Après avoir perdu son emploi de journaliste en Turquie à la suite de ses critiques virulentes à l’égard d’un régime de plus en plus antidémocratique, l’écrivaine Ece Temelkuran a entrepris d’alerter les habitants d’autres pays sur les signes d’un autoritarisme rampant. Bien qu’il y ait quelques lueurs d’espoir, elle prévient que de nombreuses démocraties occidentales reposent sur des bases fragiles alors que la politique se déplace vers la droite. Le chemin du retour est long et exige des citoyens qu’ils réclament leur dignité et redécouvrent la foi en eux-mêmes, en leurs démocraties et les uns dans les autres.

Beatrice White : Dans votre livre « How to Lose a Country », vous diagnostiquez une forme d’autoritarisme contemporain qui ne déboule pas avec des chars, mais s’installe plutôt de manière progressive. Quelles sont les principales caractéristiques de ce phénomène ? Comment le voyez-vous s’incarner de la manière la plus frappante dans l’Europe d’aujourd’hui ?

Ece Temelkuran : Ce livre, de manière quelque peu ironique, est écrit comme un manuel pour les dictateurs en herbe. Il donne aussi un aperçu de ce qui pourrait se passer en Europe. Il s’agit en fait d’un appel à la solidarité mondiale, mais il s’adresse surtout aux pays européens et aux États-Unis, car des pays comme l’Inde, la Turquie et le Pakistan connaissent bien ce processus exaspérant d’un pays démocratique qui glisse sur la pente vers une politique autoritaire. Cependant, les pays occidentaux considèrent depuis longtemps la démocratie comme un acquis. Ils ont trop confiance en leurs institutions et en leur culture dite « démocratique ».

Le message principal est que l’autoritarisme est un phénomène mondial, et que ces dirigeants autoritaires apprennent les uns des autres. Ils n’arrivent pas en uniforme, mais plutôt avec de drôles de coiffures, comme Boris Johnson et Donald Trump. Les gens sont assez perplexes si cela est identifié comme du fascisme. Toutefois, nous devrions l’appeler fascisme, plutôt que populisme ou autoritarisme. Les gens pensent souvent que le fascisme a été complètement éradiqué en Europe à la fin de la Seconde Guerre mondiale. En réalité, il a juste été battu sur le champ de bataille. Peu de pays, à part l’Allemagne, ont été confrontés à leur propre histoire de fascisme.

J’essayais de lancer un avertissement et d’inciter ces sociétés à agir, car dans des pays comme la Turquie, nous sommes épuisés. L’autoritarisme n’est pas seulement une question de politique – il crée une corruption morale et perturbe le consensus de base au sein des sociétés. Nous avons encore besoin de l’endurance des masses opposées et concernées de l’Occident. Il s’agit d’essayer de trouver un moyen de construire un langage commun – un récit partagé – afin que nous puissions nous opposer ensemble à cette nouvelle forme de fascisme. Elle ne peut être vaincue par le peuple d’un seul pays. Il faut une solidarité mondiale.

Des dirigeants comme Recep Tayyip Erdoğan et Donald Trump sont habiles à s’approprier la rhétorique de la démocratie : seules leurs victoires sont des résultats véritablement démocratiques. Comment ceux qui défendent les principes démocratiques contre les autoritaires ont-ils constaté que même les concepts qu’ils défendent ont été usurpés ?

Ce qu’ils disent n’est pas complètement faux. Oui, ils gagnent les élections, ils gagnent dans les urnes, mais cela ne fait qu’illustrer la crise de la représentation que nous vivons actuellement. Parce que, sur une longue période, la démocratie s’est réduite aux urnes. La campagne pour arrêter l’invasion de l’Irak en 2003 en a été un exemple frappant. Les gens manifestaient dans les rues pour dire non à la guerre, mais leurs dirigeants la poursuivaient quand même.

