Avec l’accélération de l’expansion des capacités en matière d’énergies renouvelables, on assiste à une ruée vers le lithium et d’autres matériaux dans le monde entier. Quelles seront les conséquences de l’expansion de l’exploitation minière des terres rares en Amérique latine pour les communautés et les travailleurs indigènes qui, historiquement, ont subi les méfaits de l’extractivisme ? Thea Riofrancos, auteure de Resource Radicals (Duke University Press, 2020), explique comment la transition énergétique dans les pays du Nord risque d’être tout sauf juste sans changements structurels dans les chaînes d’approvisionnement et la gouvernance des industries extractives. 

Annabelle Dawson : Votre travail explore les politiques d’extraction des ressources en Amérique latine, du pétrole en Équateur au lithium au Chili. Comment définissez-vous la politique des ressources ou l’extractivisme ? 

Thea Riofrancos : La politique des ressources fait référence à toute activité sociale ou politique – qu’il s’agisse de conflit, de collaboration, d’économie politique ou de mobilisation sociale – qui est attribuée à l’extraction des ressources et, dans certains cas, à l’arrêt de cette extraction. Les chercheurs ont tendance à considérer que la politique des ressources est principalement liée aux élites, comme les représentants de l’État et les entreprises. Ce point est essentiel, par exemple, pour le concept de malédiction des ressources, selon lequel la dépendance à l’égard des rentes des ressources conduit à l’autoritarisme. Toutefois, cette approche néglige toute une série de politiques liées aux ressources, telles que les mouvements sociaux qui s’opposent aux projets d’extraction ou exigent une meilleure réglementation et des droits autochtones. 

L’extractivisme est un peu plus difficile à définir. Mes recherches ont exploré comment, en Amérique latine, les mouvements sociaux, les activistes et même certains bureaucrates dans le cas de l’Équateur ont commencé à utiliser ce terme pour diagnostiquer les problèmes qu’ils associaient à l’extraction des ressources. Cela s’est produit dans le contexte du boom des matières premières de 2000 à 2014 et du retour de la gauche au pouvoir dans toute l’Amérique latine pendant la « marée rose ». Il s’agissait d’une période d’investissements intenses dans les secteurs des ressources, sous l’impulsion de l’industrialisation des économies émergentes comme la Chine. Les militants, les intellectuels de gauche et certains responsables gouvernementaux ont commencé à considérer l’extractivisme comme un système imbriqué de dommages sociaux et environnementaux, de répression politique et de domination des entreprises et des capitaux étrangers. Le concept est donc issu de l’activité politique plutôt que de la recherche [en savoir plus sur l’extractivisme en Amérique latine]. 

Nous avons tendance à associer l’extraction des ressources à des produits de base notoirement sales comme le charbon, le pétrole et certains métaux. Comment les technologies vertes sont-elles impliquées dans tout cela ? 

La transition vers les énergies renouvelables est souvent considérée comme le remplacement d’une source d’énergie par une autre : les combustibles fossiles par les énergies renouvelables. C’est en partie le cas, mais cette transition s’inscrit dans un système énergétique et socio-économique beaucoup plus vaste. On ne peut pas simplement échanger des sources d’énergie sans reconstruire les infrastructures et les technologies nécessaires pour capter, produire et transmettre cette énergie. Tout cela a une forte empreinte matérielle et nécessite des matériaux tels que le lithium, le cobalt, le nickel et les métaux des terres rares [en savoir plus sur le rôle central et l’impact de ces métaux rares]. Les secteurs extractifs plus traditionnels comme le cuivre sont également très importants pour la décarbonisation. 

Un très mauvais résultat serait que les préjudices liés au capitalisme des combustibles fossiles soient reproduits dans les nouveaux systèmes d’énergie renouvelable. Ainsi, des communautés particulières seraient soumises aux préjudices de l’extraction des ressources au nom de la lutte contre le changement climatique. Nous avons besoin d’un nouveau système énergétique rapidement, en particulier dans le Nord global étant donné les émissions historiques des États-Unis et de l’Europe. Mais dans cette précipitation, il existe un risque réel de reproduire les inégalités et les dommages environnementaux du passé. C’est notamment le cas de certains secteurs miniers où l’on prévoit un boom des matières premières destinées aux technologies vertes comme les éoliennes, les véhicules électriques et les panneaux solaires. 

