are the principal sources of insecurity and instability. The fact is, nuclear weapons in Europe merely reflect the entrenchment of long-standing great power political rivalry. Looking at the European strategic landscape, proposals for immediate (unilateral or multilateral) disarmament will have to be accompanied by sustainable solutions to the existing political and territorial disputes (and conventional capabilities) that have been ordered around a reliance on nuclear weapons for far too long. These existing disputes and capabilities can no longer be discounted as residual sources of tensions in a disarmed system, given that they may very well provide incentives for rearmament if left to spiral out of control.

Dealing with this paradox in a more democratic Europe would require the collective definition and sharing of the problem within a continental demos. It would require systematic engagement with the 27 demoi, but also with the United States, Russia, and other interests that contour the European security landscape. It would require the choreographed ordering of confidence-building and demobilisation efforts, in a manner that will not dangerously expose Europe to opportunistic cheating. And yet, it would also require the maintenance of perceptions that real progress (not systematic lip-service) towards disarmament is being made, as this expectedly time-intensive process is underway. But all these must be achieved, and its momentum sustained, even as the intelligibility of the process becomes so increasingly detailed and sophisticated that it fails to register in public political debate, as the idealistic lustre becomes corrupted by “step-by-step” stakeholder engagements, and as the marginal electoral benefits from the nuclear disarmament issue becomes less of a motivational factor. And it is at that point, much like today, that independent advocates for disarmament will have to serve as interlocutors between the grassroots and high politics, to preserve the momentum, intelligibility, and legitimacy of the disarmament enterprise.

Les Verts en France doivent construire un récit pour le passé, le présent et l’avenir

Le paysage politique en France s’est profondément transformé au cours de la dernière décennie, les partis autrefois dominants étant remis en cause par de nouveaux mouvements et la présence constante de l’extrême droite. Avec une élection présidentielle à venir en 2022, les Verts français doivent évaluer comment ils peuvent être un vrai concurrent dans cet environnement, explique le député européen vert français David Cormand.

C’est une année charnière en France, ce moment pré-électoral où se construisent les dynamiques de la vie politique pour une année cruciale. Comment EELV l’aborde-t-il  ?

Nous l’abordons avec l’ambition de changer la donne et la lucidité de qui mesure la difficulté de ce qui doit être accompli. Il y a eu en 2017 un moment de bascule du paysage politique, avec la fin du quinquennat Hollande et l’irruption de Macron. Sa victoire a, de mon point de vue, parachevé un long processus de décomposition de la social-démocratie en France. À l’époque, j’avais un peu théorisé cette modification du paysage politique radical, avec l’explosion des deux piliers politiques gauche de gouvernement sociale-démocrate, et droite libérale-gaulliste de gouvernement, qui structuraient le paysage depuis l’après-guerre  : c’était l’émergence de ce que j’avais appelé le « Triangle des Bermudes », dans l’émergence d’un triple populisme. Celui d’extrême-droite qui se consolide, un populisme de gauche, théorisé par la France Insoumise, et un populisme libéral, incarné par Macron. Ces trois mouvements-là ont en commun d’être des partis qui ne sont pas vraiment des partis, puisqu’ils sont structurés autour d’une personnalité dans une organisation extrêmement verticale, et qui remettent en question l’importance des corps intermédiaires. Paradoxalement, ils représentent également la forme la plus caricaturale de la Ve République, puisqu’ils sont tout entier tournés vers la conquête du pouvoir présidentiel.

Ce Triangle des Bermudes, nous sommes toujours dedans. Mais il y a une nouveauté désormais avec l’affirmation de l’écologie politique comme force majeure. Cette émergence est le fruit d’une histoire longue, mais aussi le résultat d’une réflexion au long cours depuis 2017 (quand nous étions au fond du trou pour de nombreuses raisons, structurelles et conjoncturelles). Nous avons refusé de laisser l’écologie se dissoudre des traditions politiques en perte de vitesse, et affirmé l’originalité d’une vision qui se situait au-delà des clivages anciens, sans les renier, et entamé un travail de reconstruction politique entre la séquence politique européenne 2019, et les élections locales 2020 et 2021, pour essayer d’être en capacité de proposer une offre politique en 2022. Pour l’instant, les enchaînements se tiennent bien. 

Mais rien n’est écrit. Nous devons à la fois refuser la totémisation de l’unité et les tentations centrifuges du pôle de l’alternative. En clair, refuser la dissolution dans un accord sans principes ni vision, et dans le même temps nous prémunir du trop-plein d’ambitions individuelles qui ajoutent la division à la division, sans réelle perspective politique. La route est donc vraiment étroite.

La feuille de route des écologistes est de contribuer à restructurer le paysage politique autour de trois offres, qui schématiquement représentent trois temporalités  : la nostalgie mortifère d’un passé fantasmé, portée par l’extrême-droite  ; l’enfermement dans le présentisme, qui est la linge non-avouée du parti du statu quo, ce « cercle de la raison » libéral dont Macron est le dernier avatar. Enfin, celles et ceux qui ont le souci de l’avenir doivent se rassembler autour de l’écologie, dont seule la matrice permet d’affronter les défis du XXIe siècle. Chacun comprendra bien cependant qu’une force à vocation majoritaire doit être capable de réunir les trois temporalités pour construire un récit du passé, proposer un programme pour les temps présents, et offrir une vision du futur. Seule cette articulation peut nous permettre de surmonter la crise du sens que traverse notre société.

Autour de quelles thématiques, de quels enjeux se fait la structuration du débat public français  ?

En France aujourd’hui, et je pense que ce n’est une bonne nouvelle ni pour l’écologie ni pour le pays, la question identitaire s’impose comme champ de bataille du débat. C’est sous cet angle que sont abordés les débats autour de la République, la laïcité, la « Francité », l’intégration ou non dans la communauté nationale, etc. C’est un vrai péril parce que c’est ce champ de bataille politique-là que l’extrême-droite a souhaité traditionnellement imposer dans le débat. On a ainsi le sentiment que la majorité LREM au pouvoir, même s’ils ne sont pas sur cette ligne – ce serait absurde de le prétendre – a complètement intériorisé le fait que ce n’est finalement pas plus mal de livrer bataille sur ce ce terrain-là. Cela leur permet, espèrent-ils, d’effacer la droite républicaine du champ. Nous les écologistes, devons alors mener de front deux combats  : sortir de l’impasse identitariste, et sortir de la doxa libérale.

La question énergétique est certes cruciale, mais elle n’est pas le seul aspect de la transition écologique à mener.