Lorsque le livre est sorti il y a deux ans, avec ses avertissements sur ce qui allait probablement se produire, beaucoup l’ont rejeté par sens de l’exceptionnalisme. Mais aujourd’hui, dans des pays comme le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et les États-Unis, les gens y reviennent. Cela montre comment, en l’espace de deux ans, toutes ces institutions, toutes ces démocraties dites matures, ont commencé à perdre confiance en elles-mêmes. Cela se passe extrêmement vite, sous nos yeux.

Le processus remonte à bien plus loin, à la fin des années 1970, lorsque Margaret Thatcher et Ronald Reagan ont déclaré « qu’il n’y a pas d’alternative ». Après cela, et surtout après la guerre froide, la démocratie est devenue quelque chose d’administratif, quelque chose dont quelqu’un d’autre devait s’occuper pour nous. Diriger un pays était une question de chiffres – des chiffres qui parlent à des chiffres. Le peuple ne comptait plus. S’il n’y a pas d’alternative, que font les gens ? Ils continuent à vivre leur vie. C’est ce que l’on attendait d’eux. Mais cela n’est pas arrivé par accident. La gauche a été supprimée dans tous les pays, que ce soit par un coup d’État militaire, comme en Turquie, ou par Thatcher et Reagan qui ont fait la guerre aux syndicats.

Toute la sphère politique s’est déplacée vers la droite. Nous devons faire face à cette situation. Sans éléments progressistes dans la politique et la société, il n’y a pas de contrepoids en termes de moralité et de politique. Nous devons vivre avec l’enfant mutant de la politique néolibérale. Sans une véritable démocratie qui inclut la justice sociale, on se retrouve dans une situation où tout le monde peut s’autoproclamer « vrai démocrate ».

Ce type de « démocratie », qui est toujours notre état actuel de démocratie, nécessite des masses apolitiques. Ils produisent donc un citoyen idéal qui évite la politique, qui pense que la démocratie ne concerne que les urnes, que la politique identitaire est tout ce qui compte, que la liberté n’est qu’une question d’individu, etc. Le résultat de l’affaiblissement de tous ces concepts est que les gens pensent que s’ils se débarrassent de l’Union européenne (surtout au Royaume-Uni), ils seront libres, et qu’ils seront « grands ». Ce paradigme perdure encore aujourd’hui. Les gens veulent ignorer la période de l’histoire où la politique de la droite est devenue si dominante qu’elle est devenue notre état naturel. Plusieurs autres crises se jouent en même temps – les crises du capitalisme, de la démocratie, du climat, etc., et ces peurs peuvent facilement être politisées et mobilisées par les leaders populistes de droite si les gens n’ont pas de choix réels et solides.

Pourtant, il y a encore des gens dans les rues aujourd’hui. Il existe des mouvements pro-démocratie à Hong Kong, en Russie, au Belarus et au Myanmar, par exemple. Mais aussi en Occident, où les jeunes, en particulier, réclament la justice sociale, raciale et environnementale. Comment voyez-vous ces mouvements ?

Il y a une grande diversité parmi ces mouvements en termes de personnes dans les rues et de leurs revendications, de leurs origines et de leurs langues. Toutefois, je vois un point commun global : ils demandent tous la dignité humaine, de plusieurs manières différentes. C’est une partie de la réponse à la crise de la représentation et aux autres crises auxquelles nous sommes confrontés. Il y a quelque chose de très encourageant dans ces protestations et manifestations qui ont vu le jour, même pendant une pandémie. Partout dans le monde, le désir de dignité des gens est encore plus fort que leur peur de mourir. Cela montre que l’humanité a encore une certaine foi en elle-même. J’espère que toutes ces manifestations pourront être organisées de manière solidaire sous la bannière de la dignité humaine.