Votre livre Resource Radicals (Duke University Press, 2020) examine le conflit de la gauche en Équateur autour de la politique des ressources. Pourriez-vous décrire la dynamique de ce conflit ? 

Le concept de radicalisme des ressources s’intéresse à la manière dont les mouvements de gauche modifient leur critique et leur stratégie autour de l’extraction des ressources au fil du temps, en fonction du contexte. Lorsque le néolibéralisme a pris son essor en Amérique latine dans les années 1990 et au début des années 2000, les mouvements sociaux étaient très préoccupés par l’expansion rapide et par la déréglementation environnementale, sociale et du travail dans les secteurs des ressources. Ils étaient également préoccupés par la propriété de secteurs considérés comme des sources stratégiques de richesse nationale. Les mouvements sociaux critiquaient le fait que, depuis l’époque coloniale, les entreprises étrangères s’étaient appropriées les richesses en ressources des pays d’Amérique latine. De plus, ils estimaient que les bénéfices n’avaient jamais profité aux communautés locales ou à la majorité des habitants du pays, et que l’extraction des ressources avait laissé derrière elle pauvreté et sous-développement. 

Avec l’arrivée du boom des matières premières et de la marée rose au début du 21e siècle, les nouveaux gouvernements de gauche (d’Hugo Chávez au Venezuela, d’Evo Morales en Bolivie à Rafael Correa en Équateur) évoluaient dans une tension délicate. D’une part, ils présidaient à l’expansion des activités extractives et, d’autre part, ils essayaient de canaliser les bénéfices économiques vers les services sociaux et les infrastructures publiques. Face à l’intensification de l’extraction sous des gouvernements de gauche, les mouvements sont devenus plus sceptiques quant à l’extraction comme moyen de développement, même avec une meilleure réglementation et sous un meilleur modèle de gouvernance. 

Ils ont adopté les tactiques des militants anti-extraction, s’opposant souvent aux nouveaux projets qui présentaient des risques pour le territoire indigène, l’intégrité de l’écosystème et les moyens de subsistance alternatifs. Les mouvements ont commencé à bloquer des projets et à protester dans les capitales ainsi que sur les sites d’extraction. L’extraction a atteint un nouveau niveau de politisation. Aujourd’hui, l’Amérique latine compte certains des mouvements anti-extraction les plus militants, mais ils sont souvent confrontés à la répression et à la violence. C’est la région du monde où le risque de meurtre est le plus élevé pour ceux qui s’opposent aux projets d’extraction ou de développement et à l’agriculture à grande échelle. 

S’agit-il d’une dynamique propre à l’Amérique latine ou existe-t-il un parallèle avec d’autres régions ? 

Les mouvements anti-exploitation minières d’Amérique latine sont de plus en plus intégrés à des réseaux transnationaux qui s’étendent sur plusieurs régions du monde, y compris l’Amérique du Nord et l’Europe, où l’on assiste potentiellement à un nouveau boom minier lié aux transitions énergétiques. Parfois, des formes similaires de mobilisation témoignent de la diffusion de revendications, de tactiques et de propositions politiques. Certaines des tactiques et du langage utilisés dans les protestations contre l’extraction du lithium dans le monde proviennent de mouvements latino-américains visant d’autres secteurs extractifs comme le charbon et le pétrole. 

