The European Venue for Green Ideas
Follow us on
Climate and Energy

L’Avenir des Villes : Quatre Scénarios

By Pablo Servigne

Les derniers rapports de l’état de la planète ne sont plus compatibles avec la vision très répandue d’abondance et d’expansion technologique que beaucoup imaginent pour le futur des villes. Dès lors, à la lumière des menaces qui pèsent sur le monde urbain, quels scénarios d’avenir est-il permis d’envisager ?

Les architectes et les responsables de la planification ont pris conscience d’un certain nombre de problèmes majeurs auxquelles les villes devront faire face : pollutions, climat, pénuries de ressources, inégalités, surpopulation, etc. Ils multiplient les projets de villes « vertes », « soutenables », « intelligentes » (smart), « résilientes », « zéro-carbone », et autres « éco-quartiers ». Mais ces « solutions »  sont-elles à la hauteur des enjeux ? Plus largement, comment s’imaginer l’avenir des villes ?

L’objectif de cet article est de questionner notre vision du futur en lui injectant une bonne part de réalisme. En effet, la vision d’un avenir urbain « linéaire » est nourrie par un imaginaire d’abondance forgé pendant la reconstruction de l’après-guerre. Or, les conditions de cette prospérité ne sont plus réunies.

Nous décrirons brièvement les principales menaces qui planent sur les villes, puis, sur cette base, nous proposerons quatre scénarios d’avenir. L’objectif est que ce cadre conceptuel, en stimulant notre imaginaire, permette de concevoir des politiques urbaines plus crédibles et moins « insoutenables » que celles qui nous sont souvent présentées.

Menaces sur les villes

Les risques du réchauffement climatique sont bien connus. Pour l’ONU, plus de 60 % des villes de plus de 750 000 habitants sont exposées à au moins un risque majeur. Selon le dernier rapport du GIEC (2015), il y a un grand risque, entre autres, que les chocs climatiques et environnementaux destructurent (breakdown) les systèmes alimentaires industriels, ceux qui précisément nourrissent la plupart des villes européennes[1].

Les pénuries de ressources (métaux, eau, bois, énergies, etc.) font aussi partie des menaces majeures. En fait, il n’y a rien de plus simple que de perturber sérieusement une ville : il suffit de bloquer son approvisionnement en nourriture et en énergie. Ce sont parmi les pires menaces que peuvent subir les villes, car les effets sociaux, économiques puis politiques se font sentir très rapidement (en quelques jours). C’est pourquoi la sécurité alimentaire a toujours été depuis des siècles l’une des préoccupations majeures de tous gouvernements.

Parmi les menaces sérieuses, il y a aussi les effets de certaines pollutions. On pense aux sols pollués par les métaux lourds et les composés organiques, aux aérosols qui rendent dès aujourd’hui certaines villes invivables, mais aussi aux risques d’accidents industriels majeurs qui forceraient des populations urbaines entières à être évacuées.

Les villes doivent apprendre à anticiper tout cela, à absorber les chocs, à s’en remettre et à tirer les leçons de ces événements, qui pour la plupart, sont déjà en train d’arriver dans d’autres régions du monde. Seulement pour ce faire, il leur faut des ressources, de l’énergie, et un certain ordre social, ce qui est de moins en moins garanti…

En effet, toutes ces menaces peuvent être considérées comme venant de l’extérieur de la ville (menaces externes). Mais il est un autre type de menaces tout aussi sérieuses et moins connues : les menaces internes. Ces dernières proviennent essentiellement de la vulnérabilité des infrastructures et de la force des conflits sociaux.

Il est bien connu des historiens et des archéologues que la capacité d’une ville à s’étendre et à perdurer dépend de sa capacité à maintenir en son sein de bons réseaux de communication, de transport et de distribution. Aujourd’hui, de nombreuses infrastructures de transports, d’électricité et de distribution d’eau dans les pays de l’OCDE ont plus de 50 ans d’existence (dans certains cas plus d’un siècle) et fonctionnent déjà au-delà de leurs capacités maximales[2]. Elles sont aussi devenus plus vulnérables à cause de leur forte interconnexion, leur complexité, leur homogénéité et la rapidité de circulation des éléments qu’ils acheminent. Des événements ponctuels (inondations, ouragans, attentats) peuvent donc aisément les déstabiliser.

