Dans un contexte d’instabilité géopolitique croissante et d’incertitude économique, la voie à suivre pour l’Europe semble loin d’être lisse. L’eurodéputé vert Ernest Urtasun et la co-présidente du parti Progresīvie de Lettonie Antoņina Ņenaševa expliquent comment l’Europe devra faire des choix décisifs. L’invasion russe de l’Ukraine est une illustration brutale de ce qui est en jeu. Pour s’assurer que nous choisissons la voie qui mène à une meilleure qualité de vie, à une démocratie plus forte et à la solidarité au-delà des frontières, les forces vertes et progressistes devront fournir à la fois des solutions immédiates et une vision pour un avenir durable et juste.

Green European Journal : Le monde se trouve dans un état de crises multiples, de la guerre en Ukraine à la crise énergétique en passant par la récession économique et les catastrophes environnementales qui se produisent dans le monde entier. Dans cette « polycrise », nous avons parfois l’impression d’être réduits à des spectateurs plutôt qu’à des acteurs capables de façonner les événements. Comment pouvons-nous saisir ce moment pour réaliser des changements sociaux et politiques ?

Ernest Urtasun : Nous sommes en effet dans un moment de grand changement qui crée de nombreuses incertitudes. Il est important de pouvoir convaincre les citoyens que nous pouvons façonner ce moment et nous diriger vers un agenda progressiste. Cette tâche ne peut être accomplie qu’au niveau européen. Il y a deux domaines en particulier où l’Europe doit faire preuve de leadership et tenir ses promesses. Premièrement, le monde entre dans une ère très dangereuse, dans laquelle l’ordre fondé sur des règles, créé à la fin de la Seconde Guerre mondiale, est en jeu. Les Nations unies sont extrêmement affaiblies et l’invasion de l’Ukraine par [le président russe Vladimir] Poutine aura pour conséquence à long terme de remettre encore plus en question cet ordre fondé sur des règles. Dans le même temps, les régimes autoritaires se renforcent partout, comme en témoignent la puissance de la Chine et l’extrême agressivité de la Russie. L’ordre fondé sur des règles doit être protégé plus que jamais. Le deuxième domaine dans lequel nous devons agir est celui de l’action climatique. Le changement climatique est une source d’incertitude massive pour de nombreux citoyens et l’Europe doit réagir rapidement, de manière cohérente et efficace.

Antoņina Ņenaševa : Se concentrer sur plusieurs problèmes simultanément n’est pas facile. Nous sommes des êtres humains et le multitâche n’est pas notre condition la plus naturelle. Nous sommes beaucoup plus à l’aise pour cibler un seul problème et le traiter. Au cours des 20 dernières années, le flux accru d’informations a également contribué à créer un sentiment d’interdépendance mondiale. Ainsi, nous avons désormais le sentiment qu’une crise survenant ailleurs dans le monde est aussi la nôtre. C’est pourquoi il y a ce sentiment d’incertitude qui touche aussi bien la politique que chacun en tant qu’individu. Que pouvons-nous faire dans cette situation ? Je pense que nous avons besoin d’un agenda clair à court terme, centré sur la réponse aux besoins des citoyens par le biais d’une aide au revenu et d’une coordination mondiale pour éviter une crise généralisée. Alors qu’à long terme, les gouvernements doivent proposer des stratégies viables pour résoudre nos problèmes interconnectés. Les Verts sont bien positionnés car le mouvement a toujours relié la lutte pour le climat à la justice sociale et à la lutte pour les droits de l’Homme dans le monde entier.

Aujourd’hui, il existe un risque majeur de retour de bâton contre le Green Deal européen. – Ernest Urtasun

L’augmentation du coût de la vie contraint de nombreuses personnes à la pauvreté et comprime le budget d’une grande partie de la classe moyenne. Quels sont les risques politiques qui découlent de la baisse du niveau de vie ?

Antoņina Ņenaševa : L’inflation est désormais supérieure à 20 % en Lettonie. Pour certains produits, les prix ont augmenté de 50 % ou plus. C’est une augmentation énorme et très visible : on la voit et on la ressent tous les jours dans les épiceries. Les gens en ressentent les effets et la crise est très préoccupante, même si les prix de l’énergie ne sont pas restés aussi élevés qu’ils l’étaient et que les forces politiques alarmistes qui affirmaient que l’Europe ne survivrait pas à l’hiver semblent se tromper.