Les États-Unis et le Canada ont connu des protestations très militantes contre des formes d’extraction plus conventionnelles et extrêmement dommageables pour l’environnement, comme les sables bitumineux et le fracking [fracturation hydraulique]. Des groupes indigènes ont mené des coalitions contre le pipeline Keystone, le pipeline Dakota Access et le pipeline Line 3. Aux États-Unis, les militants s’opposent à l’administration Biden pour son incapacité à modifier de manière significative la politique en matière de pipelines. Une coalition comprenant des militants autochtones, des écologistes et des agriculteurs s’inquiète fortement du nouveau projet Thacker Pass, qui prévoit d’étendre l’extraction de lithium dans un écosystème sensible. Les protestations contre l’extraction se sont répandues dans le monde entier, en grande partie grâce à la mise en réseau de différentes campagnes et groupes d’activistes. 

Pourquoi le lithium est-il si important aujourd’hui ? 

Le lithium est un élément essentiel pour décarboniser les transports et le système énergétique lui-même. Les batteries rechargeables au lithium sont utilisées dans les véhicules électriques, qu’il s’agisse de voitures, de bus ou de vélos. Elles contiennent également du cobalt, du nickel et une foule d’autres minéraux. À une échelle bien plus grande, ces batteries sont également utilisées pour le stockage sur les réseaux d’énergie renouvelable qui reposent sur des formes d’énergie intermittentes, comme le solaire ou l’éolien, afin de rendre le système énergétique plus résilient. 

Ce qui est préoccupant avec le lithium, c’est l’impact social et environnemental de son extraction. Qui en profite et qui en paie le prix ? Le problème n’est pas seulement que certaines communautés subissent des dommages du fait de l’extraction. C’est aussi qu’ils subissent ces préjudices pour que quelqu’un d’autre, probablement une personne aisée ailleurs dans le monde, puisse conduire un véhicule électrique. Les batteries au lithium font apparaître diverses tensions, compromis et inégalités du capitalisme mondial. 

Le lithium illustre certains des défis à relever pour parvenir à des transitions énergétiques véritablement justes. Jusqu’à présent, mon travail de terrain s’est déroulé au Chili, deuxième plus grand producteur de lithium au monde après l’Australie. L’un des plus grands impacts de l’extraction dans le désert d’Atacama, dans le nord du Chili, concerne le réseau hydrographique. Le lithium existe dans la saumure qui se trouve sous les salines du désert. L’extraction du lithium ici revient à extraire de l’eau salée et à l’évaporer. La région, qui manque déjà d’eau, devient de plus en plus sèche compte tenu du changement climatique et de l’utilisation de l’eau par les secteurs extractifs : pas seulement le lithium, mais également le cuivre. Tout cela représente un stress énorme pour une région déjà vulnérable. Les communautés indigènes ont observé une baisse de la nappe phréatique et la recherche scientifique a identifié des effets d’entraînement sur les écosystèmes locaux. 

Il y a eu très peu d’analyses globales des impacts sociaux et environnementaux de l’extraction. L’extraction du lithium est une intervention majeure sur l’écosystème qui n’a pas été correctement réglementée. Les militants chiliens ont demandé un moratoire sur les nouveaux projets de lithium, voire sur toute extraction de lithium, jusqu’à ce que la recherche et la réglementation aient atteint un niveau suffisant. 

Même si l’UE optait pour une transition qui réduirait sa demande de lithium, elle aurait toujours besoin d’une quantité bien supérieure à ses stocks actuels. Si l’on réfléchit en termes de sécurité et d’éthique, où l’UE doit-elle s’approvisionner en lithium ? 

Je pense que nous ne réfléchissons pas assez aux lieux d’extraction des ressources et à leurs raisons. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’extraction ne se fait pas simplement là où il y a des gisements. Certains paysages sont davantage visés par l’extraction que d’autres, notamment les territoires autochtones et les lieux considérés comme jetables, comme les déserts. Il est important de rappeler que les déserts sont des écosystèmes vulnérables et que dans certains cas, comme au Chili ou dans le Nevada aux États-Unis, ils abritent des populations autochtones ou locales. Souvent, des gisements existent ailleurs, mais dans des endroits où l’extraction serait politiquement coûteuse pour les décideurs politiques ou les entreprises. 