Sur le premier point, il s’agit de déplacer le centre de gravité de la question identitaire aux questions qui, de notre point de vue, sont beaucoup plus essentielles pour reprendre le contrôle sur ce dont dépend notre subsistance  : le redressement écologique, la transition économique, les nouveaux métiers, le rapport à l’emploi, la question sociale, etc. En face, la ligne politique du Rassemblement national, c’est la nostalgie d’une époque rêvée, en gros les Trente Glorieuses, les films d’Audiard en noir et blanc, l’école avec les porte-plumes où on écrivait à l’encre violette avec de beaux arrondis… c’est-à-dire une espèce de vision de « on n’est plus Français, on n’est plus chez nous, rappelez-vous la France éternelle des années 1950-60 qui nous a été confisquée ». Or, la réalité de cette époque-là n’est pas si rose  : il y avait énormément d’inégalités, et les conquêtes sociales étaient adossés à un modèle productiviste fait de dégradations environnementales et d’inégalités Nord-Sud.

Le deuxième combat consiste à refuser les mensonges de la croissance infinie dans un monde fini. Ils attendent un retour à une période dorée qui n’est pas reconductible quand on prend en compte les limites physiques de la planète. C’est ce qu’explique assez bien Bruno Latour dans Où atterrir  ?c’est qu’ils vivent dans un monde qui n’existe pas, à la Trump. Ça me rappelle aussi Bush père, qui disait « le mode de vie américain n’est pas négociable ». C’est une promesse intenable. L’extrême-droite, comme les libéraux, vend une planète qui n’existe pas. Ils ont quitté la réalité terrestre.

Selon vous, les écologistes peuvent-ils et doivent-ils aller chercher ces électeurs qui ont glissé vers un vote très à droite, voire d’extrême-droite, ou vers la gauche radicale ? Ou faut-il les considérer comme définitivement perdus  ?

C’est une question intéressante parce que la gauche sociale-démocrate, dans les années 80-90, avait justement considéré que cela ne servait à rien d’aller chercher un électorat populaire, perdu, et qu’il fallait donc s’adresser uniquement aux classes moyennes. À l’époque, les classes populaires ne votaient pas encore FN, elles se contentaient de s’abstenir  : « Puisque vous ne vous occupez plus de nous, on ne s’occupe plus de vous ». Puis, de colère, ils sont ensuite passés au vote extrême-droite.

En tant qu’écologistes, il faut évidemment s’adresser à tout le monde. Pour moi, la spécificité de l’imaginaire politique écologiste, et c’est paradoxal, c’est qu’il est d’une part fédérateur  : il s’agit de faire en sorte que la planète reste hospitalière à la vie en général, et à la vie de la civilisation humaine en particulier. Mais ce que cela implique en termes de politiques publiques à mener est très conflictuel. On met en question de puissants intérêts établis, y compris dans ce qui était considéré comme des acquis pour les classes populaires. La promesse de la social-démocratie d’inspiration marxiste, c’est-à-dire le compromis fordiste de l’émancipation par l’abondance, n’est non seulement pas émancipatrice, mais est aussi intenable pour des raisons de limites physiques de la planète.

L’écologie propose d’articuler une promesse d’émancipation tenable, et en premier lieu aux classes populaires, car ce sont elles les premières victimes des inégalités sociales générées par la prédation sur les ressources naturelles, ce sont les premières victimes aussi des pollutions, etc. Mais avant de parler d’émancipation, je pense qu’il faut parler de protection et de réparation. Pour un certain nombre de classes populaires, on n’en est pas à l’émancipation  : on en est à réparer les casses qu’ils ont subi, et les protéger à court terme contre les périls qui les guettent. Il faut s’adresser aux classes populaires, qu’elles votent ou pas FN, pour leur dire que l’écologie protège et répare.

Concrètement comment se manifestent les enjeux écologiques, autour de quelles questions particulières  ?

Mon sentiment, c’est que si on tire le fil de ce qui génère les conflits d’usage dans la société en France aujourd’hui, on en arrive à des questions écologiques  : questions de santé environnementale, questions économiques, questions sociales, etc. C’est encore un paradoxe  : nos adversaires considèrent qu’il doivent s’accaparer la question écologique, tout en stigmatisant les écologistes. C’est plutôt bon signe  : les lieux où se structurent les conflictualités aujourd’hui sont les questions écologiques. Pour faire simple, les libéraux s’intéressent à l’écologie en lui donnant comme réponse la croissance verte. L’extrême-droite propose une relocalisation identitaire, comme si le territoire de la France était coupé des réalités terrestres. Les sociaux-démocrates portent la social-écologie, donc régénèrent la social-démocratie keynésienne en y intégrant la question écologique. Et la France Insoumise intègre la question écologique dans le populisme, le « eux contre nous », mais c’est une simplification à outrance des conflictualités. 

Quand on est écologiste, on sait bien que la conflictualité de la société ne se résume pas aux 99 % contre 1 %. Car à l’intérieur des 99 %, il y a aussi des conflictualités. On ne peut pas réduire la question écologique à ce populisme basique. Plus généralement, je mets en garde contre le saupoudrage des thématiques écologistes dans des matrices préexistantes. Le syncrétisme à ses vertus, mais je refuse la confusion entrainée par le pillage systématique de nos mots et de nos idées, visant en réalité à désamorcer la charge novatrice de l’écologie politique.

Puisque les enjeux écologiques supposent une approche transnationale et européenne, comment alors les enjeux européens structurent-ils le débat politique en France  ?

Pour être franc, assez peu. C’est d’ailleurs une frustration. La question européenne surgit dans le débat français quand il y a des grandes crises, typiquement la crise sanitaire, avec le plan de relance ou les vaccins. Il y a toujours en France ce réflexe de voir l’Union européenne comme un corps étranger auquel on s’intéresse quand il y a des problèmes. Ce qui contraste très fortement avec cette attente au niveau européen, c’est que la France se préoccupe plus d’Europe.

Aborder les questions écologiques par le prisme européen et transnational comme dans les rapports Nord-Sud, etc. est ancré dans l’histoire des Verts français : le premier candidat écologiste à une élection présidentielle en France est René Dumont, en 1974, un des premiers altermondialistes. Un de nos fils conducteurs a toujours été de souligner la responsabilité spécifique qu’ont la France et l’Europe dans la marche du monde, en particulier les « pays du Sud ». Les autres partis, quand ils parlent du monde, parlent de Joe Biden et des États-Unis par exemple, mais ignorent les pays du Sud, comme une forme d’impensé. 