Ainsi, lorsqu’en l’an 2000, suite à l’augmentation des prix du diesel, 150 camionneurs en grève ont bloqué les grands dépôts de carburant de Grande-Bretagne, les conséquences se sont vite fait sentir. « Quatre jours seulement après le début de la grève, la plupart des raffineries du pays avaient stoppé leurs activités, forçant le gouvernement à prendre des mesures pour protéger les réserves restantes. Le jour suivant, des gens se ruèrent dans les supermarchés et les épiceries pour stocker de la nourriture. Un jour plus tard, 90 % des stations-essences étaient hors-service et le système de santé publique (NHS) commença à annuler des opérations chirurgicales non-essentielles. Les livraisons postales de la Royal Mail stoppèrent et les écoles dans de nombreuses villes et villages fermèrent leurs portes. Les grands supermarchés comme Tesco et Sainsbury’s introduisirent un système de rationnement et le gouvernement fit appel à l’armée pour escorter les convois de biens vitaux. Finalement, les grévistes cessèrent leur action devant la pression de l’opinion publique »[3].

L’ordre social d’une cité peut vaciller assez rapidement, sans qu’il y ait une rupture de réseaux. Il suffit pour cela d’une crise économique ou politique : effondrement d’activités industrielles, pertes massives d’emplois, crises de l’immobilier, éclatement d’une bulle spéculative, émeutes, conflits communautaires ou de classes, actes terroristes, etc. Ces évènements sont devenus fréquents à cause de la très significative augmentation des inégalités économiques et sociales au sein des populations d’un pays[4], et même entre les populations d’une même ville[5]. En fait, cela n’est pas nouveau, mais nous semblons l’avoir oublié : l’archéologie montre que les élites économiques et politiques des grandes civilisations ont souvent mené à une inexorable dégradation de leur environnement par la pression qu’elles y exerçaient sur le peuple et sur les écosystèmes naturels[6].

Dernier point, mais non des moindres, toutes ces menaces sont interdépendantes et prennent aujourd’hui une forme globalisée. Les grands réseaux internationaux, homogènes, rapides et fortement interconnectés sont devenus paradoxalement plus résistants à de petites perturbations, mais plus vulnérables (moins résilients) à de grandes perturbations qui, lorsqu’elle se déclenchent, peuvent se transmettre par effet « domino » à l’ensemble du système et provoquer des effondrements[7]. Les scientifiques parlent d’un nouveau type de risque, le « risque systémique global », inhérent à ce type de grands réseaux complexes. Les villes, qui sont des noeuds importants de ces réseaux globaux, sont donc très exposées à ces menaces.

Quatre scénarios

Avec ça en tête, il est possible de dérouler quatre scénarios. Le but n’est pas de faire peur, ni de prédire l’avenir, mais de stimuler l’imagination et de tester les effets de ces menaces sur des avenirs possibles. Ces scénarios sont à prendre comme des repères, des chemins ou des étapes, comme les points cardinaux d’une boussole. Ce sont des futurs archétypaux qui servent à illustrer des tendances, à appréhender le futur.

Le découpage en quatre scénarios a été inspirés par deux ouvrages de prospective : Future scenarios de David Holmgren[8], et Resilient cities des architectes et urbanistes Newman, Beatley & Boyer[9]. Le premier ouvrage décrit les trajectoires possibles en fonction de la rapidité d’apparition du pic pétrolier et du changement climatique (voir Figure).

Si les effets du changement climatique n’arrivent que progressivement (offrant assez de marge de manoeuvre pour transformer la société), alors deux scénarios peuvent se dérouler (voir les deux quadrans du bas) : une transition « green tech » (« technologies vertes »), relativement confortable si le déclin des ressources est lent ; ou un changement radical et rapide nommé « earth stewardship » (« prise en charge de la Terre ») si le déclin des ressources énergétiques est brutal. En revanche, si les effets du changement climatique sont rapides et violents, la société basculerait vers un avenir « brown tech » (« technologies brunes ») où les pouvoirs actuellement en place utiliseraient toute leur puissance pour maintenir la trajectoire « business as usual » ; pire, la société pourrait carrément subir un effondrement, le scénario « lifeboats » (« canots de sauvetage »), si ces catastrophes étaient synchrones avec un déclin rapide des ressources.