La plupart du lithium européen provient du Chili, il y a donc un lien direct entre les méfaits dans le désert d’Atacama et les batteries au lithium en Europe. Le commerce est un moyen de fixer des normes environnementales, sociales et de travail, même s’il n’est pas toujours envisagé en ces termes. Les accords commerciaux qui privilégient les profits des investisseurs au détriment des droits des populations autochtones, des droits des travailleurs et des écosystèmes expliquent en partie les conséquences négatives de l’extraction des ressources naturelles dans le monde. 

Il convient également d’évaluer la manière dont les responsables politiques de l’UE cherchent désormais à obtenir du lithium au sein de l’UE. D’une part, il pourrait s’agir d’une sorte de justice mondiale, qui allège la pression sur les pays du Sud qui supportent le coût de l’extraction depuis le colonialisme. D’autre part, il existe également des inégalités géographiques au sein de l’Europe. Le Portugal est actuellement le premier producteur de lithium en Europe. Il s’agit actuellement d’un petit producteur à l’échelle mondiale, mais les responsables politiques de l’UE et le gouvernement portugais comptent changer cela. Le Portugal est plus proche de la périphérie que du centre de pouvoir de l’UE et a énormément souffert de la crise de la dette. Les communautés où le lithium est extrait dans le nord du Portugal ont le sentiment d’avoir très peu d’influence sur les décisions prises à Lisbonne. En Allemagne, cependant, il existe des projets pilotes visant à extraire le lithium de gisements géothermiques, un procédé potentiellement moins nocif pour l’environnement et qui permettrait également de générer de l’énergie renouvelable. L’Allemagne est le siège d’un grand nombre de projets de développement de batteries de véhicules électriques et l’extraction dans ce pays permettrait de raccourcir la chaîne d’approvisionnement. L’extraction se ferait également dans une région économiquement forte et politiquement puissante, ce qui pourrait s’avérer socialement plus juste. 

Un autre aspect est le recyclage. Le nouveau règlement de l’UE sur les batteries vise à augmenter le contenu recyclé minimal des batteries. Il s’agit d’une bonne initiative, même si certains estiment que le pourcentage proposé devrait être plus élevé. Recycler autant que possible les matériaux récupérés est un moyen de réduire la demande de nouvelles extractions minières. Il est possible de faire davantage dans ce domaine pour construire les infrastructures nécessaires dès le début de la transition énergétique. Une fois la transition amorcée, il sera difficile de remonter la pente. 

À un niveau plus profond, nous devons réévaluer les secteurs de l’énergie et des transports afin de réduire la demande d’énergie (quelle qu’en soit la source) et de rendre l’utilisation de l’énergie plus efficace. Nous devrions réfléchir aux modes de consommation et de production qui prévalent sous le capitalisme dans les pays du Nord (par exemple, les approches du transport par véhicule de tourisme individuel) et à la manière de les transformer pour réduire les empreintes matérielles. 

L’exploitation minière propre, éthique ou durable existe-t-elle ? 

Je ne pense pas que l’exploitation minière durable existe. Toute activité minière a un impact social et environnemental et, bien que nous ne soyons pas dans un contexte de pénurie de ressources, il s’agit en fin de compte de ressources limitées. L’idée d’une exploitation minière durable est donc paradoxale, mais il existe des formes d’exploitation minière mieux et moins bien réglementées. La réglementation environnementale, sociale et du travail pourrait être beaucoup plus stricte. 

Les relations avec les communautés locales varient également. Dans certaines circonstances, certaines communautés consentiront à l’extraction, mais le plus souvent, leur consentement n’est pas sollicité. La consultation des communautés se résume souvent à une séance d’information sans effet sur la mise en œuvre du projet. L’application concrète du consentement préalable, conformément à la déclaration des Nations unies sur les droits des autochtones, permettrait d’améliorer les projets. Par ailleurs, lorsqu’il s’agit de déterminer le lieu d’implantation des projets, de multiples facteurs doivent entrer en ligne de compte. Il faut tenir compte des formes existantes de discrimination ethnique ou raciale qui touchent les communautés marginalisées, ainsi que de la protection des terres autochtones et des écosystèmes vulnérables. 