Dans la conclusion de Où atterrir  ? Latour dit « en Europe », parce que, pour le meilleur et pour le pire, l’Europe a une voix prescriptrice dans la marche du monde, à travers son rôle historique et sa puissance normative. En outre, quand elle défend des valeurs comme les droits humains, c’est prescripteur dans d’autres parties du monde. Cette dimension est complètement sous-exploitée par l’Union européenne, et par la France qui, à son corps défendant, a pourtant une place privilégiée au sein de l’Union. 

Pour moi, c’est quelque chose que doit apporter l’écologie politique dans le débat public en France, pour que celle-ci y assume son rôle, non pas à la Napoléon en considérant l’Union européenne comme une France en grand, mais au contraire à rappeler l’Europe à peser dans le monde en défendant toujours une vision internationaliste, non au sens impérialiste mais au sens authentiquement universaliste, des droits humains. 

EELV est membre d’un parti européen, mais quel est le niveau de coopération et d’interaction dans la poursuite des objectifs nationaux et européens de votre part  ? En outre, les élections dans les pays voisins, a fortiori en Allemagne, ont-elles un impact sur l’état de la politique française, notamment à EELV.

Bien sûr, et pas qu’à EELV. C’est pour cela que LREM est tétanisée par les bons sondages des Grünen en Allemagne, et qu’ils anticipent en caricaturant les Verts français, « décroissants et idéologiques », et en louant les Verts allemands « sérieux et modernes », supposément comme eux. Ce qui est amusant, c’est qu’à notre gauche, LFI pense au contraire que c’est bien la preuve que nous sommes libéraux, puisque les Verts allemands sont libéraux. Bref, les Verts allemands deviennent le miroir des fantasmes de nos adversaires.

Ces polémiques sont aussi le signe que nos adversaires nous prennent au sérieux. Il faut maintenant qu’on s’organise et se coordonne pour ne pas donner prise à ce type de polémique . Nous devons faire une force de cette situation et y puiser une crédibilité accrue. C’est un enjeu important  : imaginons qu’au printemps 2022, l’Allemagne et la France soient dirigées par des écologistes, ça changerait totalement le visage de l’UE – surtout dans un moment où sont remis en cause un certain nombre de doxa  : sur la dette, l’investissement, le Green Deal. Et au-delà, puisque Biden est en train de bousculer les équilibres sur la fiscalité des multinationales sur l’investissement vert. C’est la première fois que l’écologie politique peut prétendre changer la face du monde sur des sujets déterminants. 

C’est pour organiser aussi cela qu’on a mis en place des groupes de travail, notamment avec les Verts allemands, sur des axes programmatiques communs éventuels pour les élections fédérales allemandes et présidentielles françaises. L’objectif est de casser l’idée reçue française, intériorisée y compris chez les Verts, que Verts allemands et Verts français seraient ontologiquement différents. Je ne veux pas que nous cédions aux facilités de la fétichisation de nos différences culturelles. Quand on analyse sérieusement les programmes, on voit qu’en fait il y a quand même énormément de convergences. La culture institutionnelle est différente mais sur les fondamentaux, si on ne les évoque pas de la même façon, c’est quand même très convergent à la fin. Il existe une doctrine écologiste commune en Europe. Les différences de contexte et d’histoire politique nationale pèsent forcément sur nos analyses respectives. Nous n’échappons pas de ce point de vue aux logiques qui irriguaient les débats de l’Internationale Socialiste par exemple. Mais, nous avons beaucoup en commun et portons de manière transnationale le fait de sortir des logiques productivistes qui ont façonné la modernité occidentale. Cette rupture est fondamentale.

Enfin, au-delà de ce côté franco-allemand, je voudrais aussi souligner combien les victoires écologistes en France peuvent contribuer à changer le regard sur l’écologie dans les pays du sud de l’Union, qui ont toujours eu plus de mal à s’identifier aux victoires vertes en Allemagne. Je suis très attentif, par exemple, au travail mené en Espagne, où l’effondrement de Podemos ouvre plus que jamais un espace pour l’émergence d’une écologie porteuse d’alternatives. Il n’y aura pas de raccourci, mais nous pouvons incarner un espoir de dépassement du vieux système politique qui semble reprendre du poil de la bête.

Comment à EELV voit-on le débat européen aujourd’hui et le rôle de l’Europe dans le monde, surtout dans l’incertitude stratégique montante, les conflits aux frontières, et puis cette forme de guerre froide qu’on voit se mettre en place entre Washington et Pékin  ? 

Ce n’est peut-être pas ce qui est le plus perceptible vu de l’extérieur, mais je pense que les écologistes sont ceux qui ont la vision la plus clairvoyante et lucide. Sur ces enjeux-là, les autres forces politiques ont une lecture empreinte du passé. Pour la vieille gauche par exemple, la rivalité Chine/États-Unis c’est un peu « les ennemis de mes ennemis sont mes amis ». Tout ce qui est anti-impérialisme américain ne peut pas être totalement mauvais, pour caricaturer. D’autres sont plutôt atlantistes, et entretiennent le travers contraire. Les écologistes sont moins pollués par ces stigmates d’idées reçues du passé. Aucune naïveté ne doit cependant nous habiter.

La période est marquée par un regain des tensions interétatiques. Une diplomatie écologiste repose d’abord sur l’analyse des conflits pour l’appropriation des ressources naturelles. Nous savons par ailleurs que les questions relatives aux biens immatériels structurent aussi fortement le champ des relations internationales. Ce n’est pas l’objet ici, mais il faudrait revenir plus longuement sur la spécificité de la vision verte des questions internationales.

Dans un monde multipolaire hérissé des batailles entre puissances, la question de l’autonomie de l’Europe est centrale. Nous avons une vision des perspectives économiques qui permet d’asseoir une véritable autonomie. Quand on défend la compensation carbone aux frontières, l’autonomie énergétique, la reprise du contrôle sur une économie plus endogène moins indexée à la mondialisation libérale, etc., c’est aussi récupérer une forme de marge de manœuvre et de capacité d’agir par rapport aux forces étrangères, aux blocs extérieurs. Quand on dit qu’il faut se passer à la fois du gaz russe, du pétrole des Émirats, et des fabrications d’objets d’usage de la Chine, il y a une logique globale qui mène à l’autonomie.

Ensuite, les écologistes ont une tradition altermondialiste, anti-impérialiste au sens large, pour l’émancipation de tous les secteurs du monde indépendamment de ce qu’ils peuvent rapporter à la puissance européenne. Dans le nouveau chaos géopolitique, le fait est que les fondamentaux de l’écologie politique sont assez adaptés pour construire une doctrine occidentale, européenne en tout cas, cohérente et efficace.