Quant au deuxième ouvrage, il se concentre uniquement sur la fin du pétrole, et focalise son analyse prospective sur les villes. Il explore la question suivante : sachant que les villes sont totalement dépendantes du pétrole et qu’elles laissent une empreinte carbone considérable, quelles pourraient être les conséquences de la fin de l’ère du pétrole sur les villes modernes et industrielles ? Deux axes majeurs sont particulièrement développés : les transports et la sécurité alimentaire. Les auteurs dessinent alors quatre scénarios, qui ressemblent à ceux de David Holmgren. On y retrouve la ville résiliente (« resilient »), l’équivalent du « green tech » de Holmgren ; la ville divisée (« divided »), l’équivalent du scénario « brown tech » ; la ville rurale (« ruralized »), l’équivalent du scénario« earth sttewardship » ; et la ville effondrée (« collapse »), l’équivalent du scénario « lifeboats ».

Toutefois, ces deux ouvrages prospectifs conçoivent leurs scénarios uniquement sur les menaces externes (climat et pétrole), sans tenir compte des menaces internes. C’est précisément ce que nous ajouterons dans la proposition de synthèse suivante[10].

La ville Ecotechnique (en référence à « green tech » / « resilient »).

Si, par chance, les effets du réchauffement climatique ne se font pas sentir trop brusquement et si la descente énergétique reste relativement controlée, alors la société se pare de technologies « vertes » et réussi à bâtir une transition réussie vers un réseau énergétique distribué et renouvelable, sans conflits ni catastrophes majeures. On observe alors une résurgence des économies régionales et rurales, de formes d’agriculture plus soutenables, de systèmes politiques plus horizontaux, et de villes plus compactes et tournées vers les transports en commun et l’économie locale. Un équilibre est trouvé entre une réduction de la consommation de ressources et une faible croissance économique grâce à la relocalisation de l’économie et à des technologies efficientes. Pour une ville, il est cependant possible d’emprunter cette voie seulement si elle possède déjà des infrastructures résilientes et en bon état, et si elle ne subit pas de grands chocs politiques, économiques et sociaux majeurs (voir tableau 2). C’est clairement le scénario le plus souhaitable du point de vue du maintient du niveau de vie et du besoin de sécurité de nos sociétés démocratiques. En résumé, quand tous les voyants sont au vert, même dans une optique de descente énergétique, il est encore possible de faire une transition efficace. La ville se prépare tranquillement mais sûrement aux « tempêtes ».

La ville Ecovillage (en référence à « earth stewardship » / « ruralized »).

Le déclin rapide de l’approvisionnement en ressources, dont le pétrole et le gaz naturel, pourrait provoquer un choc brutal qui mettrait à genou l’économie mondiale. Cet effondrement global pourrait créer des situations d’instabilité politique à l’origine de graves problèmes sociaux, mais paradoxalement stopperait net les émissions de gaz à effet de serre. Dès lors, des communautés locales résilientes se crééraient à partir de certaines zones rurales (après exode urbain massif). Elles y parviennent grâce à des techniques d’agroécologie et de permaculture, et surtout grâce au maintien d’une certaine capacité démocratique locale. Il est possible que les principales mégapoles conservent cependant des quartiers riches, privés et cloisonnés qui pourraient se maintenir grâce à une agriculture urbaine implantée dans les jardins résidentiels des cités dortoirs. Dans ce scénario, plus personne ne croit à la possibilité de maintenir la civilisation en l’état. Les gens y ont renoncé et travaillent à créer autre chose de radicalement différent. Les villes retournent à une semi-ruralisation, produisant une grande partie de leurs besoins alimentaires et énergétiques, très localement, sur le modèle des villes autonomes du Moyen-Age. Les ceintures péri-urbaines se structurent en écovillages qui produisent pour la ville et recyclent leur déchets, sur le modèle des maraichers parisiens du 19e siècle. Toutefois, cette politique de « résilience radicale » ne sera réalisable qu’à la condition que de grandes catastrophes (ouragans, insurrections, révolutions, etc.) ne viennent pas déstabiliser l’ordre politique et social de manière trop intense ou trop pérenne. Si tel est le cas, alors l’organisation de la ville pourrait changer radicalement, tout en conservant une chance d’éviter la déstructuration et le chaos, et en maintenant un semblant de démocratie, fût-elle de plus en plus locale. Dans ce scénario, la ville se transforme rapidement sans toutefois être balayée par les « tempêtes ».