Un autre aspect qui peut rendre l’extraction plus ou moins juste est la distribution des bénéfices économiques. Cela peut prendre la forme d’une participation des travailleurs ou de la communauté à la propriété et à la gouvernance des projets, et c’est pertinent pour la production d’énergie renouvelable ainsi que pour les secteurs extractifs sales. Nous avons été témoins de conflits dans plusieurs pays où les communautés ne voulaient pas de parcs éoliens ou solaires parce qu’elles n’aimaient pas la façon dont ils modifiaient le paysage ou estimaient qu’elles n’en tiraient pas suffisamment de bénéfices économiques. Mais, nous avons également vu l’inverse : les communautés adhèrent à ces projets parce qu’elles y trouvent un réel intérêt économique, qu’elles ont participé au processus de conception et qu’elles ont donné leur accord. 

De nombreux projets d’extraction sont vendus aux communautés avec la promesse qu’ils apporteront emplois et prospérité. C’est ce que nous constatons déjà dans le cadre du boom minier induit par la transition verte. Quelles sont les preuves apportées par les communautés touchées ? Ces avantages se matérialisent-ils et comment se comparent-ils aux coûts sociaux et environnementaux ? 

Les projets d’extraction sont rarement aussi bénéfiques économiquement pour les communautés et les travailleurs locaux que les entreprises le prétendent. L’exploitation minière est aujourd’hui beaucoup plus intensive en capital et en technologie qu’auparavant. Elle implique beaucoup de machines, ce qui réduit le nombre de travailleurs nécessaires. Les mines comportent également différentes phases, de sorte qu’elles génèrent des emplois instables. La phase d’exploration peut nécessiter plus de main-d’œuvre qu’une phase ultérieure, par exemple. Comme tout secteur extractif, l’exploitation minière suit la dynamique de la demande de l’économie mondiale. Lorsque la demande augmente, le projet prend de l’ampleur et davantage de personnes peuvent être embauchées ; lorsque la demande diminue, les gens sont licenciés. Pendant la récession liée à la pandémie, des milliers de travailleurs ont été licenciés dans les champs pétroliers et gaziers américains. 

D’un autre côté, les communautés où ces emplois existent n’ont souvent aucune alternative. Partout où l’on exploite des mines de charbon, de l’Allemagne au Royaume-Uni, en passant par les États-Unis et la Colombie, on constate que les travailleurs ne sont pas correctement pris en compte et que la transition énergétique n’est pas juste. Il existe un réel besoin d’un cadre de transition juste qui prenne en compte les communautés dépendantes des secteurs extractifs qui doivent être éliminés progressivement pour lutter contre le réchauffement climatique. Le déclin du charbon n’est pas le résultat d’une élimination progressive gérée ; il est dû au fait que le charbon est devenu plus cher que le gaz et, dans certains cas, que les énergies renouvelables. 

Au XXe siècle, les mineurs de charbon ont été la clé des mouvements syndicaux dans de nombreux pays et les États producteurs de pétrole ont remodelé l’économie politique mondiale par le biais de l’OPEP [Organisation des pays exportateurs de pétrole]. Au XXIe siècle, les producteurs de matières premières comme le lithium pourraient-ils acquérir un pouvoir similaire ? 

C’est tout à fait possible. C’est déjà le cas pour le cuivre. Ces dernières années, nous avons assisté à des grèves et à d’autres formes de militantisme dans les mines de cuivre. Cela pourrait avoir un impact sur les chaînes d’approvisionnement des technologies vertes. Dans les mines de lithium chiliennes, il y a eu des tentatives d’organisation du travail, mais elles se sont heurtées à la répression de l’entreprise, qui a été très efficace pour fragmenter les travailleurs ou simplement les licencier. 