En gros, l’écologie pensait l’autonomie stratégique avant qu’elle ne structure la conversation européenne.

C’est ça. L’autonomie, c’est ce qui nous distingue de l’extrême-droite  : ce n’est pas qu’on se coupe du reste du monde, puisque perdurent les échanges humains, culturels, de savoir, les interactions avec le reste du monde.

Je reviens à Latour  : une mondialisation apaisée, y compris dans les relations géopolitiques, passe par le fait d’atterrir, d’avoir une économie qui reprend lien avec la réalité terrestre, qui n’est pas non plus toujours dans une logique de déterritorialisation, de mondialisation et de conquête de marchés extérieurs, etc.

Nous affirmons que l’écologie doit structurer le rassemblement pour battre les droites.

Pourtant, on a longtemps constaté un déficit des questions d’expertise sur les relations internationales chez les Verts…

C’est paradoxal en effet. On reproche souvent aux écologistes d’être en déficit de doctrine sur les sujets régaliens  : police, armée, et par extension sur les questions géopolitiques. Alors que l’écologie politique a justement une lecture extrêmement novatrice. L’un de ses principes, c’est qu’il ne faut pas seulement penser gauche-droite, mais aussi Nord-Sud. De la même façon beaucoup de nos militants viennent de la coopération internationale. Et la première grande personnalité européenne et écologiste à avoir eu un rôle international, c’était Joshka Fisher, ministre des Affaires étrangères allemand.

Que pensez-vous de l’analyse livrée par Pierre Charbonnier dans sa dernière pièce de doctrine, Ouvrir la brèche : politique du monde post-carbone sur la réappropriation des enjeux écologiques par le duopole concurrentiel États-Unis/Chine, et l’opportunité pour les écologistes européens d’en subvertir la trajectoire ?

Je suis avec attention les travaux de Pierre Charbonnier dont la pensée rencontre à juste titre un grand intérêt. L’analyse à laquelle vous faite référence réinscrit la question écologique dans le champ géopolitique. 

D’abord, elle souligne au moins deux écueils : le premier est l’écologisme verbal, le second est celui de la « modernité verte ». L’écologisme verbal se déploie dans les sommets internationaux qui se résument à des concours d’éloquence. Les dirigeants mondiaux ont pris l’habitude d’y faire assaut de déclarations fracassantes et affectées sur la beauté du monde en péril. Ils annoncent pourtant des objectifs lointains et souvent insuffisants. Ce n’est plus possible. Il faut désormais exiger des actes forts et immédiats. Nous n’avons plus le temps pour autre chose. Le deuxième écueil est la promesse intenable d’un « capitalisme vert ». C’est le pari de la Chine et des États-Unis, qui en réalité pensent possible de poursuivre leur quête de puissance à travers la question climatique. Pour eux, l’objectif semble davantage de prendre le leadership planétaire que d’ouvrir la voie à une coopération renforcée de l’humanité pour retrouver une forme d’harmonie avec le vivant. Les autres États demeurent des concurrents à soumettre, et le vivant, une quantité négligeable qui n’a de valeur que parce que son effondrement peut finir par nous toucher. C’est le risque d’un green deal qui ne s’affranchirait pas des logiques de production et de consommation classique, en cherchant seulement à remplacer les fossiles par autre chose.

La question énergétique est certes cruciale, mais elle n’est pas le seul aspect de la transition écologique à mener. Il nous faut concevoir une nouvelle approche de la prospérité, où la recherche de croissance n’est plus la boussole absolue, et où l’on forge un nouveau compromis environnemental et social. Paradoxalement, à l’heure où la question de l’urgence climatique résonne puissamment dans l’imaginaire collectif planétaire, on ne prend toujours pas réellement en compte l’impératif de préservation de la nature. Comme s’il s’agissait de sauver le climat sans vraiment repenser les fondations du système qui nous a mené au bord du gouffre. Pour l’heure, la conception classique des fondements de la prospérité passe essentiellement par l’accaparement de ressources et/ou de territoires. De là découle que l’idée des biens communs naturels à préserver, qui heurte les anciennes catégories de la géopolitique.

Les enjeux de la mutation à conduire sont considérables. Une difficulté majeure est celle-ci : la prise de conscience devrait accoucher d’un renouveau du multilatéralisme si on veut se doter des outils planétaires de régulation dont nous avons besoin, or, les enjeux écologiques constituent aujourd’hui un nouveau front de tensions locales et internationales. L’Europe doit porter un nouveau modèle. Elle n’a par ailleurs rien à gagner stratégiquement à se mettre sur le même terrain que la Chine et les États-Unis.

Historiquement, l’Europe a été le berceau d’un modèle de développement qui passait par l’accaparement de ressources nécessaires à sa prospérité en dehors de ses frontières. Aujourd’hui, nous savons que ce modèle n’est pas viable environnementalement, et les tragédies de l’Histoire nous ont renseigné sur la violence dont il était porteur. Le grand défi écologique et civilisationnel de l’Europe est donc précisément d’inventer un modèle économique et social solide, intense en emplois et sobre en ressources, qui ne repose pas sur une expansion infinie. 

L’Europe doit inventer – si j’ose dire – une nouvelle modernité. La « nouvelle frontière » de l’Europe doit justement être de poser des limites au mythe de l’expansion infinie. En dehors du fait que nous y avons un intérêt, nous avons des atouts pour le faire, et la force prescriptive pour inspirer au monde un humanisme universaliste enfin dénué de toute tentation impérialiste. Ce qui implique pour l’Europe de penser le monde, de se penser dans le monde, et de penser avec le monde.

Quelles priorités le parti se donne-t-il à court terme  ? Et comment sont-elles établies  ? 

Ces décisions ont été prises par le dernier Congrès statutaire, en novembre 2019, qui a fixé la feuille de route jusqu’en 2022, sur une ligne d’affirmation de l’écologie politique comme principale matrice de l’alternative aux droites (extrême-droite, droite conservatrice LR, droite libérale Macron). Nous affirmons que l’écologie doit structurer le rassemblement pour battre les droites. C’est la feuille de route stratégique et tactique, qu’on a décliné au niveau municipal et qu’on essaie de décliner au niveau régional. Elle reste valide pour la présidentielle et pour les législatives.