Pour faire face à la crise du coût de la vie, une coordination mondiale et européenne est essentielle. Tout d’abord, les pays doivent soulager les ménages à faibles et moyens revenus, car pour beaucoup, cette crise est une question de survie. À long terme, la Lettonie, comme tous les pays européens, doit investir dans les énergies renouvelables et la rénovation. Le mauvais état de notre parc immobilier est un énorme problème pour nous, pays post-communiste, avec de nombreux appartements mal isolés et des conditions climatiques difficiles. Sans rénovation, toute notre énergie est essentiellement dépensée pour chauffer les rues. Il en va de même pour notre système de transport public ; cette crise montre pourquoi un système de transport public écologiquement durable est à la fois une priorité à court et à long terme. Mais pour maintenir les investissements publics dont nous avons besoin tout en évitant les difficultés monétaires, nous avons besoin de cette coopération mondiale.

Ernest Urtasun : L’inflation est un phénomène qui, tout au long de l’histoire, a conduit à la défaite des gouvernements. Elle pourrait encore avoir un impact terrible sur nos systèmes politiques. Si vous regardez les élections depuis que l’inflation est devenue un problème en Europe, chaque fois qu’un pays se rend aux urnes, le gouvernement en place perd. C’est pourquoi nous avons besoin que l’Union européenne développe ce que j’appellerais un « bouclier social » qui puisse protéger les plus vulnérables de la société.

D’une manière générale, nous sommes au milieu d’un changement économique. Cette crise, ainsi que les deux précédentes – celle de 2008 et la pandémie – ont clairement montré que tout laisser entre les mains du marché libre était une mauvaise idée. Après des années d’échec des politiques néolibérales, la seule façon de maintenir le fonctionnement de nos systèmes de protection sociale et de protéger nos démocraties est de renforcer massivement les services publics et les protections sociales tout en veillant à ce que les coûts de l’inflation soient équitablement répartis. Les Verts au Parlement européen demandent des taxes exceptionnelles sur les entreprises qui ont profité de l’année écoulée, l’interdiction des expulsions pour protéger les personnes les plus démunies et la garantie que les produits de base sur les étagères restent abordables. L’Union européenne a pris quelques mesures positives, la taxe exceptionnelle sur les entreprises du secteur de l’énergie par exemple, mais les progrès sont très lents en ce qui concerne la réforme du marché de l’électricité, qui est à l’origine des problèmes actuels de l’Europe, car certains gouvernements européens traînent les pieds.

Antoņina Ņenaševa : Je suis d’accord avec ce qui a été dit sur les implications politiques de l’inflation. Lors des élections lettones d’octobre, les conséquences étaient claires : deux tiers des sièges sont allés à des députés qui n’avaient jamais été élus auparavant et quatre des sept partis au Parlement sont nouveaux. Si cette évolution est en partie positive, puisque la vision progressiste verte est enfin représentée au Parlement, nous avons également assisté au retour des oligarques et de leurs affaires louches, ainsi qu’à la victoire d’autres radicaux.

En Lettonie, on a l’impression que les années 1990 sont de retour, ce qui n’est pas une bonne chose. Bien sûr, la Lettonie a gagné son indépendance et construit sa démocratie dans les années 90, mais ce furent aussi des années avec de nombreux côtés sombres : une économie parallèle en pleine expansion et des acteurs puissants qui contournent les règles. J’aimerais dire que les partis verts et sociaux-démocrates peuvent progresser à l’heure actuelle, mais la réalité politique est que ce sont les forces radicales et populistes qui en profitent le plus. Pour l’État de droit, c’est une préoccupation majeure.

Comment les Verts peuvent-ils devenir la force politique vers laquelle les citoyens en difficulté se tournent dans un moment de crise ?