Cette nouvelle génération est tellement en colère contre les générations précédentes. Pourquoi ne le serait-elle pas ? Toutes ces crises lui sont tombée dessus. Elle a l’impression de n’avoir rien à perdre. Elle voit l’hypocrisie ; elle est cynique, sarcastique et en colère. Mais elle négocie toujours. Elle veut toujours quelque chose, et elle est claire sur ce qu’elle veut. Si nous ne l’écoutons pas, les prochaines vagues de protestation ne seront pas aussi éloquentes.

Les gens descendent également dans la rue dans les démocraties qui reculent, en particulier les groupes marginalisés dont les droits fondamentaux sont désormais menacés, comme les femmes. Comment voyez-vous leur rôle dans les mouvements de résistance ?

Ce n’est pas une coïncidence si la résistance la plus vigoureuse aujourd’hui vient du mouvement des femmes. Lorsque vous vous battez pour votre vie (littéralement), vous vous battez le plus fort. Cela peut sembler être un problème lointain pour les femmes occidentales. Mais pensez à tout ce qui a changé au cours des dernières années et qui semblait auparavant impensable.

Dans des pays comme la Turquie, on assiste à une guerre totale contre les femmes. Cela est prévisible car nous savons que la misogynie est l’ailier du fascisme. Les femmes sont les canaris dans la mine de charbon quand il s’agit de fascisme. Non pas parce que leurs capteurs politiques et moraux sont plus sensibles que ceux des hommes, mais parce que le fascisme s’attaque toujours d’abord aux femmes, et je ne parle pas seulement des femmes elles-mêmes, mais de tout ce qui est féminin. Et, le fascisme sera, je pense, vaincu en démantelant la misogynie. Cela dépend des femmes, et elles sont en train d’ouvrir les yeux partout dans le monde. À mon avis, la seule chose qui inspire la politique aujourd’hui, ce sont les jeunes, en particulier les femmes.

Les mouvements de protestation développent souvent de nouvelles façons de faire de la politique. L’un des héritages des manifestations du parc Gezi a été les assemblées populaires ascendantes qui ont surgi dans toute la ville. Y a-t-il des signes indiquant que la politique conventionnelle pourrait s’ouvrir à certaines de ces pratiques, à mesure que les mouvements sociaux augmentent leur pouvoir ?

Oui, je pense que l’establishment politique se rend compte que s’il n’accueille pas ces mouvements, il sera dépassé, passéiste et finalement défunt. Nous avons vu de nouveaux organismes politiques émerger des mouvements de Hong Kong, d’Istanbul et du Caire. Cependant, ils ne sont pas compatibles avec notre démocratie représentative actuelle.

Le seul moyen que je vois pour sortir de cette impasse est la politique locale. Les maires, les municipalités et les politiciens locaux progressistes qui sont désireux de trouver de nouvelles façons de faire de la politique sont plus disposés à interagir avec ces mouvements politiques. Si les manifestations de Gezi n’avaient pas eu lieu, [le candidat de l’opposition de centre-gauche du CHP] Ekrem İmamoğlu n’aurait pas gagné à nouveau lors de la réélection de la mairie d’Istanbul en 2019. Ce sont ces personnes qui se sont organisées et mobilisées, ainsi que d’autres, pour voter à nouveau. Je pense que ces mouvements politiques nous enseignent à travers leurs actions. La détermination, l’entêtement et l’espièglerie qui les rendent si vivifiants peuvent rafraîchir nos institutions politiques – si elles sont ouvertes à être rafraîchies.

Comment les Verts et les progressistes peuvent-ils dépasser leurs propres cercles pour toucher une société plus large, tout en évitant le type de rhétorique et de stratégies populistes déployées par leurs adversaires ?