Sur le fond, il s’agit de continuer à mener la bataille culturelle engagée de longue date pour que les questions que nous portons ne passent pas par pertes et profit. On voit bien comment, alors même que la pandémie planétaire a confirmé la justesse de nos craintes et de nos positions, le risque est grand que la crise accouche d’une involution politique en permettant le retour en force des vieilles logiques productivistes. C’est tout l’enjeu des débats sur les plans de relance. On nous parle de réindustrialisation sans la qualifier. On chante les louanges du redressement productif sans s’interroger sur la finalité et sur les modalités de la production, et ainsi de suite. La tentation est d’ensevelir la nécessité de la transition écologique sous l’objectif de relance quoi qu’il en coûte, comme si la dette écologique était différable, ou négociable. C’est une folie que de reprendre la course en avant vers le précipice. Nous devons donc faire la démonstration qu’un autre modèle est nécessaire et possible.

À titre personnel, mon intuition est que la porte d’entrée pour gagner en 2022 ne pourra pas se limiter à l’incarnation, au nom qu’on sur le bulletin de vote. Il faut d’abord une offre politique qui prouve que l’écologie va transformer la société, et ne se réduit pas au ripolinage de la gauche. Notamment parce que si le signifiant « gauche » demeure valide pour des millions de personnes, il est aussi synonyme de déceptions et de trahison qui ont conduit à des ruptures durables avec une bonne partie de l’électorat. La question de l’unité, essentielle, ne doit pas nous conduire à mettre sous le boisseau la question du renouvellement.

la porte d’entrée pour gagner en 2022 ne pourra pas se limiter à l’incarnation, au nom qu’on sur le bulletin de vote. Il faut d’abord une offre politique qui prouve que l’écologie va transformer la société

L’écologie n’a pas vocation à devenir le plus petit dénominateur commun d’une alliance au rabais. Au contraire, il s’agit pour nous de fournir la colonne vertébrale de l’alliance majoritaire. Il faudra décliner un récit appuyé sur un programme solide, précis et détaillé, qui donne à voir ce que nous voulons faire et comment nous comptons le faire. Que fait-on lors des 100 premiers jours en cas de victoire, la première année, les trois premières années ? Quelles sont nos priorités ? Comment comptons nous dépasser les contradictions de la société ? Comment allons-nous gouverner ? Comme on n’a pas la proportionnelle en France, il faut casser ce système où le parti qui gagne la présidentielle gagne forcément seul la majorité parlementaire et devient hégémonique. Il faut construire un accord dynamique avec les partenaires, pour gagner ensemble. Face à l’absence d’incarnation naturelle, il faut qu’avant qu’on puisse dire qui est le ou la candidate, qu’on soit d’accord sur le fait que personne n’aura la majorité seul au parlement. On compense ainsi le « fait majoritaire » et l’absence de proportionnelle par un accord législatif qui fabrique une coalition. Socialistes, écologistes, Insoumis, communistes ne seront pas majoritaires seuls et devront construire, pour faire vivre le Parlement, une majorité gouvernementale. Cela permet de garantir dans la durée une dynamique politique.

La gauche plurielle de 1997-2002 n’était pas « plurielle » car le PS avait la majorité à l’Assemblée Nationale et faisait ce qu’il voulait. Nous ne voulons pas davantage reproduire les errements du Hollandisme, où une sociale démocratie idéologiquement tiraillée conservait seule l’essentiel des leviers de décision. Remettons donc nos chantiers dans l’ordre. Posons-nous la question de la majorité politique à construire, et celle du programme à appliquer. Le nom de la candidature, n’est pas le sujet central. La question politique est bien davantage le chemin de l’alternative à Macron et Le Pen.

L’incarnation découlera de la dynamique politique. Pas l’inverse.

Ce texte s’inscrit dans une série d’entretiens consacrés aux partis verts en Europe, co-publiée avec le Green European Journal.

Greens in France Must Build a Narrative For the Past, Present, and Future

The political landscape in France has been profoundly transformed over the past decade, with the once dominant parties challenged by new movements and the constant presence of the far right. With a presidential election coming up in 2022, the French Greens must evaluate how they can be a real contender in this environment, explains French Green MEP David Cormand.

This interview is part of a series that we are publishing in partnership with Le Grand Continent on green parties in Europe.

Edouard Gaudot and Sébastien Repaire: This is a pivotal year in France, leading up to the presidential election in 2022. How is Europe Écologie Les Verts (EELV) approaching it?

David Cormand: Our ambition is to shake up the situation, though we are aware of how difficult that is. 2017 was a moment of change with the end of Francois Hollande’s five-year term and the arrival of Emmanuel Macron. His victory completed social democracy’s long process of decomposition in France and radically changed the political landscape. The two political pillars of government, the social-democratic left and the liberal-Gaullist governing right, simply exploded. In their place, a “Bermuda Triangle” of populism emerged: a consolidating far-right populism; a left-wing populism invented by La France Insoumise (LFI); and a liberal populism, embodied by Macron’s La République En Marche (LREM). What these three movements share is that they are not really parties but vertical organisations, structured around a personality, that question the importance of intermediary powers in civil society. They represent the most caricatured form of the Fifth Republic since they are entirely focused on presidential power.

We are still in this Bermuda Triangle but the arrival of political ecology as a major force represents something new. Its emergence is the fruit of a long history, as well as the result of long-term thinking since 2017 when we were at the bottom of a hole for many reasons, structural and circumstantial. We refused to let ecology be dissolved into political traditions that were losing momentum and asserted the originality of a vision that went beyond old cleavages without denying them. The political reconstruction began at the European elections of 2019 and the local elections of 2020 and 2021, with the aim of building a political offer for 2022. For the moment, the plan is holding together well.

But nothing is certain. We need to reject both the fetishisation of unity and the centrifugal temptations of an alternative pole. In other words, we avoid dissolving into an agreement without principles or vision, and guard against the excesses of individual ambition that create division without generating real political prospects. The road is narrow.

The ecologists’ roadmap is to reshape the political landscape around three alternatives, which schematically represent three-time horizons: the far right’s nostalgia for a fantasised past, Macron’s straitjacket of presentism and the status quo, and the future, represented by ecology – the only matrix that faces the challenges of the 21st century. Any force that wants to win a majority, however, must bring together these three temporalities to construct a narrative of the past, propose a programme for the present, and offer a vision for the future.

Our latest edition – Democracy Ever After? Perspectives on Power and Representation – is out now!

READ & ORDER

What issues are driving French politics today?

In France, and it is not good news either for ecology or the country, the battleground is identity, as seen in debates about the Republic, secularism, “Frenchness”, and integration. It is a battleground imposed by the far right but the LREM majority in power, even if they do not share these ideas, also believes that fighting on this ground is not such a bad idea. Ecologists thus have to fight two battles at the same time: to escape both the identity impasse and the liberal common sense.

The energy issue is crucial, but it is not the only aspect of the ecological transition to be carried out.