La ville Enclavée (en référence à « brown tech » / « divided »).

Un lent déclin énergétique permettrait le maintien de structures de pouvoir puissantes qui paralyseraint toute possibilité de transition. Le mariage entre l’autoritarisme des structures étatiques et la cupidité des entreprises privées favoriserait la poursuite de l’industrie d’extraction des ressources non-renouvelables, accélérant ainsi toutes les conséquences catastrophiques que l’on connait. Mais les chocs climatiques et environnementaux seraient alors si puissants qu’il faudrait mobiliser toutes les forces et les ressources de la société pour maintenir la barque à flot, en particulier grâce à des politiques centralisées, ultra-sécuritaires, militaires et inégalitaires. La ville se diviserait. Les riches dans les quartiers sécurisés, confortables, garderaient accès aux approvisionnements de plus en plus chers, et se protégeraient des aléas climatiques grâce aux nouvelles technologies. Les plus pauvres seraient livrés à eux-mêmes dans des zones devenues semi-rurales (le potager de survie comme source de résilience !), voire des bidonvilles, avec des accès aux ressources de moins en moins garantis. Dans ce scénario, les élites économiques (les riches) et politiques (le gouvernement) garderont les moyens de conserver leurs privilèges (grâce à la violence et la peur) dans des îlots d’opulence. Ces élites n’auront alors d’autre choix que d’édicter des lois de plus en plus liberticides. Les plus précaires perdront peu à peu les moyens de se protéger contre les catastrophes environnementales et sociales. Certains quartiers (gonflés par l’arrivée de migrants) deviendront des bidonvilles où la police ne mettra plus les pieds. La cohésion politique, et donc la démocratie, en seront les premières victimes, laissant les mains libres à l’expansion du secteur privé, irrésistible machine à générer toujours plus de privilèges et des clivages, c’est-à-dire du chaos social. En résumé, la ville se désagrège, les riches « gèrent » l’urgence, les autres la subissent, et les premiers contrôlent les seconds avec des moyens de moins en moins démocratiques.

La ville Effondrée (en référence à « lifeboats » / « collapse »).

Si un effondrement économique et politique rapide (scénario de la ville Ecovillage) était doublé d’impacts climatiques et environnementaux sévères, alors il serait trop tard pour prendre le chemin de la résilience. Un effondrement serait inévitable. L’histoire montre qu’un manque de préparation et une succession de catastrophes en tout genre finissent par avoir raison de n’importe quelle ville. Les exemples de cités mortes ne manquent pas, comme le grand port d’Ephesus, la deuxième plus grande ville de l’empire Romain, abandonné vers l’an 1000 après l’assèchement du fleuve causé par la coupe de tous les arbres des collines alentours. Les guerres, les maladies et les famines ont depuis toujours vidé les villes de leur population, et cela peut toujours être le cas. En Syrie ou en Libye, les conflits armés ont dévasté des villes entières, qui ne s’en sont toujours pas remises. En cas de choc trop brutal, une partie de la population urbaine fuit, et celle qui ne le peut pas, reste sur place, en proie aux pénuries et au chaos. Les épidémies et/ou les conflits, réduirait la vie sociale à des clans dirigés par des chefs de guerre locaux. Les petits agrégats de population restante survivraient grâce à des conditions favorables exceptionnelles (rivière saine, barrage stable, zone agricole fertile, monastère isolé, etc.). Ces petits îlots (« canots de sauvetage » selon l’expression de Holmgren) seraient les seuls espoirs qu’aurait l’humanité pour traverser un âge sombre et espérer atteindre une éventuelle renaissance quelques décennies ou siècles plus tard. Ici, la ville se déstructure rapidement par des effets « domino » imprévisibles et irréversibles.