Ernest Urtasun : Je pense que nous pouvons être la force qui apporte la certitude et l’optimisme aux gens si nous continuons à offrir un projet social et politique pour la majorité. Si nous regardons les récentes élections en Italie et en Suède, le principal problème était que les forces progressistes n’étaient pas capables d’offrir un projet de société attractif. Cet échec crée un espace pour l’extrême-droite qui peut avancer son projet sociétal. L’extrême droite gagne en se tournant vers le passé et en exploitant un sentiment de nostalgie qui peut contraster avec les incertitudes de l’avenir. Cela explique le Brexit. Cela explique l’ascension de Trump ainsi que celle de Meloni. Pour les Verts, ce défi signifie regarder l’avenir avec optimisme, continuer à être ambitieux en termes de lutte contre le changement climatique tout en renforçant le récit sur la justice sociale.

Antoņina Ņenaševa : L’étape la plus fondamentale est de parler des problèmes et de ne pas prétendre que tout va bien. De nombreux citoyens croient encore que les partis verts s’occupent de la gestion des déchets et de la protection de la nature, donc nous devons encore travailler sur le bon récit qui peut relier ces points. Une tâche cruciale et difficile consiste également à expliquer que les solutions vertes ne sont pas des solutions coûteuses ; que l’approche environnementale est bien moins chère à long terme et qu’elle profitera bien plus aux gens que le statu quo.

Avec la guerre en Ukraine et l’attention accrue portée à notre dépendance au gaz russe, il devrait être possible d’expliquer pourquoi l’indépendance vis-à-vis des combustibles fossiles est cruciale pour de nombreuses raisons : favoriser la justice sociale, lutter contre le changement climatique et protéger les droits de l’homme. Nous devons également souligner la nécessité d’une véritable indépendance énergétique – passer d’une dépendance à une autre ne devrait pas être une option. Même si cela signifie passer de la dépendance russe à la dépendance américaine. À plus long terme, nous avons besoin d’une propriété publique sur des secteurs stratégiques tels que l’énergie.

Notre programme environnemental est une solution à bon nombre de nos grands maux sociétaux. – Antoņina Ņenaševa

Certains représentants politiques hésitent à se tourner vers des solutions européennes parce qu’il reste une distance perçue entre les pays européens. La guerre en Ukraine peut sembler lointaine pour certains ; d’autres peuvent penser que les problèmes économiques d’un autre pays ne les concernent pas. Comment les Verts peuvent-ils construire une solidarité au-delà des frontières européennes ?

Ernest Urtasun : Je pense que cela nécessite un changement politique et culturel, dans le sens où nous, Européens, devons comprendre que le chômage des jeunes en Grèce est autant un problème balte que les menaces sur les frontières baltes sont un problème espagnol. Telle est la culture que nous devons construire. Et nous avons progressé sur ce front : Je crois vraiment que les préoccupations de sécurité exprimées par les pays baltes sont les préoccupations de tous au niveau de l’UE.

La meilleure façon de construire un sens commun de ce que l’on pourrait appeler l’intérêt européen est d’essayer constamment d’apporter des solutions européennes à différents ensembles de problèmes. La bonne nouvelle ici est que, par rapport à la crise de la zone euro, les divisions géographiques sont aujourd’hui beaucoup moins importantes. Auparavant, certains États membres étaient massivement touchés par la crise de la dette souveraine, tandis que d’autres ne l’étaient pas. Aujourd’hui, toute l’Europe est confrontée aux problèmes d’un marché de l’électricité mal conçu, aux chocs énergétiques et à un système fiscal injuste. Néanmoins, même s’il ne s’agit pas d’un choc asymétrique, il y a toujours le risque que les États membres pensent qu’ils peuvent la jouer solo.

Antoņina Ņenaševa : La guerre est un événement énorme qui concerne toute l’Europe. Pour moi, cette question est bien sûr très émotionnelle. La guerre est très proche géographiquement parlant. J’ai accueilli des réfugiés d’Ukraine chez moi. J’ai des amis et des membres de ma famille qui sont touchés. En même temps, nous devons être clairs sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un phénomène unique. L’Europe est confrontée à différents types de crises mondiales chaque année, et nous aurons donc besoin d’une plus grande coopération, d’une forte interdépendance avec des politiques communes, et de responsabilités partagées.