On the first point, it is a question of shifting the centre of gravity from identity to more essential questions about control over our very subsistence: ecological recovery, economic transition, new types of jobs, social policy. Conversely, the Rassemblement National (RN, formerly Front Nationale) appeal to nostalgia for a dreamed-of era, basically the Trente Glorieuses [the 30-year perceived golden era from 1945 to 1975], Audiard’s black-and-white films, schools where we wrote in purple ink with beautiful, rounded lines. Of course, this vision forgets how that period was not so rosy, inequality was high, and its social achievements were backed by a productivist model of environmental degradation and North-South inequalities.

Can and should environmentalists go after voters who have turned to the far right? Or should they be considered definitively lost?

It’s an interesting question because the social-democratic left, in the 1980s and 1990s, believed that there was no point in chasing a working-class electorate that had been lost, and turned to the middle class. At the time, the working class were not yet voting Front National, they were happy to abstain. But later, out of anger, they switched to the far right.

Ecology must be the rallying point to defeat the Right.

Ecologists must address everyone. The specificity of political ecology is that it is both unifying – about ensuring that the planet remains hospitable to life in general and human civilisation in particular – and very confrontational in its public policy implications. It questions powerful established interests, including some resulting from what was considered gains for the working classes. On the other hand, the promise of Marxist-inspired social democracy, the Fordist compromise of emancipation through abundance, is not only not emancipatory but is also untenable due to the physical limits of the planet.

Ecology articulates a promise of emancipation, first and foremost to the working class because they are the first victims of the inequalities generated by the plunder of natural resources and pollution. But before talking about emancipation, we need to talk about protection and repair: repairing the damage the working class has suffered and offering protection against new dangers.

How does ecology shape the political landscape in France today?

If we pull on the thread of what generates conflict in French society today, we end up with ecological issues: environmental health issues, economic issues, and social issues. It’s a good sign and also leads to the paradox whereby our opponents both seek to take over ecological issues while also stigmatising ecologists. To put it simply, the liberals are interested in ecology to give green growth as an answer. The far right proposes a relocation of identity, cutting France off from the realities of the planet. The social democrats tout social ecology, a regeneration of Keynesian social democracy incorporating ecology. Meanwhile, LFI integrates the ecological question into populism through “them against us” rhetoric.

Our latest edition – Democracy Ever After? Perspectives on Power and Representation – is out now!

READ & ORDER

And what about Europe?

To be honest, not much. It is a source of frustration. Europe comes up in the French debate when there are major crises, for example, the pandemic, the recovery plan, or vaccines. In France, the reflex is to see the European Union as a foreign body, which is in sharp contrast to the expectation at the European level that France should be more concerned about Europe.

However, looking at ecological issues through a European and transnational prism, including through North-South relations, is rooted in the history of the French Greens. The first ecological candidate in a presidential election in France was René Dumont in 1974, one of the first alterglobalists. That France and Europe have a specific responsibility in the world’s development, particularly in countries of the Global South, has always been a guiding principle.

In the conclusion of his book Où atterrir? (translated literally as “Where to Land?”), Bruno Latour responds “in Europe”, because, for better or worse, Europe has a prescriptive voice in the world through its historical role and regulatory power. Political ecology must bring this aspect to the French public debate, so that France assumes its proper role – not in a Napoleonic or imperialist way but rather to remind Europe to use its weight to defend an internationalist vision in the truly universal sense of human rights.

EELV is a member of the European Greens, but to what extent do you actively collaborate with your sister parties? Do elections in neighbouring countries, especially Germany, have an impact on French politics and the Greens?

Of course, and not only on the ecologists. LREM is petrified by the good polls of the Grünen in Germany and responds by caricaturing the French Greens as “degrowthers” and “ideologues” while praising the German Greens as “serious and modern”, supposedly like them. Meanwhile, to our left, LFI sees the success of the German Greens as proof that ecologists are liberals. In short, the German Greens are becoming the mirror of our opponents’ fantasies.

These polemics are signs that our opponents take political ecology seriously. This is a source of strength and credibility. Let’s imagine that in the spring of 2022, Germany and France are led by ecologists. It would totally change the face of the EU at a time when orthodoxies are being questioned on debt, investment, and the Green Deal. The same is true even beyond, now that Biden is making moves around taxing multinationals and funding green investment. It’s the first time that political ecology can claim to be changing the face of the world on decisive issues.

We have set up working groups, notably with the German Greens, on common policy priorities for the German federal elections and the French presidential elections. The objective is to break the common idea, which has been internalised even among the Greens, that the German Greens and the French Greens are fundamentally different. In fact, their programmes share many similarities. The institutional culture is different but the fundamentals are shared. The common ecological doctrine in Europe is to promote, in a transnational way, the idea of leaving behind the productivist logic that shaped Western modernity. This break is fundamental.

Beyond the Franco-German aspect, the victories of French ecologists can contribute to changing the view of ecology in southern Europe. In Spain, for example, the collapse of Podemos is opening up more space than ever for the emergence of an ecological alternative. There will be no shortcuts, but we can embody a hope of overcoming the old political system that seems to be regaining ground there.

How does EELV see the European debate today and the role of Europe in the world, especially in the face of growing strategic uncertainty, border conflicts, and this apparent cold war emerging between Washington and Beijing?

This is perhaps not what is most perceptible externally, but I think that the ecologists are those who have the most clear-sighted vision. For the old left, the China-USA rivalry is a matter of “the enemies of my enemies are my friends”, to caricature it. Conversely, others are Atlanticists and hold the opposite bias. Ecologists are less tainted by the stigma of preconceived ideas.

In a multipolar world bristling with power struggles, the question of Europe’s autonomy is central. We have a vision of economics that allows us real autonomy. Carbon offsetting at the borders, energy security, and a more endogenous economy less indexed to liberal globalisation also mean recovering the ability to act in relation to external forces.

Furthermore, ecologists have an anti-globalisation tradition, anti-imperialist in the broadest sense. It favours the emancipation of all parts of the world, regardless of the advantages this may bring for European power. In the new geopolitical chaos, the fundamentals of political ecology are quite suitable for building a coherent and effective Western, or at least European, doctrine.

So ecology started thinking about strategic autonomy well before it shaped the European conversation?

Autonomy is what distinguishes us from the far right. It’s not that we cut ourselves off from the rest of the world. Exchanges and interactions of people, culture, and knowledge with the rest of the world will continue. I come back to Latour: a tempered globalisation and geopolitics involve a form of landing. It means having an economy that rebuilds its links with the reality of the planet and a move away from the logic of offshoring, globalisation, and the conquest of external markets.