Nous vivons dans une ère de peur et de désintégration. Les fascistes jouent avec les émotions et les monopolisent dans leur discours. Je pense que la gauche en général, mais les Verts en particulier, doivent réfléchir à leur rapport politique aux émotions, ainsi qu’aux valeurs. Cesser d’avoir peur des émotions et réapprendre à parler aux gens, ainsi qu’entre nous, d’amour, de colère, de peur et même de foi. Qu’est-ce que la foi pour nous ? En quoi avons-nous foi ? Que pouvons-nous dire de l’amour en tant que gauchistes ? Ou de la fierté ? Je constate une distance apprise des émotions au sein de la politique progressiste. Pourtant, c’est ce que les nouveaux organismes politiques essaient de faire ; ils essaient d’exprimer des émotions. C’est pourquoi ils sont si dynamiques et si complètement différents des politiques institutionnalisées et établies.

En tant que romancière, vous explorez la complexité de la nature humaine et de ses motivations. Quel rôle la fiction peut-elle jouer pour changer nos politiques et nos sociétés, et nous aider à nous comprendre les uns les autres ?

Les mots, qu’ils soient politiques ou non, ne changent pas le monde ; seules les personnes qui croient en ces mots le peuvent. Il est donc impossible de comparer l’écriture sur la politique et l’écriture de fiction en termes de jugement moral de notre contribution au monde. Si vous voulez mon avis, mon roman « Women Who Blow on Knots » a été beaucoup plus transformateur sur le plan politique que « How to Lose A Country ». L’avantage de la fiction est que l’histoire est une forme de communication plus compatissante et plus englobante ; les lecteurs trouvent plus facile d’approcher l’écrivain apparemment apolitique. Ensuite, dans le domaine de la fiction, l’écrivain peut parler des idées les plus controversées et de la vérité dans l’absolu.

En tant que journaliste qui s’est continuellement exprimé, vous avez souvent été confronté à ceux qui sont derrière le déclin démocratique de la Turquie. Votre nouveau livre Together demande aux lecteurs de faire confiance aux personnes avec lesquelles nous partageons cette planète. Comment diriez-vous que nous pouvons maintenant construire des ponts, pour avoir cette foi en l’autre ?

Je pense que la question de « comment construire des ponts » n’est pas la bonne à poser. Parfois, il n’y a pas de ponts. La politique n’est pas faite de paix et d’harmonie, elle est faite de confrontation. Pourtant, nous avons banni cette façon de penser de notre sphère politique. Le système politique n’aime pas la confrontation, il ne veut pas d’antagonisme. C’est pourquoi les gens ont besoin de croire qu’il n’y a pas d’alternative, qu’il n’y a plus rien à combattre. Sans même nous en rendre compte, nous avons normalisé cette idée. Nous avons supprimé la lutte de notre vocabulaire dans le but de survivre. Nous avons accepté que notre espace d’existence soit réduit. Mais si nous réalisons plutôt qu’ils nous ont battus, et que nous sommes en colère, cela peut être un point de départ pour faire quelque chose. La politique consiste à se battre, malheureusement. Ce serait bien si ce combat n’impliquait que des mots, mais parfois ce n’est pas le cas.

C’est pourquoi je reviens sur cette défaite ; une fois que vous êtes vaincu, vous légitimez en quelque sorte, vous normalisez la défaite, et ensuite vous commencez à demander comment nous pouvons construire des ponts. Nous allons les vaincre. Il faut les arrêter. Comment en sommes-nous arrivés à poser cette question de la cohabitation avec le fascisme ? Non, ce n’est pas la bonne question ! Ce sont les questions de base de l’idéologie dominante.

Traduit en coopération avec la Heinrich Böll Stiftung Paris, France.

Democracy Ever After? Perspectives on Power and Representation
Democracy Ever After? Perspectives on Power and Representation

Between the progressive movements fighting for rights and freedoms and the exclusionary politics of the far right, this edition examines the struggle over democracy and representation in Europe today.

Order your copy

Cookies on our website allow us to deliver better content by enhancing our understanding of what pages are visited. Data from cookies is stored anonymously and only shared with analytics partners in an anonymised form.

Find out more about our use of cookies in our privacy policy.