La Lettonie et les États baltes ont assumé un rôle de premier plan dans le soutien à l’Ukraine. Nous sommes devenus des acteurs géopolitiques forts qui font face aux vulnérabilités mises en évidence par l’agression de la Russie. Ce que les pays baltes ont réalisé au niveau régional est également possible au niveau paneuropéen. Après tout, prévenir la guerre sur le continent européen et minimiser la vulnérabilité de l’Europe face aux interdépendances mondiales sont les raisons pour lesquelles l’Union européenne existe.

De nombreux économistes s’inquiètent de l’imminence d’une récession européenne, voire mondiale. La Banque centrale européenne et les banques centrales du monde entier ont augmenté les taux d’intérêt. Avons-nous tiré les leçons de la crise précédente ou risquons-nous un retour à l’austérité ?

Ernest Urtasun : Je ne vois pas ce risque à court terme. Il y a un changement culturel dans la pensée économique qui affaiblit l’influence des idées néolibérales à Bruxelles, dans les États membres et, de manière générale, au niveau international. L’Union européenne a appris sa leçon sur l’austérité. Après avoir presque fait exploser notre monnaie commune, je ne vois pas de retour immédiat à cette idée. Cependant, la bataille politique sur la réforme des règles fiscales de l’UE a commencé et elle aura des conséquences extrêmement importantes sur le dosage des politiques économiques que les membres peuvent développer. Si les règles actuelles devaient être réappliquées en 2024, nous entrerions effectivement dans un nouveau cycle d’austérité partout en Europe. Toutefois, je ne m’attends pas à ce que cela se produise et je pense que le public continuera à soutenir notre économie. Dans le même temps, les décisions des banques centrales de relever les taux d’intérêt rendront la vie très difficile pour de nombreux ménages et familles.

Après 2008, les Verts ont mis en avant le récit du Green New Deal. Dix ans plus tard, nous pouvons constater l’influence de cette vision. Elle a façonné à la fois le Green Deal européen et l’agenda Biden, même si ses aspects sociaux ont été fortement dilués. Existe-t-il une vision transformatrice similaire qui puisse répondre à notre crise actuelle ?

Ernest Urtasun : Notre Green Deal reste un récit valable pour les années à venir. Nous n’avons pas besoin de réinventer la roue. Le Green Deal a toujours eu deux jambes : la transition écologique de notre économie et la décarbonisation ainsi qu’une réforme sociale forte de notre économie et de nos systèmes de protection sociale. Après tout, il n’y aura pas de transition si nous ne parvenons pas à assurer la cohésion sociale. Aujourd’hui, il existe un risque majeur de retour de bâton contre le Green Deal européen. Au niveau européen, le Parti populaire européen fait tout son possible pour diluer la législation liée au Green Deal. Notre rôle en tant que Verts est de plaider pour ces deux aspects, la décarbonisation et la construction d’une société équitable. Les Verts seront là pour pousser les institutions européennes à maintenir leur ambition.

Antoņina Ņenaševa : Je suis d’accord, nous devons réformer et renforcer la protection sociale et agir en tant que leaders sur les questions d’inégalité, en combinant cela avec nos politiques climatiques et la place centrale des droits de l’homme dans notre récit politique. Ce point me ramène à la notion de connexion de nos sujets clés, car les problèmes auxquels nous sommes confrontés sont de plus en plus interconnectés. Le changement climatique crée des inégalités toujours plus grandes. L’extraction de combustibles fossiles est à l’origine de nombreuses violations des droits de l’homme. La perte de l’Ukraine serait une perte pour toute l’Europe. De cette manière, notre programme environnemental est une solution à bon nombre de nos grands maux sociétaux. Nous devons le faire comprendre aux personnes qui ont une vision, tant au niveau local qu’au niveau européen. L’invasion russe est si saisissante que nous devons continuer à la souligner dans nos récits et expliquer à quoi mène un système de gouvernance et de société non démocratique et fondé sur les énergies fossiles.

Priced Out: The Cost of Living in A Disrupted World
Priced Out: The Cost of Living in A Disrupted World

This edition asks what the social and political impacts of the cost of living crisis are, and what alternatives remain for meeting our needs.

Order your copy

More by Antoņina Ņenaševa

Cookies on our website allow us to deliver better content by enhancing our understanding of what pages are visited. Data from cookies is stored anonymously and only shared with analytics partners in an anonymised form.

Find out more about our use of cookies in our privacy policy.