Pierre Charbonnier has recently argued that the green movement in Europe needs to “open the breach” and seize the opportunities to be found in appropriation of ecological issues into the axis of US-China competition. What do you think of the analysis?

His analysis re-integrates the ecological question into geopolitics and highlights at least two dangers: the first is lip-service environmentalism, the second is “green modernity”. Lip-service environmentalism is what we see at international summits. World leaders are used to making loud and affected statements about a world in peril. Yet the goals they announce are distant and often inadequate. This is no longer possible. We must now demand strong and immediate action. There is no time for anything else.

The second danger is the untenable promise of “green capitalism” that China and the United States are betting on. They hope that it is possible to pursue further power through the climate issue. The objective seems to be to take over planetary leadership than to open the way for greater cooperation within humanity to regain a form of harmony with the living world. The other states remain competitors to be subdued, and the living world a negligible quantity that only has value because its collapse may eventually affect us. It is the risk of a “green deal” that does not break free from the classic logic of production and consumption and seeks only to replace fossils with something else.

The energy issue is crucial, but it is not the only aspect of the ecological transition to be carried out. We need to devise a new approach to prosperity, where the quest for growth is no longer the absolute north-star, and where a new environmental and social compromise is forged. Paradoxically, at a time when the issue of the climate emergency resonates powerfully in the collective global imagination, the imperative of preserving nature is still hardly taken into account. It is as if it were a matter of saving the climate without really rethinking the foundations of the system that has brought us to the brink of the abyss.

The stakes of the transformation to be carried out are considerable. One major difficulty is that this new awareness must give rise to renewed multilateralism if we are to acquire the global regulation tools we need, and yet ecological issues today constitute a new frontline in local and international tensions.

Europe’s great ecological and civilisational challenge is to invent a solid economic and social model, jobs-intensive, and sober in resources. It must invent, dare I say, a new modernity. Europe’s “new frontier” must be to set limits on the myth of infinite expansion. Apart from the fact that it is in our interest to do so, we have the wherewithal to do it and the force to inspire the world with a universalist humanism that is finally free of any imperialist temptation. Europe must think about the world, about itself in the world, and with the world.

What priorities is EELV setting for itself in the short term?

The last statutory congress in November 2019 set the roadmap to 2022 on a line of asserting political ecology as the alternative to the Right (including Macron’s liberal right, the conservative right, and the far right). Ecology must be the rallying point to defeat the Right. This is the strategic and tactical roadmap that we have developed at the municipal level, and it remains valid for the presidential and legislative elections. It is a question of continuing to wage the cultural battle that we have been fighting for a long time. We can see how, even though the global pandemic has confirmed the accuracy of our fears and positions, there is a great risk that the old productivist logic returns in full force. This is what is at stake in the debates on the recovery plans. We are told about reindustrialisation but without any qualifications. We sing the praises of recovery without questioning the purpose and methods of production as if the ecological debt were deferrable.

The gateway to winning in 2022 is not just about the name on the ballot paper. It starts with a political offer that proves that ecology is going to transform society […]

The gateway to winning in 2022 is not just about the name on the ballot paper. It starts with a political offer that proves that ecology is going to transform society, and that it cannot be reduced to the label of leftism. Particularly because, while the term “left” remains valid for millions of people, it is also synonymous with disappointments and betrayals that have led to an enduring break with a large part of the electorate. The question of unity, which is essential, must not lead us to sweep renewal under the carpet and ecology should not become the lowest common denominator of an alliance of convenience. On the contrary, we must provide the backbone of the majority. We will need to set out a narrative supported by a strong, precise, and detailed programme, which shows what we want to do and how. What do we do in the first 100 days if we win, the first year, the first three years? What are our priorities? How do we intend to overcome the divisions in society? As we don’t have proportional representation in France, we need to break this system where the party that wins the presidential election necessarily wins the parliamentary majority and becomes hegemonic.

Let us ask ourselves what political majority is to be built and what programme is to be applied. The political question is much more about the path of the alternative to Macron and Le Pen. The candidate will follow from the political dynamics. Not the other way round.

Biden’s Climate Promises Face US Political Deadlock

Since taking office, President Joe Biden has spotlighted climate action nationally and pursued American climate leadership globally. But the new administration’s plans are running up against the reality of a divided legislative system and a political economy hooked on fossil fuels. Nora Löhle analyses the potential for a credible US climate policy and the hurdles that stand in its way.

In April, President Biden opened the Leaders Summit on Climate with exciting rhetoric, announcing the highly anticipated new US climate target. His promise to the world: the United States of America will increase its reduction target to 50 to 52 per cent by 2030 compared to 2005. When calculated from 1990, this goal corresponds to a 43 per cent emissions reduction.

But how likely is it that the USA will make the necessary emissions reductions over the next few years to ultimately achieve this climate target? There is no simple answer. But a closer look at the past, Biden’s current team, government announcements, first heated negotiations in Congress, and the measures taken so far allow us to identify certain trends – and clearly demonstrate what needs to happen for this goal to be reached.

A sobering look at the past

Currently, US greenhouse gas emissions are 4 per cent higher than 1990 levels. A glimmer of hope was seen between 2007, the year of peak emissions, and 2017, when emissions fell by 12 per cent. This development was due to two measures: the massive investments in fracking that kickstarted the shift from coal to gas, and the emissions standards for power plants and vehicles implemented by the Obama administration. The Trump administration went on to put a damper on climate policy.

A bipartisan understanding that climate change must be tackled is yet to be created.

A look at the past shows that the US has so far failed to achieve any significant reduction in its greenhouse gas emissions. President Biden must therefore pull off a tour de force to achieve his climate goals. With his institutional and personnel line-up, Biden has taken an important first step, and his interdepartmental approach is convincing. Climate policy can only be successful if it is implemented by the whole government. With cabinet members such as Deb Haaland, Michael S. Regan, Gina McCarthy, John Kerry, Janet Yellen, and Pete Buttigieg, he has put together a diverse and climate-strong team that will anchor a new justice dimension in climate policy.

Our latest edition – Democracy Ever After? Perspectives on Power and Representation – is out now!

READ & ORDER

Build back better

Biden assumed the presidency under the slogan “Build back better – stronger out of the crisis.” For Biden, economic and climate policy belong together. In his American Jobs Plan he describes how infrastructure investments should generate new jobs and sustainable industries – with a clear focus on green technologies. Over the next 10 years, 2 trillion taxpayers’ money will be channelled into road and bridge repair, clean drinking water, 500,000 electric charging stations, the promotion of electric cars, the expansion of railways and public transport, renewable energies, electricity grid expansion, and high-speed broadband. The plan is to make sure that these projects do not fail for lack of capital. A poll by the League of Conservation Voters and Data for Progress found that 71 per cent of voters support the American Jobs Plan, meaning that a large part of the US population currently backs Biden’s policies to transform the climate and economy for a better future.