Le militantisme syndical a été une forme de politique des ressources à travers les âges. Dans le monde entier, différents secteurs, du charbon au pétrole en passant par l’or, ont une histoire fascinante de mouvements syndicaux militants de gauche (souvent socialistes ou communistes). Aujourd’hui, il est intéressant de noter qu’outre les mouvements syndicaux, il existe des mouvements indigènes et environnementaux aux revendications différentes. Ils ne demandent pas de meilleurs salaires, de meilleures conditions de travail ou la propriété des travailleurs, comme l’ont fait les syndicats les plus radicaux. Parfois, ils demandent la fin pure et simple des projets d’extraction. Vous pouvez imaginer des situations où il y a des tensions entre le mouvement syndical et les mouvements environnementaux et indigènes si leurs objectifs divergent. 

Il serait très puissant que les travailleurs, les communautés et les mouvements sociaux à différents niveaux des chaînes d’approvisionnement se coordonnent. Imaginez qu’une grève dans une mine de lithium pour des raisons de conditions de travail soit coordonnée avec des protestations communautaires simultanées pour les droits des indigènes. Une action coordonnée pourrait exercer une réelle pression sur les chaînes d’approvisionnement en technologies vertes, obligeant les entreprises et les décideurs politiques du reste du monde à modifier leurs pratiques et leurs réglementations. Je ne pense pas que nous ayons encore vu une telle chose, mais la possibilité existe. 

Une coalition des plusieurs organisations non gouvernementales a rejeté le Pacte vert de l’UE, gourmand en métaux et a appelé l’Europe à promouvoir une transition axée sur la justice environnementale plutôt que sur la croissance verte. Avons-nous besoin d’un discours plus nuancé sur la transition écologique qui confronte la question de la consommation ? 

La consommation est une question délicate pour la gauche. Toute critique du capitalisme est consciente que les personnes aisées de nos sociétés surconsomment (en termes d’utilisation de l’énergie et de voyages par exemple) et que cela entraîne des émissions au niveau mondial. Mais, beaucoup de gens, en particulier ceux qui sont sous-alimentés et qui n’ont pas un accès stable à l’énergie ou à l’eau, ne consomment pas assez. Ce niveau de pauvreté est principalement, mais pas exclusivement, concentré dans les pays du Sud. Aux États-Unis, pays censé être avancé et industrialisé, des millions de personnes sont confrontées à de graves problèmes de sécurité alimentaire, énergétique et de logement. 

La politique de consommation de la gauche doit être sensible à ces inégalités dramatiques. Nous ne devrions pas dire que tout le monde doit consommer moins, mais que les riches doivent consommer beaucoup moins. De plus, nous avons besoin de biens publics, de services sociaux et de meilleures infrastructures pour améliorer la situation matérielle des pauvres et des travailleurs. Nous avons besoin d’un message qui critique la surconsommation des riches en fonction de la classe sociale, tout en transformant la façon dont nous consommons socialement pour la rendre plus écologiquement rationnelle, plus communautaire, plus publique et plus collective. 

Un autre défi important consiste à construire de larges coalitions qui incluent des personnes pauvres et de la classe ouvrière. Une personne qui a connu l’austérité ou l’insécurité du logement peut être sceptique face à une idée comme la décroissance. Nous devons faire le travail d’expliquer que la décroissance ne signifie pas moins pour vous, mais moins pour les ultra-riches ; elle signifie plus de redistribution [en savoir plus sur la décroissance]. D’autres slogans pourraient communiquer cela plus directement. Les idées sont efficaces lorsque les gens se reconnaissent en elles et ont envie de se battre pour elles, plutôt qu’une idée purement intellectuelle. Nous devons réfléchir aux questions et aux idées capables de galvaniser l’action militante et collective que ce moment exige. 

Traduit en coopération avec la Heinrich Böll Stiftung Paris, France. 

Cookies on our website allow us to deliver better content by enhancing our understanding of what pages are visited. Data from cookies is stored anonymously and only shared with analytics partners in an anonymised form.

Find out more about our use of cookies in our privacy policy.