 

 

Une rupture dans notre imaginaire

Cette boussole de quatre scénarios permet d’appréhender le futur de manière inhabituelle. Elle nous permet de voir plus distinctement ce qui se joue : entre durcissement des rapports de classe, désindustrialisation des villes, exodes urbains, effondrement des infrastructures ou encore développement des technologies vertes. Même si les détails de ces trajectoires sont incertains, la tendance globale a pris une couleur bien nette : celle des catastrophes, ou de ce que d’autres appellent un effondrement.

Ces récits diffèrent des prospectives les plus communes, basées sur le mythe du progrès technique, et qui font miroiter un avenir toujours plus « connecté » au virtuel, c’est-à-dire finalement déconnecté des écosystèmes. Mais nous avons clairement heurté les limites d’une telle approche (et du système-Terre), et c’est désormais un avenir de rupture et de discontinuité qu’il faudra préparer.

Dans les villes des pays industrialisés, c’est-à-dire aussi en Europe (faut-il le préciser), il est fort possible que nous traversions un « pic de l’urbanité » dans la décénnie à venir.

Dans les villes des pays industrialisés, c’est-à-dire aussi en Europe (faut-il le préciser), il est fort possible que nous traversions un « pic de l’urbanité » dans la décénnie à venir. Autrement dit, il ne sera plus possible de continuer cette trajectoire d’ultra-urbanité. L’avenir des villes industrielles se situent probablement plus du côté de la dépopulation, de la reconnexion avec les ceintures péri-urbaines et les campagnes, de la nécessaire réduction des inégalités sociales, et de la relocalisation de l’économie. Il ne tient qu’à nous de faire pencher la balance vers l’un ou l’autre scénario.

Même si les couleurs de ces scénarios ne sont pas encore claires, nous pouvons être certains que l’avenir urbain devra être résilient[11] (capable de se remettre des chocs). Les villes traverseront les « tempêtes » de différentes manières, certaines plus facilement que d’autres. Cela transformera radicalement la manière dont les européens structurent et vivent leurs villes. Le fait de percevoir ces « tempêtes » dès aujourd’hui, les sentir, les imaginer, c’est aussi se donner la possibilité de s’y préparer, et donc de les éviter.

 

This is a revised version of an article that was first published on barricade.be.

 

[1] P. Servigne (2017). Nourrir l’Europe en temps de crise. Vers des systèmes alimentaires résilients, Babel.

[2] I. Goldin & M. Mariathasan, (2014). The butterfly defect: How globalization creates systemic risks, and what to do about it. Princeton University Press, p.101.

[3] P. Servigne & R. Stevens (2015), Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes, Seuil, p. 116.

[4] R. Wilkinson, & K. Pickett (2014). Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous. Les Petits matins.

[5] O. Razemon (2016) Comment la France a tué ses villes. Rue de l’échiquier.

[6] Par exemple la salinisation des terres durant le troisième millénaire avant notre ère, en Mésopotamie ; ou aujourd’hui, le niveau de vie des riches européens qui détruit les forêts tropicales. Voir N. B. Grimm, et al. (2008). « Global change and the ecology of cities », Science, n°319, pp. 756-760.

[7] P. Servigne & R. Stevens (2015), op. cit.

[8] D. Holmgren (2009), Future scenarios, How communities can adapt to peak oil and climate change. Green Books.

[9] P. Newman et al. (2009) Résilient cities. Respoding to peak oil and climate change, Island Press.

[10] Ici, les conflits armés ne sont pas inclus dans les menaces externes, et les guerres civiles ne sont pas incluses dans les menaces internes.

[11] A. Sinaï et al. (2015) Petit traité de résilience locale. Charles Léopold Mayer

Newsletter

L’Avenir des Villes : Quatre Scénarios

Cookies on our website allow us to deliver better content by enhancing our understanding of what pages are visited. Data from cookies is stored anonymously and is never shared with third parties.

Find out more about our use of cookies in our privacy policy.