However, the green economic stimulus package still needs approval from Congress and heated negotiations with the Senate have been going on for weeks. Biden is aiming to achieve bipartisan support for his investment plan – in keeping with his conciliatory political style, and because he will need 60 votes in the Senate to pass the budget. Negotiations to this effect are still underway with the Republicans, and it has been proven that finding a bipartisan compromise seems difficult, maybe impossible – the next weeks will show. The central disagreements are how to fund the infrastructure plan and what to spend it on – Republicans are specifically against the massive funding for climate change action, and research and development. Biden has already taken a painful compromise by agreeing to a much smaller funding that is now a little over 1 trillion US dollars – only about a fourth of what Biden had initially proposed during his campaign. This means most climate initiatives are already buried before they even got started. In this light, climate activists and several Democrats in Congress see Biden as already giving up on his ambitious climate plan.

If no compromise is reached, the Democrats could still take an alternative but less ideal course via a process known as budget reconciliation, which requires only 51 votes and under which Biden’s American Jobs Plan could pass the Senate with the approval of all Democrats alone.

Even if the package finds its way through Congress, the following steps remain crucial. Where exactly will the money go? Which technologies will be defined as green and forward-looking? Where can the most significant climate-policy impacts be made, while ensuring greater justice? Voices from science and civil society should be represented within this discussion to identify the most sustainable solutions and set the right priorities.

At the very least, Biden has already announced that 40 per cent of the investments will go directly to poorer neighbourhoods and regions with high levels of pollution. This fulfils his promise of environmental justice and ensures more self-determination for discriminated minorities. The local use of funds could also result in far more efficient and effective solutions that serve the climate and bring about social equality.

Underpin climate policy with legislation and sectoral targets

Investments alone will not be sufficient to achieve the country’s climate goals. The US government must introduce legislation that sets standards for reducing emissions as quickly as possible. Such standards were effective in the past and must be extended. Compared to executive orders, standards have a longer duration of effect and send a clear signal to the economy. Moreover, Biden’s cabinet must formulate milestones against which their success can be transparently measured. Annual targets must be defined for each sector, including sanctions for non-compliance.

However, in every area of climate policy, Biden will face the same legislative hurdles in Congress. States like Texas, North Dakota, Alaska, and Wyoming, whose economies remain heavily dependent on the extraction and production of fossil fuels, are particularly sceptical about his climate agenda. He will also have to communicate his plans for transformation to his home state of Pennsylvania with considerable tact. There, the coal phase-out has led to painful job losses and the hopes of many communities now lie in gas production. Democratic senators and representatives will find it difficult to support climate policy proposals in certain sectors unless convincing promises are made to create new jobs in their constituencies. Moreover, in the Senate, the success of any climate bill hangs in the balance following Democratic Senator Joe Manchin of West Virginia’s announcement of his intention to boycott all of Biden’s climate policy efforts.

Public pressure is essential to ensure that the US makes the leap.

The US government recently issued a permit for new oil and gas extraction in Wyoming, while in late May the Biden administration defended the Willow project, a major oil drilling venture in Alaska, in court. Once granted, permits for new fossil fuel projects mean additional greenhouse gas emissions for decades into the future. This approach shows that Joe Biden is willing to make decisions diametrically opposed to climate protection in favour of bipartisan compromise and jobs. Civil society groups and the US’s international partners need to keep a critical eye on the president’s climate policy actions and the extent to which they correspond to his rhetoric. Public pressure is essential to ensure that the US makes the leap.

Transport and power

The transport and power sectors are among those with the greatest potential for emissions reductions in the USA. The US transport sector currently accounts for one third of total emissions, while the power sector accounts for 25 per cent of emissions.

In the transport sector, the US is already on a promising path. States such as California have introduced emissions standards and climate-neutral vehicle quotas for car manufacturers. These measures are already having an impact and should be rolled out across the country. Technological developments in electric mobility are pointing the way to the future, and traditional manufacturers are following suit: General Motors, for instance, is aiming to stop producing petrol vehicles by 2035. Digital applications are also contributing to the mobility turnaround by offering efficient and sustainable alternatives. A massive expansion of public transport and bicycle lanes in cities would save even more emissions.

Investments alone will not be sufficient to achieve the country’s climate goals.

In the electricity sector, the use of renewable energy sources must be expanded and massively accelerated through support schemes and quotas. While solar and onshore wind are already on the rise in some states, the potential of offshore wind farms is just being discovered. To achieve a carbon-neutral power sector, the US government must also announce the phase-out of all fossil fuels. This elementary building block remains elusive. The US continues to produce, burn, and export oil and gas in large quantities. Here, Biden is pursuing a debatable course of action: he has placed his hopes on carbon capture and storage [read more on CCS technology] and will pump large amounts of public money into this technology over the next few years, which will leave other budget lines lacking.

Another major problem is methane which is many times more harmful to the climate than CO2 emissions. Methane emissions from oil and gas production are much higher than previously thought, and are increasing annually. The US government urgently needs to adopt a strategy to curb methane. The Environmental Protection Agency (EPA) is currently drafting a bill on methane emissions standards.

Climate policy as an opportunity

While the US is yet to prove its actual emissions reductions, Biden already has a few achievements under his belt. He has succeeded in building a broad alliance to support his climate policy, including industry and trade unions won over to the cause by the promise of sustainable jobs and global leadership in green technologies. The president also consulted climate activists during the drafting of his climate agenda and adopted several their demands. With this type of alliance and a new unifying message that reframes climate change as an economic and social opportunity as opposed to simply being a costly problem, the necessary systemic change and a far-reaching transformation could become possible.

The Biden-Harris administration has had remarkable success in recent months in fighting the pandemic thanks to bold investments, pragmatic crisis management, and a call for civic engagement. This style of governance, coupled with a spirit of innovation, could bring about a much-needed climate policy breakthrough. For it to be far-reaching and continuous, this climate policy needs to be implemented by respective law that needs broad support by Congress. However, a bipartisan understanding that climate change must be tackled is yet to be created.

Cookies on our website allow us to deliver better content by enhancing our understanding of what pages are visited. Data from cookies is stored anonymously and only shared with analytics partners in an anonymised form.

Find out more about our use of cookies in our privacy policy.